Interview à BBC : Ce que Soglo n’a pas Pu dire

blog1

aka1.pngLors de son interview à la chaîne anglaise BBC, M Soglo a eu du mal, dans le court laps de temps qui lui était imparti, à mettre la langue sur une caractéristique importante des élections présidentielles au Bénin sous le Renouveau Démocratique.
Le journaliste Bruno Sanogo lui pose une question lancinante, aussi simple que logique : « Au lieu de vous opposer à la candidature de M.  Zinsou, pourquoi ne le laissez-vous pas se faire départager par les urnes ? »
A cette question naïve, Monsieur Soglo n’a pas pu répondre de façon claire et nette. Il lui manquait sans doute du temps, mais aussi c’était risqué de se lancer dans une explication des mœurs électorales occultes du Renouveau Démocratique Béninois.
C’était la même raison pour laquelle, naguère, tout le pays ou presque s’effarouchait d’un troisième mandat de Monsieur Yayi, alors qu’il eût été si simple d’associer ce refus à un échec dans les urnes.
Où est la réponse ? Eh bien, la réponse est qu’au Bénin, c’est le pouvoir en place, et non le peuple électoralement chloroformé et mis hors jeu, qui décide de l’issue des élections présidentielles. Et ce, qu’il y ait fraude ou non. En 1996, c’était le cas ; en 2001, c’était le cas ; en 2006 pareil, en 2011 pire encore, et en 2016 tout porte à croire que rien ne changera. Et le modus operandi est aussi implacable qu’immuable. Un candidat est choisi à l’avance par le pouvoir ou le système. Et, aussi coûteuses soient-elles pour un pays pauvre comme le Bénin, les élections n’ont pour fonction et but que d’entériner, de formaliser, et de confirmer ce choix.
C’est cette vérité que Soglo a eu du mal à expliquer en une minute. Mais en vérité la difficulté de l’explication était moins due à la durée techniquement impartie qu’à la longueur du temps depuis lequel celui qui veut exposer les mœurs de ce système a cessé d’en être lui-même complice.

Dr  Zéphyrin Aklasatɔ

Soglo Défend Notre Dignité sur BBC

copyright5_thumb.png