Publié dans Pépito

Pépito : Enfants du Désert Debout !

L’intervention de Talon à l’Élysée, continue de faire des vagues sur la toile, où les Béninois restent passionnément partagés dans leurs appréciations. Si la plupart des avis positifs semblent émaner de primo-soutiens de Talon qui semblent aveuglés par leur passion, les avis négatifs donnent parfois le sentiment d’une certaine objectivité malgré le teneur critique des appréciations. Dans la pépite choisie ici sur Fraternité — l’autre journal national en ligne qui tient forum — cette objectivité de la critique s’illustre par le caractère organisé de l’argumentation où affleure comme l’écho d’une culture partisane bien aguerrie. Lisez plutôt.


 Kofi Adjai

J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt l’intervention de Patrice Talon lors de la conférence de presse conjointe qu’il a eu avec François Hollande à l’Élysée hier 26 avril 2016 et je suis un peu surpris de savoir qu’il a étalé lors de cette conférence de presse son inculture politique et diplomatique. Alors avait il des conseillers ???????
Quand est hors de son pays,
1/ on ne doit jamais exposer publiquement les difficultés de fonctionnement de son pays où traiter son administration d’incompétente. Ceci revient à dire publiquement mes enfants ne valent rien.
2/ on doit absolument éviter de présenter son pays quand on en est le dirigeant, comme étant très pauvre. ( la richesse d’un pays ne se mesure pas seulement au nombre de milliard qui y circulent mais aussi à sa culture et la compétence de ses cadres son dynamisme sa capacité d’adaptation sa créativité ses lois son climat .)
3/ on ne doit en aucune façon donner l’impression d’être un crève la faim, un tocard.
4/on ne doit surtout pas quémander aussi béatement. Il n’y a pas de sentiment en relations internationales il y a des intérêts à défendre à créer ou à protéger.

Notre président a commis beaucoup d’erreurs lors de son intervention.
1/ il a plus parlé comme un chef d’entreprise faisant appel à une structure de recrutement qu’il n’a exprimé une volonté de transfert de compétence ou d’échéance. Les béninois sont compétents mais il faut leur donner un cadre juridique solide fiable de pouvoir et de contre pouvoir fort indépendant non corruptible avec des hommes politiques ou des marchands ou hommes d’affaires qui ne se sentent pas au dessus de tout.
2/il n’a montré aucune fierté par rapport à la compétence des cadres béninois pourtant mondialement reconnus pour tels qu’ils n’a laissé entendre qu’il n’étaient pas à la hauteur.
3/ il n’a à aucun moment vanté les atouts de son pays en appelant les investisseurs étrangers à y venir investir.
4/ il a laissé apparaître clairement ses lacunes intellectuels en se posant en affairistes plutôt qu’en représentant d’une nation incarnant sa fierté ses atouts et son histoire.
5/ il a laissé entendre que lui Patrice Talon grand seigneur allait sortir de leur grande pauvreté ces béninois incompétents qui verront ce qu’ils verront au bout de cinq ans quand le miracle se sera produit.

Tout ceci étalé m’amène à presque supplier le président Nicephore Dieudonné Soglo et bien d’autre à l’aider pour qu’il puisse corriger rapidement ces difficultés qui l’empêche de passer de son statut de marchand à celui de chef d’une nation d’une histoire, d’une fierté, de l’orgueil de tout un peuple.

Patrice Talon est certe de bonne foi dans sa démarche mais il ne revient pas à François Hollande chef d’état étranger de vanter les mérites du peuple béninois, ses atouts et ses compétences, alors que le président des béninois les présente comme étant très pauvres incompétents en les livrant honteusement à la mendicité en pleine rue tout en se présentant orgueilleusement comme étant celui qui fera en cinq jours ce que même Jésus n’aurait jamais pu réussir à faire par ses miracles en sept jours fut il enfant de Dieu.

Le Bénin vient de demander au clown de Tchaourou de quitter le cirque de la marina pour laisser sa place à un vrai metteur en scène. Mais si notre metteur en scène commence par trouver les acteurs sans compétences minables et pauvres, et de surcroît son propre cirque dans le noir et en pleine insécurité, on aura pas beaucoup envie d’y venir ou d’y amener sa famille. Je crois que ses reproches lui avait été faites façon démagogique par le candidat Lionel Zinsou lors de leur face à face devant la presse sur le territoire béninois face aux béninois.

Patrice Talon vous avez eu des problèmes avec YAYI BONI et son administration et non avec l’administration béninoise qui ne prend que la forme du récipient dans lequel on la met.
Elle est avant tout une machine à la disposition des politiques qui peuvent la corrompre ou la mettre au service du développement . Se sont moins les vrais cadres fonctionnaires qui posent problème que les politiques que les hommes politiques y incrustent.

Il n’est pas exagéré de mettre notre cher président sauveur en garde contre la nature des intérêts économiques qu’il invite au Bénin.
La France a coutume à défendre ses intérêts lorsque ses contrats sont menacés par des coups de canon. Tandis que d’autres pays le font devant les tribunaux ou par des arguments commerciaux. Bientôt une base militaire française au Bénin ?

Il y a une grande différence entre financer des députés et leur demander de monter quelques coups foireux et être à la manette d’une NATION, d’un pays , d’un PEUPLE , d’une histoire. Un peuple, c’est beaucoup de fierté, c’est l’appartenance à une histoire dont est fière et un présent qu’on défend

ENFANTS DU DAHOMEY DEBOUT !


Aminou Balogun  copyright5_thumb.png