Publié dans Essai, Haro

France, Élections : Tout le Monde est Contre Marine Lepen, Tout Contre

blog1

En France, les stratégies électorales les plus sérieuses, — tous états-majors confondus —  s’appuient sur le Front National, qui est pour la politique, ce que le porc est pour la viande : tout y est bon à consommer, et tout le monde en veut.

Macron, le candidat électron-libre sorti des entrailles de Hollande, ne presse les pas de sa marche extravagante vers le pouvoir que dans l’espoir  de se retrouver au second tour en face de Marine Lepen. Sinon son odyssée est a priori vouée à l’échec.

Le candidat du PS, Benoît Hamon ou même son concurrent de gauche, Jean-Luc Mélenchon, ne voit le salut que dans l’espérance de se retrouver en face de Mme Lepen.

Enfin si François Fillon s’entête malgré les accablantes présomptions de corruption qui pèsent sur lui, c’est que, à l’instar de son parti qui le laisse faire, il estime que l’Affaire est pliée dès lors qu’il se retrouvera au second tour.

Au début de l’affaire qui porte son nom, on se souvient que François Fillon avait demandé aux siens de lui donner  15 jours pour en venir à bout. A la vérité, dans la bouche du candidat LR cette demande cachait une métonymie symbolique opérée par un lapsus préconscient : les 15 jours renvoyaient par un malicieux sous-entendu au cap fatidique du second tour, au-delà duquel François Fillon était sûr de mettre tout le monde d’accord.

« Soutenez-moi jusqu’au premier tour, après, le vote républicain fera le reste. »  Telle est la supplique paradoxalement comminatoire de François Fillon aux siens. Mais avec le côté comminatoire en moins, telle est aussi la posture des autres candidats sérieux à l’élection présidentielle française : ils sont contre  Marine Lepen, tout contre…

Alice Bolzano

copyright5

Publicités