Appel au rejet de la candidature de Lionel Zinsou: Soglo Plébiscité

Le Président Nicéphore Soglo

Au lendemain de sa déclaration, du jeudi 21 janvier 2016 au Novotel Orisha de Cotonou, le Président d’honneur de la Renaissance du Bénin (RB), Nicéphore Dieudonné Soglo reçoit des soutiens de taille. En plus des personnalités du monde qui ont personnellement apprécié la position de sagesse de l’ancien président, nombreux sont les citoyens de la ville de Cotonou, notamment ses sympathisants qui se sont réjoui de la franchise de l’initiateur du front de refus de la recolonisation du Bénin. D’ailleurs, pour témoigner leur ferme et indéfectible soutien aux déclarations du Président Nicéphore Dieudonné Soglo, plusieurs sympathisants du couple Soglo ont pris d’assaut la résidence de l’ancien président pour lui dire, le vendredi 22 Janvier 2016, leur totale satisfaction sur sa position politique qui rejette la candidature du premier ministre Lionel Zinsou. Ces militants ont également apprécié l’engagement de Soglo à combattre la recolonisation de l’Afrique.
« Nous les citoyens de Cotonou, sommes-là. Nous remercions notre papa, le président-maire Dieudonné Soglo et notre maman, Rosine Soglo pour leur prise de position claire sur la trahison du peuple béninois dont le complot a été fabriqué depuis la France. Ils veulent nous imposer un président que nous ne connaissons pas et qui ne nous connait pas. Nous ne voulons pas de Zinsou », a déclaré le porte-parole des sympathisants du couple Soglo. En appréciant leur démarche, le Président d’honneur de la Renaissance du Bénin, Nicéphore Dieudonné Soglo qui venait à peine de finir son sport matinal, a saisi l’occasion de cette visite inopinée pour réaffirmer à l’assistance qu’il est contre l’accord politique que son fils Léhady a signé avec les Fcbe. C’est un accord de trahison « Cette alliance est un crime de haute trahison contre l’intérêt supérieur de notre Bénin », considère l’ancien président de la République. « Montrons qu’il y a encore des hommes au Bénin, des Amazones au Bénin, qui se retrouvent contre un affront de la recolonisation de notre pays. », a dénoncé l’ancien maire de la ville de Cotonou, à nouveau avant de réitérer qu’il se déplacera personnellement sur le terrain à l’occasion de la campagne électorale pour le dire aux populations. En rejetant le candidat du parti au pouvoir, Soglo est catégorique : « Je préfère quelqu’un qui veut t’aider à te développer et non quelqu’un qui veut te coloniser »

Rosine Soglo rejette la candidature de Zinsou et des hommes d’affaires

A mesure qu’approche l’échéance de la présidentielle de février prochain, l’horizon s’éclaircit et les positions s’éclaircissent. Celle de la doyenne d’âge de l’Assemblée nationale Rosine Soglo, est sans équivoque. Elle l’a fait savoir le mardi 05 janvier 2016 à la Salle de Conférence ‘‘MISSIO ALLEMANDE’’ du Chant d’Oiseau à l’occasion de la rencontre de réflexion collective, d’échanges, de partage et de dialogue fécond initiée par son époux, Nicéphore Soglo. A cette tribune, la présidente fondatrice de la Renaissance du Bénin a fait savoir son opposition catégorique contre de la candidature du premier ministre, Lionel Zinsou, qui est un candidat imposé. Elle a également laissé entendre pour la énième fois qu’elle n’approuve pas la candidature des hommes d’affaires et même proposé qu’on trouve un candidat valable pour accéder au pouvoir. A cette occasion, elle déclarait en substance « Comme disent les Anglais, les Français parlent beaucoup, mais ‘’action never’’.

Les inquiétudes de la doyenne d’âge Rosine Vieyra Soglo
Qu’est-ce que nous faisons concrètement ? Je n’ai pas écouté Tévos (Albert Tévoédjrè). C’est dommage que je ne sois pas là. Tévos qui ne le connait pas ? Avec tout le respect que j’ai pour son vieil âge, car c’est mon grand-frère. Nous le connaissons non ? Je l’ai beaucoup admiré quand j’étais jeune. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Que faisons-nous concrètement ? Qu’est-ce qu’on fait ? Avons-nous un candidat à opposer à Lionel Zinsou et à toute la clique de représentants de ceux qui ont de l’argent pour vous acheter ? Quel candidat avons-nous ? C’est cela le problème. C’est cela le grand problème. Avons-nous un consensus ? Même si ce candidat n’est pas riche. Si nous sommes tous d’accord pour que ce soit lui, nous ferons tout pour qu’il passe. Nous donnerons chacun 1000 Fcfa, 2000Fcfa, 200.000 Fcfa et nous le ferons élire. C’est cela que j’aimerais qu’on fasse. Trouvons un consensus. Nous n’avons personne dans ce Bénin-là ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? La lanterne rouge de la sous-région. Nous ne savons même plus parler correctement, même pas nos propres langues. Rien du tout. Où en sommes-nous Tévos ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? Nos parents nous ont éduqués. Mais où allons-nous ? Nous avons vendu notre âme à qui ? Au diable ? Au fumier du diable comme le dit le Pape ? Arrêtons la dérive. Ayons un sursaut. De quoi vous parlez ? Avant que je ne meure et bientôt, je le sais. Mais donnez-moi cette chance, cette joie, ce bonheur.Avant de mourir, je dirais enfin, le peuple, mon peuple, mon pays, s’est relevé, comme toujours, la tête haute. Donnez-moi cette joie avant que je ne m’en aille, mes chers compatriotes. Donnez-moi cette joie. Trouvez-moi un président coûte que coûte. Trouvez en un et je vous bénirai dans l’au-delà. Je vous bénirai mes enfants et je bénirai mes petits-enfants et mes arrière-petits-enfants. Trouvez-moi un Président. Merci beaucoup ».

ibinimori

copyright5_thumb.png

Publicités