OMS : Au-delà des Passions, Je Vous Présente Dr Rebecca Matshidiso

image

Alors que la réunion de l’OMS tenue à Cotonou cette semaine s’est réduite dans les média et la société politique béninoise à un débat mesquin, manichéen et piteusement Quartier latin opposant de manière mythique la géniale et innocente Professeur Gazard au méchant égocentrique Yayi Boni qui n’aurait rien fait pour faire reconnaître au monde le talent et le savoir faire immenses de cette perle rare béninoise, et alors que le virus Ebola continue de tuer nos frères et sœurs ouest-africains, personne au Bénin n’a vraiment dit qui était la nouvelle directrice Afrique de l’OMS, et quel était son programme pour sauver notre continent.

Voici un article du Daily Times Pakistanais qui parle d’elle plus sereinement c’est-à-dire de manière moins bénino-béninoise.

COTONOU – Dr Rebecca Matshidiso Moeti, (OMS) le nouveau directeur de l’Organisation mondiale de la Santé pour l’Afrique, a promis d’améliorer les systèmes de santé sur le continent. Moeti qui est originaire du Botswana, a été élue au poste mercredi lors de la 64e session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique, tenue à Cotonou, au Bénin.
« En Afrique, nous avons beaucoup de problèmes de santé», a-t-elle dit, en insistant sur la nécessité d’améliorer les systèmes de santé sur le continent africain afin que chacun puisse accéder à des services de santé appropriés. « Nous devons améliorer les systèmes et les infrastructures de santé des pays africains afin qu’ils puissent avoir les moyens humains et matériels nécessaires. Cela permettra d’assurer que les médicaments soient disponibles dans tous les établissements de santé », a-t-elle dit
Selon elle, « si les systèmes de santé sont forts, les travailleurs de la santé peuvent mettre en œuvre tous les programmes, qui concernent les maladies transmissibles ou non transmissibles ». La nouvelle Directrice a en outre promis de mobiliser davantage de ressources, d’autres Etats membres de l’OMS ainsi que de travailler en étroite collaboration avec les organismes continentaux tels que l’Union africaine, pour lutter contre les maladies non transmissibles sur le continent.
Madame Moeti, 57 ans, qui est titulaire d’un diplôme en médecine et d’une maîtrise en santé communautaire, a au cours des six dernières années a été en charge à la direction de l’OMS pour l’Afrique, des questions de politique et de stratégie en ce qui concerne la promotion de la santé publique sur le continent.

Avec son élection en cette période troublée d’Ebola, on comprend que l’OMS a voulu jouer la carte de l’expérience et de la sécurité. Espérons que ce choix contribuera à juguler le péril d’Ebola qui sévit cruellement en Afrique de l’Ouest

Binason Avèkes

copyright4

2 commentaires

  1. Cher Binason Avèkes, sans verser dans nombre de poncifs ambiants, l’idée centrale développée dans votre article me paraît rejoindre – toutes proportions gardées – certains aspects de la modeste analyse à laquelle je me suis risqué à travers un billet récemment publié sur le même sujet, sur AFRICA 7, via le lien :
    http://afrika7.com/les-blogs/entry/election-du-directeur-regional-afrique-de-l-oms-lecons-de-la-defaite-beninoise#.VFxd5cxhAcs.facebook

  2. Cher Roc Nepo,
    Merci pour votre réflexion. Ce que je réprouve dans la culture quartier latin du Bénin c’est la valorisation égoïste de la chasse au poste international érigée en fin en soi, et sa justification sibylline par le sentiment de fierté nationale auquel tout Béninois normalement constitué devrait adhérer.
    Comme vous l’avez relevé dans votre pénétrante analyse, le poste de fonctionnaire international ne peut être une fin en soi déconnectée d’une politique internationale qui a une visée et une vision claires, stables et durables.

Les commentaires sont fermés.