Nigeria : le Forum Citoyen de Wole Soyinka Fait le Choix de Moghalu

Blog1

CITIZEN FORUM, un groupe réuni sous l’égide du prix Nobel Wole Soyinka, a approuvé la candidature de Kingsley Moghalu, candidat du Young Progressive Party (YPP) à la présidence du Nigeria.

Le groupe a fait cette annonce dans une déclaration signée personnellement par Soyinka et obtenue par SaharaReporters très tôt vendredi.

Selon Soyinka, la décision de soutien à Moghalu a été prise après « des mois d’études sur les carrières, les expériences et les antécédents de la plupart des candidats à la présidence, et notamment de ceux sélectionnés par les partis de l’opposition eux-mêmes ».

«Comme des millions de Nigérians, nous avons suivi les débats. J’ai eu des contacts physiques avec certains des plus grands prétendants, parfois plusieurs fois. Nous avons participé à HANDSHAKE À TRAVERS LE NIGÉRIA, où certains candidats ont présenté leurs mémos », a déclaré le professeur.

«Entre autres, j’ai prononcé un discours liminaire. Nous avons regardé des interviews à la télévision. Nous avons échangé des notes avec des fonctionnaires internationaux hautement respectés. La recherche d’un consensus entre ces groupes dévoués a parfois pris la forme de questionnaires d’essai destinés aux candidats, notamment: « Qui parmi les candidats choisiriez-vous, si vous n’aviez pas été choisi comme préférence ultime? »

Il a déclaré que le Nigéria disposait d’un « matériel de leadership surabondant mais étouffé, et il ne peut plus y avoir d’excuse, maintenant que ce potentiel de haute qualité est en train de se manifester, pour restreindre l’espace politique dans une population de deux cent millions de personnes ».

Soyinka a exprimé sa joie que son choix personnel de Moghalu se soit avéré par hasard être également celui du forum, et a exhorté les Nigérians à utiliser leurs votes pour dire « Esprit diabolique, laissez-moi! », En accord avec le sens du nom « Moghalu ».

La déclaration complète

NOUVELLES ORIENTATIONS EN TEMPS DE DÉCISION.

La nation a été mise à genoux. En interne, le témoignage des médias ne doit pas être augmenté. Au-delà de ses frontières, le Nigéria est l’histoire de citoyens désignés parias de la communauté mondiale pour lesquels des dossiers spéciaux sont ouverts, et des unités des agences de sécurité sont spécifiquement assignées. Les transactions en ligne sont programmées pour rejeter l’utilisation de base une fois que le mot « Nigeria » est inséré dans le profil de données. Peu de nations sont restées, à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières continentales, là où, quel que soit le mot de code, une «salle» nigériane n’a pas été désignée. Son humanité parcourt les pistes de sable du Sahara, elle borde les fonds marins de la Méditerranée avec les os d’une génération désespérée, à la recherche de «pâturages verts». Les lignes de mes poèmes ont été appropriées et gravées comme des épitaphes sur les pierres tombales des Nigérians ont lavé l’île de Catane et ont été enterrées dignement par des inconnus, certainement plus respectueuses que les Nigérians ne le considèrent eux-mêmes en raison de leur humanité. D’autres fondamentalistes religieux ont massacré d’autres migrants sur les rives de Tripoli, en attendant leur traversée précaire sur des bateaux suicidaires. D’autres encore finissent comme des marchandises sur les marchés d’esclaves en Libye et en Mauritanie, des centaines de personnes récemment secourues et transportées par avion – un crédit là où le crédit est dû! – rapatrié par le gouvernement.

Ce n’était pas toujours comme ça. De nombreux Nigérians estiment qu’il n’est pas nécessaire que cela reste ainsi. Il y a toujours un choix à faire en dehors de tout ordre présomptueux – en réalité, des associations ont la garantie de perpétuer les désordres sociaux et les politiques d’inégalité. Ce n’est pas la pensée de n’importe quel individu mais d’une grande partie de cette population. Si ce n’était pas le cas, il n’y aurait pas eu un nombre record de près d’une centaine de groupes politiques aspirant à prendre les rênes de la gouvernance. Nous n’avons cependant pas besoin d’instructions pour estimer que plusieurs des groupes aspirants ne sont que des plantes, élevées pour semer la confusion. Cela revient au crédit de quelques individus, y compris des candidats eux-mêmes, qui se sont engagés à vaincre leurs propres rangs, puis à chercher un candidat par consensus comme porte-drapeau de la bataille contre les deux géants politiques.

Ils n’ont pas réussi, mais ce n’est pas une raison pour désespérer. Ils méritent toujours la gratitude des Nigérians pour leurs efforts uniquement fondés sur des principes. Le CITIZEN FORUM – dont on a entendu parler pour la dernière fois à l’époque du dictateur Sani Abacha – a été retiré de la retraite pour se joindre à leurs efforts pour parvenir à un consensus entre pairs. Le Forum a travaillé de manière périphérique avec eux. Il n’a fait aucune tentative – j’insiste sur ce point – de tenter d’imposer ses propres préférences, mais a utilisé des éléments issus des délibérations d’au moins quatre de ces groupes de sélection. Il est resté en marge, sauf sur invitation. Notre mission aujourd’hui est simplement de présenter le résultat de cet effort de Citizen Forum qui, je suis particulièrement heureux de le révéler, coïncide avec mes préférences personnelles. La conclusion des FC ne lie évidemment pas les autres groupes ou individus impliqués dans l’exercice. Permettez-moi de saisir cette occasion pour informer le public que ni Citizen Forum, ni moi-même, n’appartient à une tierce force ou à un autre conseil en quête de consensus, sous un autre nom. Veuillez ignorer ces attributions.

Au cours des derniers mois, nous avons étudié les carrières, les expériences et les antécédents de la plupart des candidats à la présidence, et plus particulièrement de ceux retenus par les partis d’opposition eux-mêmes. Comme des millions de Nigérians, nous avons suivi les débats. J’ai eu des contacts physiques avec certains des plus grands prétendants, parfois plusieurs fois. Nous avons participé à HANDSHAKE À TRAVERS LE NIGÉRIA, où certains candidats ont présenté leur mémoire. Entre autres, j’ai prononcé un discours liminaire. Nous avons regardé des interviews à la télévision. Nous avons échangé des notes avec des fonctionnaires internationaux hautement respectés. La recherche d’un consensus entre ces groupes dévoués a parfois pris la forme de questionnaires d’essai destinés aux candidats, notamment: «Qui parmi les candidats choisiriez-vous si vous n’aviez pas été choisi comme préférence ultime?

Les paramètres d’évaluation n’étaient pas compliqués: préparation mentale, aptitude à l’analyse, réponses aux défis de sécurité du pays, bases économiques, compréhension des réalités sociopolitiques, y compris une préoccupation réparatrice vis-à-vis de l’image nigériane perçue à l’étranger, etc., sans oublier un argument convaincant. engagement en faveur de la gouvernance et de la décentralisation des ressources – couramment appelée restructuration. Le Forum a rejeté les propositions rétrogrades d’un manège politique, qui exhortait l’électorat à choisir tel ou tel candidat afin d’assurer «notre tour» à la prochaine investiture du pouvoir. Dans l’ensemble, l’exercice était exigeant mais aussi thérapeutique. Cela prouve une fois de plus que le pays possède une qualité de leadership surabondante et qu’il est un défaut collectif que l’espace politique ne soit pas suffisamment ouvert pour laisser planer un tel potentiel. Eh bien, citons le proverbe chinois: un voyage de mille kilomètres commence par le premier pas.

Permettez-moi de répéter: il existe un matériel de leadership surabondant, mais étouffé, et rien ne peut excuser, maintenant que ce potentiel de grande qualité est en train de se manifester, de restreindre l’espace politique dans une population de deux cents millions de personnes. Et cette déclaration s’adresse bien sûr à ceux qui ont pris part à cet exercice, à ceux qui ont délibérément choisi de ne pas y participer et dont certains ont quand même été évalués. Un tel potentiel nous a obligés à faire preuve de la plus grande rigueur dans ce qui s’est révélé être un exercice des plus difficiles. La détermination finale est toutefois – le porte-drapeau du parti du jeune progressiste – KINGSLEY MOGHALU.

Je conclurai avec un côté un peu intéressant. J’ai de nouveau rencontré Moghalu lundi matin 4 février et l’ai informé de la décision du Forum. Au cours de notre discussion, je lui ai demandé quelle était la signification de Moghalu. J’étais curieux, car il m’avait fallu pas mal de temps pour savoir à quel groupe ethnique appartenait le nom. Il a répondu, cela signifie: «Esprit maléfique, laisse-moi!». Puis je lui ai demandé ses autres noms et il les a expliqués: «En fait, mes noms complets sont Kingsley Chieedu Ayodele Moghalu». Les sourcils levés, je demandai: Pourquoi, Ayodele? Une révélation piquante a résulté: «Oh, cela vient de Mme Funmilayo Ransome-Kuti. Elle était amie avec mon père. Mme Kuti était ma marraine et elle m’a donné le nom d’Ayodele ».

J’apprenais cela pour la première fois. Le CV de Moghalu est cependant dans le domaine public – ses publications, ses archives et sa vision. Ce qui précède n’est qu’une note d’accompagnement qui contient ses propres instructions douces et stimulantes à l’intention de ceux qui se soucient d’examiner les distractions des équivoques ethniques, ainsi que les mentalités et les stéréotypes rigides imposés aux produits de la circonstance.

Cette tâche immédiate étant maintenant terminée, le Forum civique va maintenant unir ses forces à ceux qui prient: «Esprit malin, laisse-nous!», Du moins ceux qui souscrivent à la conviction que les élections politiques ne sont pas une affaire de «vie ou de mort»!

Wole SOYINKA

CONVENER CITIZEN FORUM 2019

ibinimori

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s