Bénin : Pourquoi M. Yayi et M. Buhari ont Échoué à Convaincre Talon

blog1.jpg

Pourquoi Yayi au Bénin – l’immédiat ancien Président – et Monsieur Buhari, l’actuel Président du Nigeria, bien qu’ayant tenté d’amener Talon à résipiscence, n’ont pas fait le poids face à la volonté de celui-ci d’aller jusqu’au bout de son holdup électoral ?

L’opinion africaine – à commencer par la béninoise – a été témoin de l’entêtement de Talon face à l’intercession diplomatique et politique de personnalités comme Yayi Boni et Muhammadu Buhari en sa double qualité de Président du Nigeria – notre grand voisin dont nous dépendons tant – et de Président en exercice de la CEDEAO.

Avant de se lancer dans sa croisée qui lui vaut d’être reclus chez lui depuis quelque temps, Monsieur Yayi a d’abord misé sur le dialogue avec Monsieur Talon. De même lorsque le rouleau compresseur de l’exclusion de l’opposition aux législatives s’est mis en marche, à plusieurs reprises, Monsieur Buhari  – on l’imagine sur sollicitation des personnalités de l’opposition béninoise dont Monsieur Yayi – a envoyé des émissaires pour prendre langue avec Monsieur Talon, mais en vain.

Il y a sans doute plusieurs raisons à l’échec de ces nombreuses tentatives d’amener Talon à mettre de l’eau dans son vin  et à se conformer à la raison démocratique. Il y a bien sûr des raisons politiques majeures  – le risque de perdre les élections dans un contexte de réformes  peut-être nécessaires mais impopulaires – des raisons psychologiques  – l’appréhension de perdre la face devant ses ennemis personnels érigés en adversaires politiques ; des raisons  économiques – le démantèlement de l’architecture de ses affaires que son arrivée au pouvoir a réhabilitée.

Mais à côté de toutes ces raisons palpables que chacun plus ou moins subodore, il y a aussi, moins visibles quoique non moins agissantes, des raisons éthiques. Celles-ci tiennent à la valeur d’exemplarité empirique des personnalités qui ont jeté leur poids dans la balance afin d’amener Talon à la raison démocratique, à savoir M. Yayi et M. Buhari, même si ce n’est pas en leur nom personnel qu’ils agissaient.

Lorsque Monsieur Yayi tente de convaincre Talon de surseoir à son projet d’exclusion des partis de l’opposition, c’est-à-dire en somme de faire un passage en force lors des élections législatives, quelle chance a-t-il de réussir dans sa noble initiative face à un homme qui a le dos au mur et qui sait que son interlocuteur est lui-même l’auteur d’un holdup électoral en 2011 ? Quelqu’un qui a à son actif un holdup électoral  – pour ne mentionner que ce seul grave crime antidémocratique – peut-il valablement réussir à convaincre un homme comme Talon qui avait le dos au mur ?

De même, tout le monde au Bénin et en Afrique est sans doute resté interloqué par la fin de non recevoir catégorique que Talon a opposée aux nombreuses missions de bons offices envoyées par M. Buhari pour aider à trouver une solution consensuelle à la crise politique béninoise. Mais au niveau où il se situe, Monsieur Talon n’est pas sans savoir que son homologue nigérian – et pour le coup, le mot prend toute sa valeur fonctionnelle et morale – qui vient d’être proclamé vainqueur des dernières élections présidentielles dans son pays, ne les a pas plus réellement gagnées que les 83 députés béninois qui prétendent avoir été élus dans la parodie d’élection du 27 avril 2019 au Bénin n’ont mené un combat à la loyale. Soit dit en passant, le scrutin qui a vu la réélection de M. Buhari a, au bas mot, coûté directement la vie à une cinquantaine de personnes – sans compter les blessés et les dégâts matériels dont le coût se chiffre en milliards de nairas – ; il est  l’un des plus frauduleux depuis le Renouveau Démocratique du Nigeria. Monsieur Buhari a truqué les élections avec d’autant plus de sang-froid que son adversaire n’était ni d’une région ni d’une religion différentes des siennes – seuls critères hélas  qui  dans ce pays comme bien d’autres de notre sous-région, motivent la contestation populaire des élections frauduleuses.

Un tel homme peut-il dès lors valablement réussir à convaincre  son homologue qui a le dos au mur de surseoir à son holdup électoral alors que lui-même venait d’en réaliser un avec brio ?

Comme on le voit, les missions de bons offices de Monsieur Yayi et de Monsieur Buhari auprès de Talon n’avaient pas plus de chance de réussir que celle d’un prêtre connu pour sa pédophilie auprès d’un kidnappeur d’enfant…

Le propos n’est pas de disqualifier l’initiative d’amener Talon à la raison démocratique, puisqu’il y a bel et bien eu de sa part un grand coup porté à la démocratie béninoise, qui sauf miracle, ne devrait pas pouvoir lui survivre sans que nous ne nous cachions derrière notre petit doigt ; même si sous ce rapport, il n’est pas exagéré de dire que bien avant le récent forfait de Monsieur Talon,  il y a belle lurette que nous nous cachons derrière notre petit doigt en nous racontant des fables sur le success  story  de notre vie politique.

Le propos est celui de la critique de  la dévalorisation de l’éthique en politique et ses conséquences sociopolitiques. Un dirigeant arrive au pouvoir, fait ce qu’il lui plaît en dépit du respect des valeurs de vérité et de justice ;  on viole les lois,  on verse le sang de ses concitoyens, on truque les élections, on achète les consciences et les votes, et on présente tout cela comme normal, à coup de supercherie, on fait la promotion de sa volonté de puissance, sans se rendre compte que les torsions faites à la vérité et à l’éthique survivent aux dirigeants qui les commettent, sont désormais inscrites dans la mémoire collective. Et le mal qui est fait a tendance à se répliquer en se légitimant du passé. Qui sait si Talon aurait eu le courage d’imaginer et de faire son holdup actuel si Yayi n’avait fait le sien en 2011 ?

Et le problème c’est que, au moment où nous avons besoin de modèles de référence susceptibles de servir de contre-exemples à la déviance et aux excès du présent, nous ne trouvons au mieux que des clowns ou des comparses dont la prétention d’exemplarité est au mieux une plaisanterie.

Adenifuja Bolaji

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s