Covid: A quoi Sert le Variant Anglais

Ambulance à Londres

Depuis plusieurs mois, le professeur Raoult alerte sur l’existence de variants ; il en a dénombré pas moins de quatre, sur lesquels il a fait des études très approfondies, notamment au niveau des génomes. Mais personne ne l’écoute, malgré son audience, malgré sa respectabilité sur le sujet. L’infatigable professeur étiqueté de « rassuriste », de charlatan voire même de complotiste, tout simplement parce que dans l’esprit d’Hypocrate il fait son métier qui est de soigner les gens, eh bien, le brave docteur prêchait dans le désert ! Pendant que les médias établis, fidèles à leur parti-pris de cynisme mâtiné de perfidie, faisaient le mort.

Maintenant que les vaccins, qui semblent être la cause téléologique du Covid – sinon pourquoi aurait-on combattu avec tant de rage toute autre proposition de médication alternative ? – maintenant que cette baguette magique est arrivée sur le marché ; et surtout, avec cette hardiesse solitaire très caractéristique du tempérament britannique, maintenant que le Royaume-Uni  a commencé tambour battant une campagne de vaccination, on voit surgir tout à coup la thématique des variants, avec un variant qui comme par hasard est anglais.

Pour les médias, tout se passe comme si la notion de variant était né avec le cas anglais ; ils se sont emparés du nouvel épouvantail viral, et tout à coup se sont pris de passion pour le concept que nombre d’entre eux, pour y mettre la touche de terreur nécessaire, qualifient volontiers de «mutant ». Or c’est une banalité pour les coronavirus de muter.

Depuis lors, la nouvelle star est propulsée au zénith de la pensée unique dominante, les médias se plaisent à jouer au «plus  évocateur du mutant anglais que moi tu meurs». Les journaux, les radios, les télés s’en donnent à cœur joie d’alerter à longueur de journée sur le nouveau diable viral biscornu et couronné de méfaits potentiels. Or, derrière toute cette frénésie calculée on ne peut exclure un nouveau pas dans la longue marche de manipulations et de conditionnement de masse qui se déroule depuis plus d’une année sous le signe viral du covid-19.

En fait, des vaccins viennent de sortir nous dit-on et qui sont efficaces à 90% voire même à 95%. Il va de soi qu’une telle efficacité devrait prouver ses effets. Et, on nous dira bientôt qu’elle l’a prouvée avec comme toujours des statistiques occultes et fantaisistes à l’appui. Mais alors, comment expliquer la non moins nécessaire persistance de la maladie alors que le vaccin en est comme on le voit la cause téléologique ? Eh bien, la solution est toute préparée : c’est le variant anglais qui a pris le relais du virus de Wuhan ! Et puisque la première vague de vaccination a été couronnée de succès, et afin de se débarrasser du variant anglais biscornu, il faudra un variant des mêmes vaccins pour assurer que la terre entière soit vaccinée. Ce n’est pas pour rien que l’une des caractéristiques de ce variant très soulignée par les médias est sa très grande contagiosité qui, le moment venu, justifiera qu’elle se retrouve aux quatre coins du monde ; comme elle justifiera aussi la nécessaire vaccination par laquelle il sera éradiqué. Et tant que ne sera pas atteint cet objectif vaccinal téléologique pour lequel des gens comme Bill Gates terré dans son bunker et Bigpharma cogitent et s’activent jour et nuit, eh bien, il n’y aura jamais assez de variants nouveaux – qu’ils soient de Suède, d’Italie ou du Pérou !

Adenifuja Bolaji

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s