Don et Prêt Traditionnels, la Jurisprudence Aplogan en Débat

amonavis

zinsou michèle 1Merci à Binason Avèkes pour le partage de ce conte dont la morale à la fois simple et complexe vous invite a mettre la balle à terre.

Trois leçons à tirer de cette histoire qui vous prend aux tripes et qui vous pousse à un examen de conscience concernant votre philosophie de DON et du PARDON.

  1. IL FAUT DONNER POUR RECEVOIR
  2. ON RÉCOLTE CE QU’ON A SEMÉ
  3. LE PARDON EST LE MEILLEUR DON DE SOI PARCE QU’IL LIBÈRE ET QUE LA LIBERTÉ N’A PAS DE PRIX.

Le planteur de cola aurait dû refuser le prêt de collier tout simplement. En se faisant justice lui-même de manière préméditée, il a causé la mort d’un être humain, crime qui sera absolument puni si l’on croit à la Loi karmique selon laquelle rien ne se perd.

Il y a des cultures pour lesquelles le prêt est comparable à un don et le bénéficiaire est censé donner à son tour à son bienfaiteur lorsqu’il aura recours a lui. C’est courant au Ghana.

En l’espèce, la jurisprudence  Aplogan est implacable mais elle n’est que la justice des hommes et nul n’est censé ignorer la loi. Le Ministre des cultes a dit la Loi, rien que la Loi, quelque soit les exigences de la   situation. Pour autant doit on mettre la vie d’une innocente jeune fille en danger ?

Pour mettre fin à ce genre d’abus et combattre l’arbitraire sous toutes ses formes, le monde « civilisé », depuis 1948, a institué la Déclaration Universelle des  Droits de l’Homme  et ses instruments juridiques tant au niveau national qu’international comme devant faire partie de l’arsenal juridique de chaque pays.

Cette Déclaration essaye de créer non sans mal une conscience générale de la dignité de l’homme avec les droits inaliénables  tels que : droit à la vie, droit à la liberté, droit à la sécurité de la personne pour ne citer que ceux là…

Mais leur universalité pose toujours problème:

–  Pour la Chine, par exemple,  les devoirs de l’homme doivent comporter pour l’individu, l’obligation d’amour et de renoncement qui selon Mme Yun Zeng, spécialiste des Droits de l’Homme, « découlent de la philosophie  de Lao Tseu et de Confucius. »

Alors que pour l’ Afrique, beaucoup se posent toujours  la question de savoir si les droits de l’homme sont applicables et  compréhensibles par les populations de notre Afrique profonde qui veut s’adapter au monde moderne mais qui n’abandonne rien de sa culture et de ses traditions, et où le monde visible et invisible sont intimement liés.

Par ailleurs, on observe  que la dynamique des Droits  de l’Homme est mise à mal par la violation permanente et flagrante de ces Droits par le monde moderne qui les a institués ce qui crée in fine  une situation pire que celle de la Loi du Talion.

Michèle Abègnonhou

copyright5

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s