Nigeria : Jonathan/Buhari, le Changement est Possible

image

image

La carte ci-dessus donne l’état actuel des intentions de vote par État dans le cadre des élections générales et présidentielles du 28 mars prochain au Nigeria. Sans surprise, le clivage nord/sud saute aux yeux. Les États musulmans du Nord votent pour Buhari et les Etats chrétiens du sud-est votent de préférence pour Jonathan. Le sud-ouest religieusement mitigé étant en grande partie acquis à Buhari. Ce choix de Buhari par les États yoruba peut s’expliquer par deux ou trois raisons. 1 . le colistier de Buhari, le Prof. Yemi Osibajo est yoruba. 2. Les Nigérians ont eu le sentiment d’avoir été délaissés par Jonathan alors qu’ils avaient été aux premières loges de la lutte pour la défense de la légitimité constitutionnelle de sa prise de pouvoir après le décès de l’ancien président Ya’adua, et enfin 3. il ne faut pas oublier que Obasanjo, qui est remonté contre Jonathan, est yoruba. Les États pivots sont plus nombreux au nord qu’au sud. L’existence de ceux du Nord est due au fait que ce sont des Etats PDP, mais il n’est pas sûr que la fidélité partisane l’emportera sur la préférence ethnique. Ce qui est un avantage pour M Buhari. Les États pivots du sud sont dans le même cas inversé, c’est-à-dire qu’ils sont dirigés par des gouverneurs de l’opposition, et tout porte à croire que le ressentiment des Yoruba à l’égard de Jonathan conjugué à l ‘effet politique, a de fortes chances de favoriser M. Buhari.

Enfin, il faut savoir qu’en raison du système fédéral, l’article 134 (2) de la Constitution nigériane stipule que le candidat à la présidentielle sera dûment élu après avoir atteint à la fois le plus grand nombre de suffrages exprimés; et avoir reçu au moins un quart des voix dans au moins  deux tiers des États, y compris le Territoire de la capitale fédérale d’Abuja.

Donc au vu de toutes ces conditions et de l’état de la carte électorale, on peut dire que les jeux sont ouverts et que le changement – le mot d’ordre de l’opposition APC — ne peut pas être exclu.

Alan Basilegpo

ibinimori

copyright4

Publicités