Publié dans Haro

Rosine Soglo, le Cœur a Raison

blog1

Ses détracteurs accusent Rosine Soglo d’avoir pris l’argent de la corruption des députés, et décrient son aveu tardif comme un geste hypocrite. Pour eux, l’ancienne première Dame aurait reçu l’argent la nuit, et pour sa gloriole médiatique, le crierait sur les toits en plein jour.

A quoi bon pactiser avec le diable, disent-il outrés, n’aurait-il pas été plus cohérent et au-dessus de tout soupçon qu’elle ait rejeté l’offre d’entrée ?

Mais si Rosine Soglo n’avait pas pris l’argent serait-elle crédible en disant que tous les députés ont bénéficié du même massage financier en vue de les disposer à voter pour le révision de la constitution ? Au mieux, on aurait considéré ses propos comme de vulgaires accusations sans fondement, et on les aurait balayés d’un revers de main, les mettant au mieux au compte de la rumeur ou de la méchanceté légendaire du Béninois.

En participant à cette prise illégale de l’argent corrupteur, en se couchant sur la table du masseur financier, Rosine Soglo paie de sa personne pour apporter la preuve de ce qu’elle dénonce.

En langage de recherche en anthropologie — et les mœurs crapuleuses de nos hommes politiques méritent bien une étude de cet ordre — cela s’appelle de l’observation participante.

En cela, la démarche de Madame Rosine Soglo, bien que venant du cœur, est fondée en raison.

Gbetey Beatrice

copyright5