Nigeria : Obasanjo, le Philosophe

Blog1

Obasanjo  — qui est maintenant, il faut le rappeler, Dr en théologie – devient de plus en plus philosophe avec l’âge. On sait que l’ancien président du Nigeria, en plus de son ubiquité sociale et politique n’a pas  sa langue dans sa poche lorsqu’il s’agit d’avoir son mot  sur tel ou tel sujet de l’actualité nationale, africaine voire mondiale. C’est le genre de cuisinier qui prend plaisir à avoir son grain de sel dans toutes les sauces. Soit dit en passant,  sa manie de la glose l’avait conduit à stigmatiser Laurent Gagbo à la limite de la diabolisation dans une attitude suspecte de collusion objective avec la France que l’ignorance légendaire  des anglophones africains sur la criminalité néocoloniale de la France en Afrique seule ne suffirait à justifier. Maintenant qu’avec le temps et les derniers développement de l’actualité politique, il apparaît que la vérité sur la crise ivoirienne  est moins manichéenne qu’il y paraît sous le prisme déformant de l’Occident, M Obasanjo qu’on ne peut taxer d’être né de la dernière pluie, pourrait méditer aussi sur l’art de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant  de dire n’importe quoi.

Cette manie l’a conduit au centre d’une polémique cette semaine au Nigeria, qui ne manque pas toutefois d’utilité pédagogique d’un point de vue philosophique, eu égards à nos us et coutumes sur l’aspect rétrogrades desquelles nous sommes souvent peu enclins à évoluer.

Le décès d’un ancien sénateur, M Baraji Kashamu, des suites d’une complication du Covid-19, fournit à Obasanjo l’occasion d’une glose peu goûtée par l’opinion.

En guise de message de condoléance suite au décès de cet homme politique natif du même Ogun que lui et qui fut, comme lui, membre du PDP, Monsieur Obasanjo, entre autres gracieusetés, déclare :

« Le sénateur Esho Jinadu (Buruji Kashamu) de son vivant a utilisé les manœuvres du droit et de la politique pour échapper à la justice pour une infraction pénale présumée au Nigeria et en dehors du Nigeria, Mais aucune manœuvre juridique, politique, culturelle, sociale ou même médicale ne pourrait arrêter les mains froides de la mort lorsque notre Créateur à tous décide que le temps est écoulé.

«Qu’Allah pardonne son péché et accepte son âme dans Aljanah, et que Dieu accorde à sa famille et à ses amis le courage de supporter la perte irréparable», ajoutait M. Obasanjo dans son malicieux message de condoléance.

Il s’agissait, il faut le dire, de la réaction après le décès d’un homme qu’Obasanjo avait érigé en ennemi intime après qu’il eut été longtemps son complice et ami politique.

Dans son message, Monsieur Obsanjo faisait allusion à la demande d’extradition maintes fois formulée par les Etats-Unis contre le Sénateur Kashamu qu’ils accusaient d’être un trafiquant de drogue notoire ayant sévi, entre autres, sur leur territoire. A cette demande, le Sénateur Kashamu a résisté par tous les moyens possibles et imaginables, avec habileté et intrépidité pendant de longues années, au grand dam d’Obasanjo. A l’évidence, le succès de la résistance du sénateur Kashamu, qui jusqu’à sa mort a réussi à échapper à la justice américaine, n’a pas plu à Obsaanjo qui, d’habitude si fier d’être fourré avec les Blancs, semble avoir promis sur un plateau en or la tête de Kashamu aux autorités américaines. Et son incapacité en tant qu’ancien Président du Nigeria à tenir cette promesse mise en échec par l’intrépidité de Kashamu n’a fait qu’aviver sa haine contre celui-ci.

Alors évidemment ce message de condoléance n’a pas manqué de choquer le Nigérian, et plus précisément le Yoruba moyen, habitué a couvrir d’éloges toute personne décédée.

Plusieurs Nigérians ont attaqué M. Obasanjo pour ses propos qui, selon eux, démontraient un manque de respect pour les morts. Un ancien gouverneur de l’État d’Ekiti, Ayo Fayose a déclaré: «Il (Obasanjo) devrait également se souvenir que sa propre fin viendra aussi et que personne ne sait comment la fin sera.» Fayose, ajoutait que l’ancien président n’était pas un saint et devrait donc cesser de se comporter comme tel.

« Je pensais que selon les principes de notre culture, tout combat se termine une fois que l’une des parties meurt? » a commenté Joe Abah, un analyste politique.

Monsieur Bola Tinubu, ancien gouverneur de l’État de Lagos et leader national de l’APC, au pouvoir, dans son message de condoléances, a déclaré que les gens devraient être gentils avec les morts car tout le monde mourra un jour.

Mais M. Obasanjo, dans sa réponse aux critiques, a déclaré au journal PREMIUM TIMES, dimanche, qu’il était normal que les gens pleurent les mors, mais que les vivants, y compris lui-même, doivent tirer les bonnes leçons de la vie de ceux qui sont morts.

Il a dit que ce n’est qu’en faisant cela que les sociétés peuvent progresser.

«Quand je grandissais, dans notre communauté, quand une personne de mauvais caractère mourait, nous ne faisions que le pleurer et l’enterrer. Aucun éloge funèbre. Pas de louanges.

«Il y a un dicton anglais qui nous exhorte à ne jamais dire du mal des morts. Mais dans ce cas, on ne dit pas du mal du mort. Nous ne tirons que des leçons de la vie et de l’histoire du mort. Je ne me réjouis pas de sa mort. Il est triste pour quiconque de mourir et nous devons le pleurer.

«Mais nous devons apprendre d’un tel décès. Il peut y avoir de mauvaises leçons. Il peut y avoir de bonnes leçons. Mais nous ne devons pas simplement chanter des louanges ou faire l’éloge des morts, surtout quand il n’est pas nécessaire de le faire.

«Nous ne devons pas dissimuler les mauvaises histoires et conduites pour que les bonnes leçons puissent être apprises», a-t-il déclaré.

Quoi qu’on puisse reprocher à M. Obasanjo, quoiqu’il soit loin d’être un saint, même si sa position n’est pas dénuée de rancœur, il reste que sa leçon de philosophie est fort recevable. Puissions-nous tous autant que nous sommes la méditer et désister de cette tendance que nous avons à draper les personnes mortes, même les plus diaboliques, dans des oripeaux d’ange.

Adenifuja Bolaji

copyright5

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s