Publié dans nigeria, Trad

Mise en Examen de Jonathan au Nigeria : À Quand le Tour de Yayi au Bénin ?

blog1

La présidence nigériane a ordonné une enquête discrète de l’ancien président, Goodluck Jonathan, et sa femme, Patience, sur la vague d’attentats contre les installations pétrolières et gazières dans le delta du Niger, a appris le journal en ligne PREMIUM TIMES.

Une source gouvernementale haut placée, citant des rapports du renseignement, a déclaré à ce journal qu’il avait été établi que certaines des installations pétrolières bombardées dans le delta du Niger avaient effectivement été exploitées alors que le président Jonathan était au pouvoir, juste avant les élections de 2015, par des militants et agents connus pour être très proches de lui.

«Le minage était censé être un plan B dans le cas où Jonathan perdrait les élections de 2015 » a dit le fonctionnaire, qui a exigé l’anonymat en raison de la nature sensible du dossier.

« Le plan visait à semer la zizanie si l’élection présidentielle de 2015 n’allait pas comme prévu, en faveur de l’ancien président. »

« Toutefois, lorsque l’ancien président, contre toute attente concéda la victoire à son challenger, M. Mohammadu Buhari, selon la source, il y eut à la fois déception et confusion dans le camp de ceux qui avaient conçu le plan, ce qui provoqua une suspension de l’ensemble du programme.

« Mais en Février de cette année, on a appris que le plan avait été repris, dans la mesure où nombre de ses concepteurs compromis dans des scandales de corruption avaient été mis en examen.

« M. Jonathan craignait que lui-même et sa femme pourraient être poursuivis, y compris sur des accusations de blanchiment d’argent, où les enquêteurs ont fait état de l’existence de preuves contre cette dernière.

« C’est à ce moment-là que les activités de bombardement sous la bannière du groupe dit « Niger Delta Avengers » ont commencé.

« Même l’ancien président, dans une déclaration faite lors d’un voyage à l’étranger a affirmé qu’il était au courant de ce que des enquêtes le concernant avaient cours. Ce fut après que le plan B de bombardement était devenu pleinement opérationnel, selon les rapports du renseignement « .

Au mois de Juin dernier, au cours d’une interview en direct sur Bloomberg Television, M. Jonathan a dit qu’il était au courant que les agences anti-corruption enquêtaient sur lui.

«Je fais l’objet d’enquête, oui, des enquêtes sont en cours me concernant, » avait dit M. Jonathan après avoir prononcé à Londres un discours sur ses cinq années de présidence.

Les commentaires de M. Jonathan venaient au même moment que les Gouverneurs de la région du Delta du Niger en avaient appelé le président Buhari pour qu’il abandonne les accusations de corruption contre des personnes haut placées originaires de la région.

« Après que le plan B fut restauré, les « militants artificiers » qui avaient miné les installations pétrolières et gazières avaient seulement pour tâche d’organiser la façon dont ils allaient les faire exploser à distance et à souhait au gré du calendrier des Avengers, dont les bailleurs et commanditaires, entre autres personnalités, comprenaient l’ancien président, sa femme, l’activiste recherché Tompolo, M. Kingsley Kuku et Olisa Metuh, l’ancien porte-parole du PDP.

«Le minage des installations pétrolières a été fait par certains des militants que le gouvernement précédent avait formés dans le cadre du programme d’amnistie, et ceux qui ont acquis l’expertise nécessaire, en plus de leur connaissance des criques du delta du Niger et du terrain.

« Les experts qui travaillent avec le gouvernement fédéral affirment maintenant travailler pour déterminer comment découvrir s’il y a encore beaucoup d’autres installations de pétrole et de gaz qui ont été minées, et explorer les meilleurs moyens de déminage possibles. »

Selon la source du Journal Premium Times « le but de la manœuvre perpétrée par M. Jonathan et ses associés soutenant le NDA était de causer suffisamment de dégâts économiques afin de forcer l’administration Buhari à rechercher une solution politique aux affaires de corruption sur lesquelles des enquêtes sont ouvertes contre eux.

« Le but de la manœuvre est d’éviter les poursuites et leur corollaire, la honte sans précédent d’avoir un ancien président mis en prison. »

Selon une autre source de la présidence, « l’une des raisons pour lesquelles M. Jonathan a rendu visite au Président dans sa résidence à Aso rock au début de ce mois était qu’il avait peur pour lui-même, mais surtout pour sa femme contre laquelle des enquêtes discrètes avaient déjà progressé de manière significative. »
Toute cette manœuvre donne force et raison à ce que notre confrère Binason Avèkes posait sous forme de boutade shakespearienne à savoir doit-on dire Niger Delta Avengers ou bien Niger Delta Blackmailers ?
Et, toute proportion gardée, cette question vaut aussi pour notre bonne gouverne au Bénin. Car, la campagne agressive et délirante que mènent l’ancien président et son parti, les menaces dont elle est grosse, le parti-pris raciste et régionaliste qui l’anime montrent si besoin en est qu’il s’agit d’agiter l’étendard de l’ethnie ou d’une supposée région pour s’exonérer des exigences de la responsabilité dans un état de droit. Que Yayi Boni soit à la recherche de ses Avengers, cela saute aux yeux. Aussi risibles que soient leurs manœuvres, il appartient au régime de la rupture, à l’instar de ce qui se fait sous Buhari au Nigeria, de ne pas se laisser distraire par Yayi et sa troupe de théâtreux, qu’il urge de mettre devant leur responsabilité.

Adenifuja Bolaji

copyright5_thumb.png

Publicités