Publié dans Humor, nigeria, Press-Links

Un Ministre Polygame Soulagé de ses Deux Épouses par des Kidnappeurs Futés

blog1

Le kidnapping au Nigeria, on le sait, est le sport favori d’une partie de la jeunesse désœuvrée, abandonnée à elle-même. Il est d’autant plus florissant que  ses victimes idéales sont les politiciens corrompus et impunis, ce qui au Nigeria est un pléonasme. En effet, souvent, dès que la famille d’un homme politique est victime de kidnapping, très rapidement, l’affaire se résout et les criminels aussi bien que les victimes s’en sortent satisfaits. La police quant à elle, jure tous ses grands dieux qu’aucune rançon n’a été payée. Mais même ceux qui croient au Père Noel  n’ajoutent pas foi à ces dénégations éculées. Ce mécanisme huilé assure la prospérité de l’industrie du kidnapping au Nigeria.

 Les kidnappeurs ne sont pas des novices. Ils relèvent des grandes écoles du crime et de la violence souterraine du pays. Ils connaissent les lois de leur métier et y appliquent la psychologie adéquate, entre violence et dialogue avec les victimes et leurs familles. Les types de dénouements sont connus. Soit la victime est relâchée au bout d’un nombre de jours inversement proportionnel à sa valeur marchande, affective et sociale ; soit, elle parvient à semer ses ravisseurs, soit enfin ceux-ci insatisfaits dans leur négociation réagissent violemment et la tue d’une manière plus ou moins cruelle. Dans tous les cas, les experts kidnappeurs tirent leur épingle du jeu, et seuls les novices ou les dilettantes se font piéger par la police ou laissent filer leur proie.

Les hommes politiques ont la cote parmi les victimes de luxe des kidnappeurs. Il y a aussi les têtes couronnées dans un pays où être roi est un business lucratif. Récemment, la femme du Président de la CBN, la banque centrale du Nigeria a été kidnappée ; l’affaire qui fut traitée avec une relative discrétion compte tenu de son impact sur le cours de la monnaie très vulnérable ces temps-ci, a été conclue par la libération de Mme  Emefiele, sans mention officielle d’un éventuel paiement de rançon. Mais peut-on imaginer que des kidnappeurs libèreront l’épouse du Président de la Banque Centrale sans un rond ?

Les kidnappeurs ne sont pas des illettrés. Nombre d’entre eux se recrutent parmi les diplômés d’université sans travail. A leur métier de l’ombre, ils appliquent souvent les connaissances initialement acquises en vue de métiers plus orthodoxes et à ciel ouvert, que la société se refuse à leur donner, bien que ce soit leur droit. Par exemple, ce sont des gens qui connaissent empiriquement ou par science les fondamentaux de la psychologie de l’affection. Ainsi, ils savent bien à quel point le kidnapping joue sur la frustration de la   famille de la victime et son attachement à son membre ravi à son affection. Et de ce savoir, ils usent sans pitié.

Le kidnappeur ne fait pas les choses à moitié. Si la manipulation de la frustration de la famille de la victime est le principe du chantage auquel ils la soumettent, les kidnappeurs savent qu’ils ne doivent ni lésiner sur les moyens ni transiger sur la fin.

Le kidnapping qui est intervenu hier dans l’État de Nasarawa montre bien la clairvoyance psychologique des ravisseurs. La victime en est le Ministre de l’Administration Territoriale et des Chefferies Traditionnelles de cet état du Centre Nord,  Monsieur Aliyu Tijani. Les kidnappeurs s’étaient introduits chez lui en son absence hier soir, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ont ravi ses deux épouses ; Monsieur le Ministre, en bon musulman du Nord du Nigeria, étant un polygame. Question philosophique à la  Heidegger : Pourquoi ravirent-ils les deux épouses et pas une seule ? Réponse cartésienne relevant du bon sens : Parce qu’ils n’ont sans doute pas eu le temps de se renseigner pour savoir la préférée du maître de maison. Et pour ne pas faire  de jaloux, ils ont préféré faire la belle avec les deux belles. S’ils avaient pris la plus belle, la plus jeune ou l’une des deux au hasard, peut-être qu’ils n’auraient pas fait le bon choix susceptible d’exaspérer la frustration de l’époux. Le cas échéant, les ravisseurs pourraient par leur choix arbitraire soulager le polygame de l’épouse dont il ne demandait pas mieux que de se débarrasser. Par ailleurs, les mauvaises langues pourraient même soupçonner celle qui a été épargnée d’être à l’origine du ravissement de l’autre. Enfin, parce qu’il a toujours au moins une femme dans son lit, le Ministre pourrait avoir de la latitude psychologique dans ses négociations avec les ravisseurs ; et ferait preuve de plus de lucidité que s’il n’avait rien à se mettre sous la dent, en matière de femme. Une voiture ayant une crevaison peut toujours rouler si elle possède une roue de secours ; dans le cas contraire, elle est clouée sur place.

Toutes ces raisons ont poussé les kidnappeurs futés à ravir les deux femmes du Ministre, au lieu d’une seule. Et bientôt, le dénouement heureux, comme c’est souvent le cas dans ce type d’affaires, viendra confirmer la clairvoyance psychologique des ravisseurs.

Adisa Bamiro

copyright5.png

 

 

Publicités