Publié dans Haro, nigeria

Nigeria : Top 10 des Plus Riches, selon Forbès, et la Réflexion Critique Induite

blog1

Forbes, a publié la liste des personnes les plus riches du Nigeria pour 2017.
Le classement publié aujourd’hui montre que Aliko Dangote conserve sa place en tant que numéro un.
Voici la liste complètee …
1. Aliko Dangote: Aliko Dangote est l’homme le plus riche du Nigeria, de l’Afrique et bien sûr le plus riche homme noir au monde. En 2014, il était classé le 24ème homme le plus riche du monde, mais est depuis tombée à des positions inférieures à 100 en raison de la baisse significative de la monnaie nigériane le Naira.
Valeur nette: 12,5 milliards de dollars.
2. Mike Adenuga: Mike Adenuga est le deuxième homme le plus riche au Nigeria. Il a investi dans le pétrole, le gaz et les télécommunications. Il est le propriétaire de Globacom, le deuxième plus grand opérateur de télécommunications au Nigeria et le président de Conoil.
Valeur nette: 10,5 milliards de dollars.
3. Femi Otedola: il est le PDG de Zenon Oil and Gas et Forte Oil Plc. Il s’intéresse aux biens immobiliers entre autres secteurs.
Valeur nette: 2,3 milliards de dollars.
4. Folorunsho Alakija: Folorunsho, femme d’affaire puissante, s’intéresse aux industries de la mode, du pétrole et de l’imprimerie. Elle est la femme la plus riche au Nigeria.
Valeur nette: 2,1 milliards de dollars.
5. Theophilus Danjuma: Ancien chef de l’armée nigériane entre 1975 et 1979. Il est le président actuel d’Athlantic Petroleum.
Valeur nette: 1,7 milliard de dollars.
6. Abdusalam Rabiu: Abdusalam est le fondateur du célèbre groupe BUA. Un conglomérat actif dans le raffinage du sucre, la production de ciment, l’immobilier et les opérations portuaires. En septembre 2015, son groupe a signé un accord de 600 millions de dollars avec un fournisseur chinois de services d’équipement en cimenterie  Sinoma Internation Engineering pour construire une deuxième ligne de production située dans le  Delta du Niger.
Valeur nette: 1,5 milliard de dollars.
7. Tony Elumelu: un philanthrope et fondateur de Transcorp et Heirs Holdings. Il était le président de United Bank for Africa.
Valeur nette: 1,4 milliard de dollars.
8. Orji Uzor Kalu: L’ancien gouverneur de l’État d’Abia. Il est le fondateur et le président de Slok Holding. Un conglomérat s’intéressant à l’expédition, à la banque, au pétrole, au commerce, à l’industrie et aux médias. Il est devenu un véritable homme d’affaires à l’âge de 19 ans après avoir été expulsé d’une université nigériane pour avoir été à la tête d’émeutes étudiantes.
Valeur nette: 1,1 milliard de dollars.
9. Jim Ovia: Jim Oviah est le fondateur de Zenith Bank. Il en est le président et le plus grand actionnaire avec une participation de près de 10%. Il gère également une firme de télécommunication mobile, Visafone qui compte plus de 3 millions d’abonnés.
Valeur nette: 1 milliard de dollars.
10. Oba Otudeko: Oba Otudeko est le président et fondateur du groupe Holey Well. Il est également président de FBN Holdings Plc. Ses opérations se sont diversifiées dans le pétrole et le gaz, les mines, la farine de blé, l’immobilier et le transport maritime.
Valeur nette: 650 millions de dollars.

Que retenir de ce classement ? Eh bien, il va sans dire que la richesse des Nigérians est un don du delta pétrolier du Niger.  Mais le paradoxe est qu’aucun nigerian originaire de la région pétrolière ne figure parmi les 5 plus riches du pays. Il faut descendre à la neuvième position avant de trouver un maigre représentant du delta du Niger. Raisonnement bassement régionaliste dira-t-on, mais quoi qu’on dise le régionalisme n’est pas une vue de l’esprit ni un délire associatif à l’état pur, mais une réalité fondée dans les faits politiques et sociaux du Nigeria, comme de la plupart des pays africains, qui ont été taillés par le colonisateur en dépit du bon sens et selon ses seuls intérêts. Comment ne pas raisonner de façon régionaliste, lorsque bien souvent, en Afrique les populations sont confrontées à des situations où, dans le même pays, vous avez comme un bout de l’Espagne, un bout du Maroc, un bout de la France, un bout de l’Italie,  un bout de l’Autriche, enfermé dans le même état, et forcé de vivre ensemble sans que nul n’ai demandé l’avis des intéressés ? Mais ce qui fait le plus réfléchir dans cette ethnologie de l’accaparement ou de l’accumulation de richesse à laquelle tout regard un tantinet critique est obligé de s’abaisser à son corps défendant est que les gens qui accumulent le plus ce sont les gens les plus éloignés de la source de la richesse, voire même les étrangers. Tandis que les autochtones eux ramassent les miettes et les pots cassés sous forme de dégradation de leur environnement sinon de destruction de leur écosystème, de pollution et de maladies  mettant en danger les vies – humaines et animales – sur des générations. Ce fait n’est pas anodin. Le fait que ce soit celui qui est le plus éloigné, fût-ce dans la même nation ( certes en construction) qui s’enrichit au détriment des autochtones, définit la condition africaine dont il est en quelque sorte l’épitomé. Ce fait est cohérent avec l’histoire africaine, depuis que l’Occident chrétien, puis capitaliste est entré en son contact. Comment saurait-il en être autrement — c’est-à-dire, comment les plus riches du Nigeria pétrolier ne seront pas tout sauf des originaires du delta pétrolier – si l’on veut que la même logique s’applique pour l’Afrique dans son rapport avec l’Occident ?

Alan Basilegpo

copyright5_thumb.png

 

Publicités