Bénin 2016 : Quand le Fâ dit Oui avant d’être Consulté

blog1
“A ati ko fa ka lè ; o’ti tchè” disent les Yoruba. Ce proverbe signifie qu’on n’a pas encore consulté l’oracle, et déjà il répond favorablement. Il s’adapte bien à la situation des élections présidentielle de 2016. Le choix de Monsieur Adrien Houngbédji prouve cet état de choses. En effet, Houngbédji ayant juré ses grands dieux d’être coûte que coûte dans le pouvoir en 2016, son alliance avec Yayi est on ne peut plus éloquente. Sans tenir aucun compte de l’avis du peuple qui crève d’envie d’une vraie alternance, les grands maîtres en intrigues électorales ont déjà décidé de l’issue des élections. Et pour cela, ils ont fait une alliance intellectuellement mystifiante. L’alliance du bourreau et de la victime, est une alliance licencieuse et licenciée ès-récidive. Elle peut tout se permettre, car la victime donne caution au bourreau et inversement. C’est un duo de choc qui se croit autorisé à se faire justice soi-même. Et personne ne peut trouver à y redire. Quand une violée épouse son violeur, il n’y a plus rien à dire ; « abouché, bouché », comme le disent les Yoruba.
On comprend donc le sens du proverbe : c’est parce que Yayi Boni a déjà gagné les élections de février 2016 que Houngbédji a choisi de faire alliance avec lui, et non pas qu’il a choisi de faire alliance avec Yayi en vue de gagner les élections. Nuance !

Amuda Babayemi

copyright5_thumb.png

Publicités

Un commentaire

  1. Mon cher Kpanlingan, Ta photo composition n’a pas été efficace cette fois-ci.Prends soin de toi et à bientôt!

    Marc Z. Kanho 803, rue de l’Oasis Gatineau, Québec J8R 3V4 T: 819-246-4358

    Date: Tue, 19 Jan 2016 20:03:17 +0000 To: kanhom@sympatico.ca

Les commentaires sont fermés.