France : le Faux-Ange et les 3 Diables

C’est curieux de constater qu’à l’issue du premier tour des élections présidentielles françaises, les quatre premiers candidats peuvent être classés en deux catégories. D’un côté,  un Ange — un faux bien sûr — et de l’autre, trois Diables.

Faux Ange, M. Macron l’est depuis belle lurette, porté aux nues et encensé par les médias aveugles ou amnésiques aux nombreux scandales qui lui pendent au cou, la falsification ou l‘interprétation tendancieuse de son bilan, son naturel autoritaire et mythomane, son mépris des Français et son amoralisme esthétisé.

Mais les trois autres sont (ou sont faits) diables, chacun à sa manière

Marine Le Pen est un Diable héréditaire. Subtilement oubliée en tant que tel avant le premier tour, histoire de lui permettre d’accéder au poste instrumental de teneur de crachoir au faux Ange, les médias la redécouvrent soudain entre les deux tours, telle qu’en elle-même, dans sa diabolité héréditaire, pour servir et valoir ce pour quoi elle a été apprêtée, durant de longs mois.

Mélenchon c’est le Diable populaire de gauche voire gauchiste, l’apprenti sorcier de la gestion, qui risque de faire de son rêve d’élection un grand soir révolutionnaire que redoute l’oligarchie au pouvoir, maîtresse d’œuvre du libéralement correct, de la richesse à outrance pour quelques uns, de la pauvreté pour beaucoup et de la misère pour un nombre de plus en plus grand de Français…

Enfin Zémmour, derrière le masque de son nom qui rime avec amour n’a que haine à la bouche : haine de l’autre, des autres, Arabes, Musulmans, Noirs, immigrés, etc… Nouveau diable qui reprend le flambeau du Père Le Pen que la Fille obnubilée de dédiabolisation a laissé s’étioler. Intellectuel au petit pied,  il piaffe d’impatience pour hériter du fonds de commerce lepénien de la xénophobie et de l’intolérance.

Que Macron, le Démon ambivalent de la tyrannie, du mensonge et de la servilité aux forces de l’argent, drapé dans les oripeaux de l’Ange, ait à lui tout seul trois diables pour célébrer son come-back est la preuve qu’on ne prête qu’aux riches.

Ahandeci Berlioz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s