Publié dans Religion, Science

Le Crabe et l’Antilope : Trois Modes de Divination Archaïques au Cameroun

blog1

  1. Bindi,

En pays douala, la consultation du cœur de l’antilope « Bindi » permet de prédire l’avenir. Une femme enceinte veut, par exemple savoir si elle accouchera d’une fille ou d’un fils. Le féticheur éventre une antilope « Bindi », en retire le cœur et le place d’une certaine manière dans une cuvette pleine d’eau. Si le cœur tombe au fond de la cuvette et s’incline vers la droite, l’enfant sera un garçon, s’il penche vers la gauche, ce sera une fille.

  1. Gam-Kogon.

Dans la région de Yoko, l’animal qui permet au devin de dévoiler l’avenir est le crabe. Le consultant se présente devant le devin pour lui demander par exemple si  le voyage qu’il projette lui sera favorable. Le devin fait couper des bâtonnets qui représentent le Mbam, la Sanaga (rivière dont le courant violent en saison des pluies est une cause possible de malheur), le policier qui veut emprisonner le chef hostile, etc…  Le consultant  frotte ces bâtonnets sur son corps et les remet au devin qui les dispose sur l’orifice d’une marmite placée dans un trou creusé près de la case, remplie d’eau, où macèrent des plantes médicinales et dans laquelle au préalable a été mis un crabe. Le devin trace sur le sol des lignes qui rayonnent autour de la calebasse et il en explique le sens au crabe. Ensuite, le consultant sort de la case et, après quelque temps, il y rentre. Selon la disposition que le crabe a donnée aux bâtonnets, le voyage sera favorable ou non.

  1. Mandara

Le procédé décrit ci-dessus est analogue à celui en usage chez les Mandara. Dans une calebasse à moitié remplie de sable, , le forgeron, qui est en même temps le devin, pique en cercle des fétus de paille qui représentent ceux qui sont soupçonnés d’être les auteurs d’un crime ou d’une maladie. Au centre de cette enceinte, il dépose un crabe des marais.  Celui-ci, en se déplaçant renverse l’une des pailles. L’individu qu’elle représente est le coupable…

La famille recherche alors le coupable désigné, et le menace de mort s’il ne retire pas le mauvais sort qu’il a jeté, soit par des paroles magiques, soit  par un sacrifice. De telles pratiques ne sont pas exemptes de drames. Le tribunal de 2ème degré de Makolo (Cameroun) eut à juger une affaire de ce genre. Un homme avait perdu sa femme et ne s’expliquait pas sa mort. Il consulta un devin qui lui donna le nom du « sorcier » qui avait « mangé le cœur » de son épouse. Le mari de la victime se rendit chez le coupable supposé et l’étrangla…

De nos jours, si les modes qui utilisent les mouvements erratiques du crabe peuvent prospérer sur l’ignorance populaire, avec les progrès de l’échographie, le premier mode qui sacrifie la vie d’un animal pour un événement somme toute sans grande importance peut raisonnablement être abandonné à sa ténébreuse cruauté.

Extrait de Encyclopédie de la Divination, Tchou éditeur, Paris, 1965

Binason Avèkes

copyright5

 

 

Publicités