Le Spectre de la Révision de la Constitution : le But de la Manœuvre

blog1

Les observateurs de la chose politique béninoise l’ont dit, l’un des buts du dialogue politique initié par le pouvoir de la rupture était moins de dire concrètement dans quelle mesure on ferait les bonnes choses que d’envisager de retorses. Moins de reprendre les élections législatives bidon, de rendre aux familles les corps des victimes de la répression militaire ordonnée par le pouvoir, et les indemniser que de susciter ou ressusciter de subtiles intrigues politiciennes.

L’une de ces intrigues tourne autour du sujet de  la révision  de la constitution sur lequel M. Talon n’a pas encore dit son dernier mot, depuis l’échec de sa précédente tentative qui lui est resté comme un os  en travers de la gorge.

Comme Phoenix, voilà que le sujet renaît de ses cendres sur le foyer  encore chaud du dialogue politique initié par le pouvoir. Dans son rapport transmis au chef de l’État, vendredi 25 octobre 2019, le comité d’experts chargé de la formulation technique des recommandations du dialogue politique,  propose la révision de la constitution.

Et comme le but ultime de la manœuvre est d’en concevoir un usage politique performatif exprès, par exemple en mettant le pouvoir à l’abri d’un danger politique incontournable du genre de celui qui a nécessité le coup de force dont le supposé dialogue politique est censé panser les plaies,  le comité ne propose rien moins que de bidouiller l’article 42 de la constitution ; il  suggère en effet d’y introduire la disposition suivante :

blog1.jpg

Dans un premier temps, on peut croire que la bonne foi de Monsieur Talon est sauve à travers cette disposition, comme dans les précisions qui l’accompagnent. Non seulement il ne chercherait pas à s’éterniser au pouvoir, même si l’idée fétiche de mandat unique était abandonnée, mais qu’il ne chercherait pas à faire assaut de virginité électorale en mettant les compteurs de la République à zéro, à l’issue de la révision de la constitution.

Mais la locution adverbiale «  de sa vie » est suffisamment douteuse pour ne pas mettre la puce à l’oreille sur l’usage exprès de la disposition proposée, et par-delà elle, de l’initiative de la révision de la constitution, dont l’inspirateur ultime reste, en dépit des mises en scène,  le pouvoir lui-même. Cette locution tend subrepticement à substituer à l’idée classique de la limitation à deux mandats consécutifs de la modalité d’exercice du pouvoir présidentiel, un nouveau concept de sommation du nombre de mandats qui ne tient plus compte de la consécutivité de ceux-ci.

En ligne de mire, se trouve la volonté de barrer la route à un ancien président qui, après avoir précédemment  fait deux mandats, pourrait, à l’instar de la jurisprudence Poutine en Russie, revenir aux affaires après une pause d’une période au moins égale à la durée d’un mandat. Or, on n’a pas besoin de lire dans le mare de café pour deviner de qui il s’agit : le cauchemar vivant de Talon, celui contre la résurrection politique duquel le pouvoir à fait l’option dangereuse d’un coup de force sans précédent dans la petite histoire de notre vie démocratique.

Adenifuja Bolaji

copyright5

Publicités

2 commentaires

  1. Le concept de  » de sa vie » est flou, douteux et chargé d’une ambiguïté anti-juridique dangereuse pour être maniée dans une constitution. Jésus-Christ a-t-il eu une vie ou deux vies ? Qu’est-ce qui empêche un homme politique de prétendre être mort et ressuscité, ce qui lui donnerait droit à une seconde vie…

  2. Bonjour ! Pour ma part, aucun débat sur la locution adverbiale  » de sa vie ». Car, dans l’obscurité éclairée ou non, tout est bon à dire que faire. Que le cauchemar vivant de Talon revienne ou non au pouvoir, que Talon lui-même se maintienne au pouvoir, pour combien de temps de vie encore pour l’un ou pour l’autre. Mais, l’option de la démocratie politique faite par le Bénin, met le peuple au fronton des choix devant porter à la magistrature suprême tel ou tel autre citoyen éligible. A moins d’un tripatouillage électoral dont la charge de responsabilité est suffisamment lourde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s