Kenya : la Cour suprême confirme la victoire du vice-président Ruto à l’élection présidentielle

La Cour suprême du Kenya a rejeté lundi les différentes requêtes faisant appel du résultat de l’élection du 9 août qui a vu William Ruto, vice-président sortant du Kenya, sortir vainqueur.
Par cette décision, le tribunal a confirmé l’élection de M. Ruto comme prochain président du Kenya.
La décision est intervenue trois jours après que les arguments ont été entendus par les avocats représentant les deux principaux candidats et les camps rivaux des commissaires électoraux.
Il y avait sept pétitions concernant l’élection présidentielle que le tribunal a regroupées en une seule pétition car elles cherchaient toutes la même chose, a déclaré la juge en chef Martha Koome.
La décision est intervenue trois jours après que les arguments ont été entendus par les avocats représentant les deux principaux candidats et les camps rivaux des commissaires électoraux.
L’élection qui s’est tenue le 9 août a vu M. Ruto sortir vainqueur avec 7 176 141 voix, 50,49 % du total des suffrages exprimés, pour vaincre son plus proche adversaire, l’ancien Premier ministre Raila Odinga, qui a recueilli 6 942 930 voix, soit 48,85 % des suffrages exprimés. M. Ruto a également obtenu le minimum de 25 % des voix dans 39 comtés.
Les résultats ci-dessus ont été annoncés par le président de l’IEBC, Wafula Chebukati, six jours après les élections.
Les résultats ont cependant été rejetés par M. Odinga qui les a contestés devant le tribunal en affirmant que les votes avaient été manipulés en faveur de M. Ruto.
L’élection a été très compétitive entre les deux hommes, laissant les deux autres prétendants presque hors course.

Aussi, avant la proclamation des résultats, quatre des sept membres de la commission électorale ont refusé d’authentifier le résultat.
« Nous ne pouvons pas nous approprier le résultat qui va être annoncé en raison de la nature opaque de cette dernière phase des élections générales », a déclaré Juliana Cherera, vice-présidente de l’IEBC, citée par la BBC, le jour où les résultats ont été annoncés.
Problèmes et verdicts
Les pétitionnaires ont fait valoir que la technologie déployée par la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC) ne répondait pas aux normes constitutionnelles et statutaires.
Le juge Koome a déclaré que les juges n’étaient pas convaincus par l’allégation selon laquelle la technologie avait échoué au test d’intégrité, de vérifiabilité, de sécurité et de transparence, citant diverses raisons, notamment que l’IEBC n’avait pas la capacité de développer la technologie, d’où l’externalisation du développement était inévitable.

Le deuxième numéro affirmait qu’il y avait eu une interférence avec les résultats tels que téléchargés sur le portail de la commission électorale.
Selon le juge en chef, il n’y avait aucune preuve que quiconque ait accédé au système de transmission des résultats pour altérer les résultats, d’où les arguments selon lesquels l’intégrité du portail public était compromise ont été réfutés.
En outre, les pétitionnaires ont affirmé que les formulaires électoraux dans le portail des résultats en ligne avaient été modifiés par rapport aux formulaires imprimés originaux.
Le juge Koome a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que les formulaires électoraux dans le portail des résultats en ligne aient été modifiés par rapport aux formulaires imprimés originaux.
Dans une critique de certains des affidavits présentés, elle a déconseillé aux avocats de présenter des preuves trompeuses ou fabriquées.
Dans un cas, elle a déclaré que les preuves s’étaient avérées être « de l’air chaud » et a envoyé le tribunal dans « une chasse à l’oie sauvage ».
Une autre pétition prétendait que le report de certaines des élections du 9 août avait eu un impact sur les votes de Raila Odinga.
Le tribunal s’est dit convaincu que la commission électorale avait le pouvoir de reporter certaines des élections dans des régions du pays qui n’affectaient pas les votes de M. Odinga.
Ils ont également allégué le bourrage des bulletins de vote, mais le juge Koome a déclaré: « Pas un seul document n’a été fourni par les pétitionnaires pour montrer que les bulletins de vote étaient bourrés ».
Les pétitionnaires ont également remis en question les pouvoirs du président de la commission électorale de vérifier, comptabiliser et déclarer les résultats sans consulter les autres commissaires.
Le tribunal a statué que le président devait comptabiliser les résultats en consultation avec d’autres commissaires. Cependant, le président est responsable de l’annonce des résultats en tant que représentant de la commission.
Le juge Koome a noté que les quatre commissaires étaient présents lors du décompte et n’ont pas encore expliqué pourquoi ils ont participé au processus de vérification des résultats dont ils doutaient.
Elle a cependant reproché le stoïcisme du président de la commission qui n’a pas pris la peine d’expliquer le désaccord.
Selon le juge Koome, cela montrait une malveillance existante au sein d’un organe chargé de mener les élections dans le pays.
Le tribunal a jugé que la scission au sein de la commission n’était pas une base suffisante pour annuler les votes exprimés.
Une autre pétition demandait si le seuil constitutionnel de 50% plus un nécessaire pour être déclaré président était atteint par Wiliam Ruto.
Le tribunal a jugé que les requérants n’avaient pas fourni de dossier étanche pour prouver que le seuil constitutionnel n’était pas atteint.

Chiamaka Okafor est journaliste à Premium Times en partenariat avec Report for the World, qui met en relation des salles de rédaction locales avec des journalistes émergents talentueux pour couvrir des problèmes sous-couverts dans le monde entier.

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s