Publié dans Essai, Haro

Bénin : Vindicte Populaire et Responsabilité des Pouvoirs Publics

aza

Dans la recrudescence phénoménale des scènes de vindicte populaire qui défraient la chronique au Bénin depuis quelque temps, loin de balayer devant sa porte, l’État ne semble pas prêt à faire son examen de conscience, encore moins son mea-culpa. À aucun moment, dans son analyse de la situation à l’issue du conseil des Ministres, le Ministre d’État Secrétaire Général de la Présidence, n’a souligné  la démission des pouvoirs publics face à la défense et l’illustration de l’État de droit au quotidien. Encore moins a-t-il fait état de la frustration chronique des citoyens dans leur droit à la sécurité et à la justice, ignoré, méprisé, et dénié en permanence ; englouti par la culture dominante de l’informel et de la débrouille.
Le gouvernement en revanche parle de répression, comme si le phénomène de la vindicte populaire tombait des nues, dans une société politique où les conditions sociales de l’État de droit sont effectivement assumées par l’État lui-même.
La prise de position du gouvernement sur le phénomène s’il est louable, n’en est pas moins fallacieuse et entachée de dénégation. Si la répression va de soi, l’essence du fléau réside dans l’affirmation de l’État de droit, qui sous nos cieux fait cruellement défaut, dans sa culture, ses valeurs et ses moyens.
La vindicte populaire c’est 10% la faute des foules, et 90% le vide d’État de droit !

Aminou Balogun

copyright5_thumb.png

Publicités

Un commentaire sur « Bénin : Vindicte Populaire et Responsabilité des Pouvoirs Publics »

  1. Salut,

    J’espère qu’on peut communiquer par cette adresse mail.

    Vous allez bien j’espère !

    Voici ci-dessous, un article sur la fameuse Vindicte Populaire en recrudescence au Bénin.

    Merci

Les commentaires sont fermés.