Afrique : que Ceux qui sont Fiers d’être Noirs Lèvent le Doigt

Blog1

Ce qui se passe en Afrique noire et notamment dans ses bauges francophones est grave. Très grave ! Les Blancs, notamment les Français, sont parvenus à remplacer les Gouverneurs d’avant 1960 par des Gouverneurs noirs qui font le même boulot pour eux avec en plus le droit de maltraiter les peuples, à maints égard pire que les ex-Gouverneurs du temps de la colonisation honnête. L’indépendance n’a été qu’une occasion de plus pour les Blancs de se foutre de notre gueule et de montrer que les rapports de force entre États sont d’abord des rapports de subornation mentale.

L’une des premières anomalies dans notre situation d’Etat dits indépendants est que ce qui donne sens à cette indépendance et que nous sommes censés avoir laissé derrière nous, la colonisation, est reconnue comme crime contre l’humanité, y compris par ses auteurs. L’anomalie n’est certes pas dans cette reconnaissance obtenue de haute lutte, mais dans l’attitude subséquente des dirigeants Africains. Comment se fait-il qu’en Afrique noire, nos États, nos gouvernements entretiennent des rapports fusionnels avec ceux qui nous ont infligé ce crime reconnu par tous ? Même si, comme le dit le proverbe fon, d’avoir du sang rouge en soi n’empêche pas de cracher blanc,  force est de se demander si nos dirigeants par leur attitude sont des masochistes, des inconscients, ou des gens sans dignité.

En principe, si les choses sont normales et qu’il n’y a pas tromperie sur la marchandise, au mieux nos États devraient avoir des relations courtoises mais suffisamment distante avec l’ancienne puissance coloniale ; celle-ci doit faire l’objet d’une quarantaine de plusieurs décennies voire plusieurs siècles, le temps de laisser les blessures du crime colonial se cicatriser. C’est ce que fait le Vietnam, un pays qui a les pieds sur terre. C’est ce que fait aussi l’Algérie à sa manière, bien qu’elle soit géographiquement proche de la source du mal colonial. Cette attitude est tout ce qu’il y a de plus normal : au risque d’apparaître comme une complice consentante, la victime d’un viol ne se précipite pas à la première occasion dans les bras de son violeur après qu’elle a eu la chance d’en être délivrée.

Or, pour les pays d’Afrique noire, il ne semble pas aller ainsi. Nos états se comportent comme des victimes complices et consentantes du viol colonial. La décolonisation ou l’indépendance  a été une basse opération de mascarade et de badigeonnage. Les Gouverneurs d’antan ont été peints en noir. Et cela a suffi au bonheur égoïste d’une petite élite aliénée qui, à l’instar des colons d’antan sinon pire qu’eux, s’en donnent à cœur joie de violenter les peuples,  de les terroriser et d’hypothéquer leur destin vendu sans états d’âme aux intérêts d’un colonialisme occidental impénitent et tenace..

Le crime colonial est, on le sait, basé sur le racisme. Par cette opération de mascarade et de badigeonnage qui  permet au colonialisme de persévérer dans son être, les Blancs ont tourné les Noirs en bourricot et in fine prennent plaisir à les faire passer aux yeux du monde comme des imbéciles congénitaux. De ce point de vue, que ceux qui sont fiers d’être Noirs lèvent le doigt.

Aminou Balogun

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s