Publié dans nigeria, Trad

Contre ceux qui le Menacent de Destitution, M. Buhari Affirme le Primat de sa Popularité Politique

blog1.png

Le Président Muhammadu Buhari a afirmé qu’il était toujours aussi populaire qu’en 2015 lors de l’élection présidentielle qui l’a vu accéder à la tête du pays.

M. Buhari a fait cette déclaration dans une interview au magazine African Leadership.
extraits :

 «Oui, j’a été élu par une écrasante majorité des Nigérians, et je suis toujours reconnaissant de l’occasion qui m’a été donnée de servir le pays.

« Cependant, je m’inscris en faux contre le résultat de l’enquête selon laquelle ma popularité serait entamée. Je comprends les attentes élevées des Nigérians et comme administration, nous travaillons assidûment à  la satisfaire.

«Nous sommes venus avec un mantra de changement et un  zèle sans faille pour donner un nouveau souffle  à la gouvernance. Notre zèle est intact et nous sommes toujours prêts à faire la différence.

« Vous vous souviendrez que dans mon discours d’inauguration, j’ai dit avec force qu’en tant que gouvernement, trois domaines clés seront prioritaires. Le premier est la nécessité de reconstruire l’économie. Je me suis également engagé à lutter contre l’insécurité tandis que le troisième et tout aussi important domaine est la lutte contre la corruption.

« Le Nigeria sera sera bientôt de retour sur la bonne voie. Jusqu’à maintenant, nous avons perdu le sommeil au Nigeria avec Boko Haram qui a harcelé les Nigérians de tourments sans nom, surtout dans la partie nord-est du pays. Jusqu’à présent, nous avons fait preuve de résilience pour mettre fin à  ces activités criminelles, bien que nous essuyions des critiques dans notre approche de juguler ce fléau.

« A mon avis, ce que nos gens devraient savoir est que le processus de changement est difficile, car il exige de l’endurance et de la patience. La Chine, la Malaisie, Singapour, l’Indonésie et d’autres grands pays d’Asie sont à différents moments passés à travers des processus de changement. Ils sont bien mieux lotis aujourd’hui.

« Et certains de ces pays étaient à égalité avec le Nigeria en termes de développement, il y a quelques cinq décennies. Nous essayons de faire la même chose ici pour dire arrêtons nos tendances individualistes, que le gouvernement cesse d’être un prétexte à l’enrichissement personnel prodigieux des gouvernants aux dépens des Nigérians ordinaires qu’ils sont censés servir.

« Au contraire, nous devrions nous concentrer sur la construction d’institutions fortes. Introduisons la prospérité économique en apportant davantage d’investisseurs à catalyser un sens de la concurrence pour faire croître notre économie. Qu’il y ait de l’ordre dans nos moyens « .

M. Buhari  a exhorté les Nigérians à « continuer à faire preuve de patience » les assurant que « nous ne pourrons nous reposer sur nos lauriers tant que nous n’auront pas répondu à vos besoins légitimes et ceux du pays. A ce jours, tel est le sens de nos efforts. « 

Comunication à forte charge politique, ce discours de Buhari s’insère dans une pédagogie en prise sur l’actualité En effet, la lutte contre la corruption fait rage dans le pays. Malgré la critique de  l’opposition qui fustige son caractère biaisé, partisan ou politique, ce combat donne des résultats concrets. Mais les réactions des mis en cause, surtout lorsqu’ils sont, au cœur de l’appareil d’État et du régime, peuvent constituer une source de tension politique. Ainsi, les inculpations qui frappent l’inénarrable Président de l’Assemblée, M. Bukola Saraki, qui traine plus d’une casserole à son actif, ont conduit une faction de la majorité au pouvoir acquis à sa cause à évoquer non sans une certaine impudence la possibilité de destituer le Président Buhari. Manière sans doute de faire pression sur le vieux général et l’amener à mettre de l’eau dans son vin dans la lutte contre la corruption. Un adage éthico-politique bien connu au Nigéria et popularisé par Wole Soyinka veut que « When you fight corruption, corruption fights back » . Ce combat d’arrière-garde, Buhari saura-t-il le mener jusqu’au bout sans tomber dans ses pièges ? C’est tout le mal qu’il faut souhaiter au Nigeria.

Alan Basilegpo

ibinimori

copyright5_thumb.png

Publicités