Bénin : les agents vaccinateurs contre la polio font face à de la résistance en période de Covid-19

La hantise d’une vaccination non justifiée et potentiellement douteuse contre le Covid-19 contamine sérieusement les campagnes de vaccination ordinaires comme celle contre la poliomyélite et entraîne une réticence et une résistance remarquables des populations dans plusieurs localités du Bénin.

La poliomyélite est une maladie contagieuse, invalidante, qui se transmet par l’eau, les aliments contaminés, ou en cas de contact avec une personne infectée. Elle était censée être éradiquée. Mais voilà qu’elle renaît comme phœnix de ses cendres, comme par hasard au temps du covid, où comme par hasard aussi on nous parle enfin de vaccin anti-palu… Tout cela fait beaucoup pour la crédulité de nos populations, qui n’ont pas que du son à la place du cerveau comme le pensent les Blancs. D’où cette méfiance source d’une résistance plus que jamais légitime des populations, qui n’entendent pas se faire mordre deux fois par le même serpent blanc qui se réfugie toujours derrière de beaux prétextes

La résistance liée aux fausses informations

« Ne venez pas chez moi, mon enfant ne prendra pas ce vaccin qui tuerait les gens ! » déclare avec détermination, en langue nationale, une mère à la vue des agents vaccinateurs. Ces derniers gardent leur calme et répondent à la mère avec pédagogie et assurance.

« Non maman, il s’agit d’une campagne de vaccination contre la polio pour protéger les enfants afin de leur éviter des situations d’handicap plus tard », a répondu un agent vaccinateur.

Ce genre de scène est courant et les agents vaccinateurs consacrent beaucoup de temps sur le terrain à la sensibilisation des ménages qui refusent de faire vacciner leurs enfants contre la poliomyélite.

« Depuis que j’interviens en tant qu’agent vaccinateur, c’est la première fois que je constate autant de résistance et de réticence chez les parents. Il y a une confusion entre le vaccin de la poliomyélite et celui de la Covid-19. Même les parents qui acceptaient de faire vacciner leurs enfants, refusent désormais qu’on le fasse et croient que c’est le vaccin de la Covid 19 que l’on veut administrer à leurs enfants », déplore un agent vaccinateur, l’air fatigué mais pas découragé sous un soleil ardent. 

Pour rassurer les familles, Dre Josiane Aze, Cheffe du Service départemental de la santé publique de la Direction départementale de la santé du littoral, invite les parents à se rendre au centre de santé en cas de survenue d’effets secondaires liés au vaccin contre la poliomyélite où ils seront gratuitement pris en charge. En effet, a-t-elle poursuivi, « le gouvernement à travers le ministère de la Santé, a pris toutes les dispositions nécessaires pour accompagner ces personnes en cas de manifestation post-vaccinale indésirable ».

Ainsi, « chaque enfant vacciné qui présente des maux de tête, de la fièvre ou tout autre signe lié à la vaccination de la poliomyélite est pris en charge gratuitement dans nos centres de santé publics. », a précisé Dre Josiane Aze, aux parents.

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s