L’Adhésion du Maroc à la CEDEAO est Préjudiciable à l’Économie Nigériane

blog1
Le secteur privé formel (OPS) du Nigeria a prévenu hier le gouvernement fédéral contre l’octroi de l’adhésion de la CEDEAO au Maroc, affirmant que cela va aggraver les niveaux de chômage et de pauvreté dans le pays.
L’OPS comprend l’Association des fabricants du Nigéria (MAN), l’Association consultative des employeurs du Nigeria (NECA), l’Association nigériane des chambres de commerce, de l’industrie, des mines et de l’agriculture (NACCIMA), l’Association nigériane des Petites et moyennes entreprises (NASME).
Dans un document de position, intitulé « Les raisons pour lesquelles le Maroc ne devrait pas être admis à la CEDEAO », signé par son président, Frank Jacobs, le groupe avertit: « L’inscription du Maroc dans la CEDEAO va nuire au secteur manufacturier, dissiper les avancées industrielles déjà réalisées, aggraver le chômage et la pauvreté au Nigeria. »
Le Maroc est membre de l’Union pour la Méditerranée qui regroupe 28 pays de l’Union européenne. L’adhésion de ce pays à la CEDEAO permettra ipso facto aux 28 pays de l’Union européenne d’accéder librement au marché régional, en l’inondant de produits européens. C’est un leurre qui affaiblira la position du Nigeria sur l’Accord de partenariat économique CEDEAO-UE (APE), entravera la diversification nigériane et la croissance du secteur manufacturier par l’exploitation du marché nigérian et de la CEDEAO « , a-t-il déclaré. Compte tenu du préjudice que l’entrée du Maroc pourrait causer au bloc économique, en particulier au Nigeria, « l’OPSN demande au gouvernement fédéral, à la Commission de la CEDEAO et aux autres parties prenantes de l’économie nigériane de rejeter la demande. «Nous appelons le gouvernement nigérian à déployer, dans l’intérêt national et de toute urgence, les mécanismes diplomatiques nécessaires pour mettre fin à la demande du Maroc de rejoindre pleinement la CEDEAO qui a été examinée par la Communauté lors de sa réunion de juin 2017 au Liberia. « Cela permettra au Nigeria d’avoir une position forte avant le premier trimestre 2018 lorsque le verdict final sur la demande du Maroc sera conclu par la CEDEAO », a-t-il déclaré. Selon lui, d’autres raisons de rejeter la candidature marocaine à l’adhésion à part entière de la CEDEAO incluent le fait que : « L’économie marocaine n’est pas industrialisée et donc; on se demande où il va se procurer des biens industriels pour commercer avec la CEDEAO. Il est évident que cela renforcerait l’intérêt de l’UE en devenant un canal stratégique pour faire avancer les produits de l’UE auquel le le Nigeria résiste actuellement vaille que vaille. « L’économie marocaine est également largement agraire, on peut aussi se demander ce que les économies membres de la CEDEAO qui sont principalement agraires bénéficieront de l’admission du Maroc dans la Communauté », a-t-il dit.
Akinola Bidemi

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s