Côte d’Ivoire : CDRP Contre CNT : le Troc Servile de Bédié

Bédié était désigné Président du conseil de transition National. Ce Conseil réunissait tous les partis de l’opposition et leurs représentants les plus attitrés comme Soro Guillaume, Mamadou Koulibaly, Laurent Gbagbo, AFFi Nguessan et bien d’autres. Le principe de cet organe est de servir de gouvernement provisoire à la Côte d’Ivoire sachant que Ouattara, en dépit de sa mascarade électorale inconstitutionnelle et à cause d’elle a perdu toute légitimité ; sa prétendue réélection étant nulle et non avenue. C’est sur ce principe qu’est entée la création du conseil de transition dont le but, comme son nom l’indique, est d’assurer la transition vers une nouvelle Côte d’Ivoire qui renoue  avec les règles saines de la démocratie et d’un fonctionnement politique inclusif.

Mais après le coup de pression de Ouattara qui l’a  assigné à résidence comme il a mis aux arrêts d’autres leaders du conseil de transition, dont notamment AFFI Nguessan, Monsieur Bedié, pris de panique, a saisi la première occasion pour aller se jeter dans les bras de Ouattara dès que celui-ci a parlé de paix. Scénario, on l’imagine, venu des hautes sphères de la Françafrique d’où tout leader ivoirien qui ne veut pas finir à la CPI est obligé de recevoir ses ordres et surtout de les exécuter.

Bédié bondit donc sur la première occasion «  de faire la paix » et  accourt à l’invitation de Ouattara sans demander son reste, sans respecter les conditions clairement énoncées par le CNT avant tout dialogue avec le pouvoir dictatorial, inconstitutionnel, illégitime voire illégal de Ouattara

Tout le monde sait que ce petit pantin reçoit ses ordres de la France, malgré son air de représentant ethnique bon teint censé normalement défendre les intérêts des siens. Maintenant, à l’issue de sa première rencontre avec Ouattara, Bédié prétend réagir, fixer des conditions, et on entend que la CDRP, devenue le nouveau cheval de bataille politique de l’opposition, exige l’invalidation de la présidentielle du 31 octobre 2020 avant toute discussion. Exit donc le CNT et sa position implicite de gouvernement légitime de la Cote d’Ivoire ; exit le principe de la transition, ce qui redonne donc toute sa légitimité à la réélection de Ouattara. Et c’est sur fond de ce renoncement espiègle astucieusement marchandé sous la dictée de la France que Bédié prétend ânonner des conditions en trompe l’œil d’on ne sait quelle invalidation dont il sait bien qu’elle n’a aucune chance d’aboutir, pendant que Ouattara plus que jamais s’installe dans son fauteuil de président…

Comme il l’a dit à la sortie de son tête-à-tête avec Ouattara, Bédié travaille pour que la « Côte d’Ivoire redevienne comme avant », c’est-à-dire sous la Présidence françafricaine de Ouattara…

Anita Bouabré

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s