Côte d’Ivoire, l’ONU, la CEDEAO et le Serpent

piment Dans cette vicieuse affaire de la crise ivoirienne, l'ONU prétend tirer le fondement de ses décisions de la CEDEAO et la CEDEAO prétend tirer la légitimité de son action de la position onusienne. Je te passe la rhubarbe, tu me passes la moutarde, et le serpent se mord la queue !

Alao Bissiriou

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publicités