7 Choses et demie que l’Afrique Noire doit Faire de Toute Urgence

 

blog1


7 Choses et demie que l’Afrique Noire doit faire de Toute Urgence pour Cesser d’être à la Traîne du Monde.


  1. Arrêter les religions chrétiennes et musulmanes

  2. Choisir trois ou quatre langues africaines dans lesquelles les Africains seront instruits. Faire de même aux niveaux nationaux et abandonner le statut de langue officielle dont jouissent les langues des colonisateurs

  3. Unir très vite l’Afrique noire, et la séparer de la partie arabe, de manière à avoir les Etats-Unis d’Afrique Noire ; cette entité doit devenir vite opérationnelle dans la défense et le gouvernement du continent noir et de ses peuples

  4. Choisir une monnaie africaine

  5. Bâtir une armée africaine

  6. Bâtir un système d’éducation intègre basée sur les valeurs endogènes et orienté vers les intérêts et l’épanouissement du Noir africain, et de l’Afrique noire.

  7. Affirmer l’humanisme du Noir africain, à travers la reconsidération des aspects positifs de nos valeurs, traditions, pratiques et mémoires, axée sur l’unité et en liaison étroite avec la diaspora noire africaine de par le monde

7.5  Instituer le Tombeau de l’Esclave Inconnu.   Pour vivifier la mémoire  des nôtres, hommes femmes, enfants, nourrissons,  violemment arrachés à la terre de leurs ancêtres, toutes ces victimes de la traite arabe,  ces Noirs capturés, entraînés dans des caravanes à travers le désert, vendus dans les pays arabes, maltraités, transformés en objets sexuels ou en forçats, réduits à l’état de bêtes,  castrés et méprisés, triste sort qui a duré plus d’un  demi-millénaire, et qui hélas continue encore par endroits et par moments ;  mais aussi et surtout les victimes de la traite transatlantique jetées en mer, maltraitées dans les cales des négriers, vendues  et revendues dans les Amériques, traitées comme des bêtes de somme, volées et violées, contraintes à travailler jours et nuits pour enrichir les Blancs, lynchées et morts dans cette barbarie qui a duré plus de 400 ans ; en mémoire de tous ces fils et filles d’Afrique dont le seul tort était d’être des Noirs, instituer le Tombeau de l’Esclave Inconnu.

Alan Basilegpo

copyright5