Nigeria : l’Activiste Falana Déconseille au Gouverne- ment d’emprunter 3.5 $ à la Banque mondiale et à la BAD

blog1
L’avocat des droits de l’homme, Femi Falana, a exhorté le gouvernement nigérian à sursoir à son plan visant à obtenir un prêt de 3,5 milliards $ (environ N700 milliards) auprès de la Banque mondiale et de la Banque Africaine de Développement.
Dans une lettre en date du 5 Février adressée au ministère des Finances, M. Falana a dit qu’au lieu de prêter, le gouvernement ferait mieux de diligenter les agences anti-corruption afin de récupérer tous les prêts et revenus dus à l’État.
« D’après les informations à notre disposition, écrit en substance M. Falana, le gouvernement fédéral est créancier d’au moins 66,5 milliards $ (environ N13.3 milliards de dollars) qui doivent être recouvrés dans les meilleurs délais. »
Selon M. Falana, les cinq cycles de rapports d’audit indépendants compilés par l’Initiative nationale pour la transparence des industries extractives, (NEITI), ont montré l’existence de revenus potentiels recouvrables s’élevant à pas moins de 20,2 milliards $.
Ces revenus potentiels recouvrables découlent de sous-paiement / sous-évaluation des taxes, redevances, contributions et loyers.
M. Falana a déclaré que la Banque centrale du Nigeria, en 2006, a distribué 7 milliards $ prélevés sur les réserves extérieures du pays à 14 banques nigérianes pour qu’elles les «gèrent». En outre, suite à la crise du capitalisme mondial de 2008, la Banque centrale du Nigeria a ouvert un plan de sauvetage de 4 milliards (milliards N600) $ aux banques commerciales du pays.
« La CBN n’a pas jugé bon demander le remboursement de ces 11 milliards $ injectés dans le système bancaire en l’espace de deux ans » a constaté l’avocat.
M. Falana a également déclaré que la présidence, en septembre de l’année dernière, a annoncé le début de la récupération de 9,6 milliards $ en trop perçu d’avantages fiscaux par les partenaires de coentreprise sur les grands projets d’immobilisation et les contrats pétroliers.
Il y a deux semaines, a encore dit M. Falana, M. Abubakar Malami, le Ministre de la justice de la Fédération, a révélé que le gouvernement fédéral avait conclu des arrangements pour récupérer un montant supplémentaire de 750 millions $ provenant du « pillage d’Abacha »
« Au Sénat, une investigation est en cours sur les affaires de la Société de gestion des actifs du Nigeria (AMCON), où il a été révélé que la société avait accumulé plus de 25 milliards $ (environ N5000 milliards) de dettes, en violation du plafonnement légal de la dette à N800 milliards », a déclaré M. Falana.
« Selon M. Ahmed Kuru, le directeur général de AMCON, la plupart des débiteurs de la société sont de grands nantis qui se déplacent en jets privés, vivent dans de somptueuses demeures et ont pris l’argent public qu’ils ne veulent pas rembourser. »
« De ce qui précède, conclut le célèbre avocat des droits de l’homme, vous conviendrez avec nous que le malheureux peuple nigérian ne doit pas faire les frais de la mauvaise gestion de l’économie nationale par le gouvernement fédéral et la prodigalité des membres privilégiés de la classe dirigeante.
« Tout en reconnaissant les efforts concertés du gouvernement pour récupérer par le truchement des agences anti-corruption et le jury de contrôle de l’approvisionnement en armes les richesses pillées de la nation, l’administration Buhari devrait se lancer dans la recouvrement immédiat des sommes et revenus précités en vue de financer le budget 2016 et le développement des infrastructures nationales ».

Alan Basilegpo

ibinimori

copyright5_thumb.png