Quand Sarkozy veut Faire Passer son Caca dans l’Histoire Africaine

Blog1.jpg

Sarkozy qui a du sang africain sur les mains, l’homme qui a provoqué l’assassinat crapuleux de Kadhafi pour que l’Occident voleur s’accapare du pétrole de la Libye sans états d’âme, l’ex-chef d’état français qui est à l’origine de l’agression militaire de la France contre le Président Ivoirien Laurent Gbagbo et son enfermement à la Haye pour permettre à leur ludion burkinabè de présider aux destinées des Ivoiriens, c’est cet odieux personnage vomi par toute l’Afrique qui ose fouler le sol africain et parler après une visite rendue à son obligé.

Dans la délégation qui l’accompagne,  pavoisent les acteurs bon teint de la Françafrique, le système qui s’arroge le droit de disposer dans une violence implacable des ressources matérielles et humaines de l’Afrique en vertu d’un fondement raciste qui pose que les Africains ne sont ni dignes ni capables d’apprécier par eux-mêmes les richesses de leur sol et de leur sous-sol. On à là des dirigeants de grandes sociétés et entreprises françaises qui sans l’Afrique ne seraient rien, et au conseil d’Administration desquelles l’ancien Président s’honore d’être membre ou un grand manitou. En dehors de l’émolument occulte annuel chiffré en milliards qu’il touche en sa qualité d’ancien Président français pour son appui à l’arnaque du CFA, l’insatiable cupidité de cet homme  le pousse à arrondir ses fins du mois. Et pour cela, il compte sur le renvoi d’ascenseur de celui qu’il a passionnément fait  installer à la Présidence de la République de Côte d’ivoire à l’issue d’une violence militaire scandaleuse  perpétrée au  nom de la France et sous couvert de l’Onu.

 

 

Avec l’éventualité de la libération de Gbagbo, comme l’actualité ramène le passé au goût du jour, il y a panique dans les rangs des anciens conjurés. Quand Ouattara tremble de peur, Sarkozy tousse. Le responsable numéro un de cette aventure où l’arbitraire de la violence le dispute à l’inhumanité de l’injustice a besoin de prendre la parole pour consoler son ludion, lui donner courage, le rassurer. Donner de la voix, à défaut de montrer la voie. Dire urbi et orbi ce que l’opinion et l’histoire dans laquelle l’Afrique n’est pas entrée doivent retenir du passé.  Dans un délire masturbatoire pour le moins obscène, le criminel impénitent, revenu sur les lieux de son crime, l’habille de neuf, rassure son complice et homme de main. Sarkozy s’essaye à un exercice pathétique de récréation du monde tel qu’il aurait souhaité qu’il fût. Ce faisant, il se rassure de la justesse de ses agissements. En toute candeur, dans une ardeur incantatoire risible il se rassure qu’il y a une Afrique qui l’écoute et qui prend ses paroles au sérieux.  Dans son discours auto-suggestif de réhabilitation/consolation, pince sans rire, sur la seule foi de son autorité magique d’ancien chef de l’Etat français, Sarkozy assure sa marionnette de sa grandeur insigne, de sa respectabilité aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Afrique et au-delà. In fine  cette grandeur et cette respectabilité putatives du traître africain sont aussi indexées sur la glorieuse bienveillance de l’Amérique, qui a eu son mot à dire dans son installation au pouvoir par la force des armes et du mensonge international.

« Dors min quiquin min p’tit chien…N’aie crainte, tu es un grand homme aussi grand que Mandela, d’avoir servi la France éternelle. Dors min p’tit quiquin, tu n’es pas le caca infect de l’histoire en quoi te décrivent nos détracteurs, car l’Afrique n’a pas d’histoire. Je suis Blanc et ancien président et je le dis  haut et fort : tu es un grand homme et ta  grandeur va au-delà de l’Afrique, car elle est indexée sur la puissance de l’Amérique! »

Telle est la triste comptine que recèle la communication du nabot. Or s’il existait une once de justice sur terre, au lieu d’être en train de gesticuler au seuil de la présidence profanée d’un Etat africain, serinant à souhait les bons mots de consolation à l’adresse de son ludion et ce qu’il croit être une certaine opinion africaine chloroformée par la grandeur crapuleuse de la France,  s’il y a avait une once de justice disons-nous, ce criminel nabot aux mains gantées du sang africain serait en train de ronger ses ongles derrière les barreaux de la prison d’une Cour Pénale Africaine, quelques part à Addis-Abeba ou à Cape Town.

Au passage, signalons que, pendant que le nabot faisait son petit show de nain de l’histoire, un autre chacal grand par la taille et par son ignoble servilité, béninois le jour et français la nuit si ce n’est l’inverse, se pâmait d’envoûtement en buvant les paroles de son idole de droite, lui qui passait pour être un homme de la gauche française. Mais comme chacun sait, l’opportuniste, surtout lorsqu’il est mû par l’obsession arriviste,  ne connaît ni droite ni gauche et n’a d’yeux que pour ses intérêts égoïstes. On a reconnu le fameux Lionel Zinsou, soldat  de première classe intellectuelle de la Françafrique, l’homme qui régulièrement et non moins infatigablement monte au créneau pour défendre et légitimer du haut de sa stature d’expert l’œuvre économiques bénéfique de la France  en Afrique, à commencer par les bienfaits immenses du Franc CFA. Comme quoi, la guerre que livrent ignominieusement certains qui passent pour être des nôtres, sert d’abord et avant tout leurs intérêts personnels égoïstes.  C’est au nom de ces intérêts qu’ils vendent leur mère au proxénète blanc, sans états d’âme, grimaçant de plaisir et se trémoussant de joie d’appartenir à la délégation de ceux qui comptent dans ce qui fait bouger l’Afrique sur le dos des Africains, de cette Afrique dominée, victime de la prédation impitoyable de la France et des Blancs.

Au total, ce document vidéo est à lui tout seul une épiphanie de la Françafrique : on y trouve un ancien président Français, le plus hargneux dans le mépris, la domination et le pillage de l’Afrique et des Africains ; il y a aussi un soi-disant président africain, molosse serviteur de la France, un expert en légitimation des crimes de la Françafrique et un quarteron d’hommes d’affaires et de Présidents de sociétés françaises qui, sous leurs dehors policés et droits dans leurs bottes, constituent la tourbe infecte aux premières loges du pillage, des assassinats, des coups d’Etat,  et des guerres sans fin qui ensanglantent le continent…

Mais l’Afrique tout entière se rit de cette vaine tentative du criminel Sarkozy de faire passer son caca Ouattara dans l’histoire africaine.

Aminou Balogun

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s