Ukraine-Taiwan : Guerres Magiques

L’Occident a soif de sang. Il voit sa domination pluriséculaire du monde lui échapper ; un tournant dangereux qui a un air de chant de cygne.  Il faut donc à tout prix enrayer le déclin, la mort qui arrive à pas à peine feutrés. D’où sa nostalgie de guerre, chamboulement violent et destructeur, qui peut tout changer, remettre les pendules à la bonne heure : celle de sa domination naturelle et éternelle du monde.

La manière dont tous autant qu’ils sont, Européens et Américains, sont tombés à bras raccourcis sur l’opportunité de la crise Ukrainienne, et adopté la même position belliqueuse contre la Russie, l’unanimité assez étrange avec laquelle ils ont exclu toute éventualité de dialogue en vue de résoudre par la paix la question ukrainienne vieille de plusieurs décennies et qu’ils ont laissé pourrir jusque-là, ce cynisme  qui n’a pas craint de sacrifier la vie déjà difficile de leurs peuples, de la contraindre, prouve bien que l’invasion de l’Ukraine par la Russie, était provoquée et attendue.
Et pendant qu’ils avancent leur pion dans la guerre d’Ukraine pour la faire durer jusqu’au dernier Ukrainien dans le fantasme politique de voir s’effondrer la Russie que l’Amérique rêve de décoloniser – Que n’a-telle plus vite fait de décoloniser l’Afrique qui a plus de liens historiques  avec elle que la Russie ! Que n’a-t-elle cherché à l’extirper des griffes de la  France qui y viole et pille jour et nuit malgré les décennies d’une mascarade d’indépendance !—Voilà que les États-Unis, sans avoir froid aux yeux ni peur d’en rajouter, menacent la Chine au nom de Taïwan !

Que ce soit contre les Russes ou contre les Chinois, le but de ces menaces de guerre, de cette posture de guerre, de cette volonté de guerre, de ce programme de guerre qui se met en place est de créer la zizanie ; créer le désordre chez l’ennemi géopolitique mortel, lui imposer un homework involontaire et à contre courant de ses plans normaux. La guerre pour casser l’élan économique de la chine ; la guerre pour brouiller les cartes et les pistes ; la guerre pour qu’énervées, affaiblies, chamboulées, la Chine et la Russie régressent à des positions rassurantes pour l’Occident, qui profitera alors de l’occasion, pour, pense-t-il, se refaire une santé. Tel est le but de cette guerre fantasmatique. Une guerre magique pour enrayer la peur du déclin, supprimer le spectre du déclassement, le spectre de la relativisation, le spectre de la mort sûre, une guerre pour le fantasme de voir la Chine affaiblie, et renvoyer à une médiocrité essentielle Russes et Chinois, comme ce fut le cas de l’URSS.

Mais, comme l’a dit Poutine, tout cela n’est que fantasme politique que le temps — hélas, plus long qu’on ne peut l’espérer — se chargera de révéler au grand jour.

Aminou Balogun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s