Publié dans Haro, nigeria

Nigeria , Ouverture de la Bibliothèque Présidentielle Obasanjo : Quand Talon et sa Rupture se « Foutent de la Culture »

blog1

La bibliothèque présidentielle Olusegun Obasanjo a été officiellement mise en service samedi à Abeokuta, dans l’État d’Ogun.  La Bibliothèque a été portée sur ses fonds baptismaux en novembre 2002 en tant qu’organisation à but non lucratif.
Le lancement faisait partie de la célébration du 80e anniversaire de M. Obasanjo et y assistaient le président Nigérian par intérim,  M. Yemi Osinbajo, ainsi que plusieurs anciens dirigeants et anciens dirigeants africains.
L’installation est dotée d’un musée, de jardins zoologiques, d’amphithéâtre, ainsi que des centres abritant des ONG de défense des droits civiques, parmi lesquels l’Institut de culture africaine et de compréhension internationale et le Centre pour la sécurité humaine et l’expérimentation de l’énergie verte.

blog1
Dans son discours d’introduction, l’ancien président Obasanjo a déclaré que, à l’origine, la conception de  l’Etablissement a pris en compte trois éléments essentiels.
« Nous avons compris dès le début que trois choses devraient être intégrées dans la construction de l’établissement dans notre contexte national et africain.
«Le premier est une unité génératrice de revenus pour s’assurer que des fonds importants soient générés pour appuyer les dons que nous pouvons continuer à recevoir. Deuxièmement, il doit y avoir suffisamment d’installations pour répondre aux besoins de la collectivité et pour servir de façon positive la collectivité ; en un certain sens,  ce doit être un projet communautaire. Trois, il doit être actif et dynamique, non pas inactif, mais aussi instructif et inspirant. Il doit également être un centre de connaissances, d’informations et de valeurs dans une large mesure. ».

blog1
Parmi les dignitaires qui ont assisté à l’événement, il y avait les présidents Faure Gnassingbe (Togo), Ernest Koroma (Sierra Leone) et Ellen Sirleaf, (Libéria.)
Les anciens présidents Goodluck Jonathan, Boni Yayi de la République du Bénin, Joyce Banda du Malawi et John Kuffour du Ghana ont également assisté.

Pourquoi on ne mentionne pas la présence officielle d’un représentant béninois de haut niveau ? Pourquoi le président togolais, Gnasingbé Faure a honoré la cérémonie de sa présence alors que le Bénin qui se vente d’avoir une position stratégique très proche du Nigeria brille officiellement par son absence au plus haut niveau ? Talon a-t-il été effrayé par la présence de Yayi Boni ? Ou bien, comme il est plus loisible de le penser et, sauf rudesse de l’expression, il n’a rien à foutre de la culture.

Àkin’olá Bídémì

ibinimori/       /  pèlu-ibi

copyright5