Afrique : « Nos Cultures » sont elles Vraiment les Nôtres ?

Ifa priest

Les Formes Transitoires de l’Expression Humaines : Critique de l’Essentialisme Culturel

Il y a un piège épistémologique dans lequel nous les Africains nous nous laissons volontiers enfermer et dont nous entretenons nous-mêmes passionnément les chaînes. C’est le piège  qui consiste à affirmer l’essentialité identitaire de nos formes de cultures au mépris de leur détermination historiques et de ce que ces formes, en raison même de leurs déterminations, n’ont jamais été l’apanage exclusif d’une culture ou d’un groupe humain spécifique, mais qu’elles sont abordées par tous les groupes humains à des moments historiques différents.

Les exemples de cette essentialisation indue abondent. D’abord un cas positif, celui de la divination. On sait que les Romains de l’antiquité pratiquaient beaucoup la divination. Avant de réunir une assemblée, de choisir un magistrat ou de se lancer dans une bataille, les Romains considéraient comme indispensable de consulter la volonté des dieux, afin qu’ils garantissent des résultats favorables. Parmi les diverses pratiques divinatoires auxquelles faisaient recours les Romains, il y avait les auspices, c’est-à-dire l’observation des oiseaux, l’haruspicine ou l’observation des entrailles des victimes sacrificielles, mais aussi la géomancie, qu’ils partagent en commun avec leurs voisins méditerranéens que sont les Égyptiens, puis ensuite, les Arabes et les Perses. Pourtant, de nos jours, nombre d’Africains considèrent la géomancie comme une technique endogène, sans aucun lien avec le monde extérieur. Sur le golfe du Bénin, en effet, on pratique une forme de divination que les Yoruba — les dépositaires dans la sous-région — nomment Ifa. Or, l’Ifa, à l’origine, et abstraction faite de l’enrobement culturel consécutif à son appropriation, n’est techniquement rien d’autre que la géomancie que les Arabo-musulmans, qui l’ont reçue des Perses qui l’ont reçue des Égyptiens ont véhiculée à travers l’Afrique, Madagascar, et d’autres continents. Les fondamentalistes Africains d’une endogénïté aveugle prendront au premier degré les mythes étiologiques de cette institution sans référence à ses origines en tant que technique divinatoire.

De même, l’exemple pour le coup négatif, de la sorcellerie qui ne fait pas l’objet de revendication passionnée et pour cause. Eh bien, la sorcellerie n’est pas l’apanage des cultures africaines. Elle a existé sous tous les cieux en d’autres temps. Elle correspond à un mode de représentation magico-animiste du monde où tous les êtres entrent en interactions croisées les uns avec les autres.

Bien sûr, des philosophes occidentaux comme Auguste Comte ou d’autres ont affirmé cette transversalité chronologique des formes culturelles et plus généralement épistémologiques mais dans le contexte colonial de l’époque leurs idées ont été mal entendues, mal comprises, mal prises et mal reçues. Aussi les a-t-on balayées sous la moquette de l’éthique anthropologique. Des philosophies anthropologiquement correctes se sont alors dévouées à fournir des variantes plus recevables, comme celles de Claude Lévi-Strauss qui usa de l’oxymore «  pensée sauvage » pour atténuer les susceptibilités et d’euphémisme conceptuel comme celui de sociétés froides et sociétés chaudes, etc.

Le piège se consolide par une double  bonne volonté complémentaire : celle des Africains qui revendiquent comme essentiellement leurs des formes culturelles anthropologiquement diachroniques, et celle des Occidentaux qui n’ont de cesse d’effacer  ou de mettre dans l’ombre toute trace culturelle défigurant un tant soit peu le récit triomphaliste de l’innéité de leur supériorité technologique tout en s’arrogeant les formes culturelles du présent dont ils se sont rendus  maîtres.

Sans nul doute, nos cultures sont les nôtres, et portent les marques de notre identité. En revanche, leurs formes n’ont rien d’essentiellement nôtre. Elles sont les formes transitoires de l’expression culturelle de l’humanité.

Alan Basilegpo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s