Tentative d’Enlèvement de C. Azannaï : l’ANG Réagit

image

DéclarationPEUPLE DU BENINARRETONS LA MAIN CRIMINELLE DU DICTATEUR YAYI BONI !

Ce jour 04 mai 2015, selon nos informations, des éléments de la Brigade territoriale de Cotonou se présentent au domicile de Candide AZANNAÏ muni d’un mandat d’arrêt sans motif d’interpellation. Cette opération serait diligentée directement par la Présidence de la République. Tout le monde se souvient des passes d’armes verbales intervenues lors de la campagne électorales entre Candide AZANNAÏ et le Chef de l’Etat YAYI Boni. Ce fait de campagne électorale serait-il la raison de cet acte illégal de ce jour, manifestement attentatoire aux libertés et droits fondamentaux de la personne humaine ? Nul ne le sait. La population du quartier alertée s’est levée pour faire barrage à cette action autocratique. Rapidement les rues donnant sur le domicile du Député ont été investies par des milliers de personnes notamment de jeunes décidés à en découdre avec le Parti-Etat FCBE et YAYI Boni. Des affrontements ont eu lieu entre les manifestants et les forces militaires tant à ZOGBO – quartier de résidence du Député – qu’ailleurs. L’un des pôles de ces affrontements est le carrefour Agla-Pylônes où il y aurait eu même des blessés. Ces affrontements n’ont pas cessé au moment où nous faisons cette déclaration à savoir dix- neuf heures. Des manifestations populaires anti-autocratiques auraient eu lieu dans d’autres localités du pays.

Par l’acte de ce jour, YAYI Boni révèle encore plus son caractère d’autocrate à la tête d’un Parti-Etat et foncièrement opposé à toute liberté. Par l’acte ignoble de ce jour, il se confirme dans les faits qu’il est difficile de se défaire du pouvoir du Parti-Etat de YAYI rien que par les urnes.

Travailleurs, jeunes, peuple du Bénin, l’Alliance pour une Nouvelle Gouvernance (ANG) vous dit bravo ! Elle dit bravo aux jeunes et aux populations de Zogbo, Agla et ailleurs à Cotonou ainsi qu’à l’intérieur du pays qui déterminés veulent en finir avec le parti-Etat et la tyrannie.

Peuple du Bénin, n’acceptons jamais l’inacceptable, arrêtons les mains criminelles du dictateur YAYI Boni afin de frayer la voie à l’avènement d’une nouvelle gouvernance qui mette fin à la violation des libertés et à l’impunité des auteurs de telle violation ; une nouvelle gouvernance qui mette fin au pillage, au chômage et à la braderie du patrimoine national ainsi qu’aux élections frauduleuses.

Cotonou, le 04 mai 2015

Pour L’Alliance pour une Nouvelle Gouvernance

Le Président,

Philippe NOUDJENOUME

copyright4

Publicités