Idées Fausses sur le Christianisme

Blog1

Par Douglas Anele

La célébration de Noël le 25 décembre de chaque année est non seulement non biblique, mais aussi un indicateur de la profonde influence du paganisme (c’est-à-dire des croyances, des habitudes ou des pratiques religieuses n’appartenant pas au judaïsme, au christianisme ou à l’islam), fait bien connu parmi les érudits et les christologues du Nouveau Testament. Mais un nombre écrasant de chrétiens en Afrique sont ignorants et crédules : ils se saignent aux quatre veines inutilement – physiquement, financièrement et émotionnellement – pour faire plaisir à leurs pasteurs, directeurs de conscience, les membres de leur famille et amis à cause de Noël, sans se rendre compte que c’est théologiquement injustifié du point de vue biblique. Bien sûr, les membres du clergé et les hommes d’affaires voient dans Noël une occasion de gagner de l’argent auprès des fidèles, ce qui est en contradiction avec le prétendu pilier spirituel de la célébration. Noël a presque complètement perdu le contenu spirituel qu’il avait pu avoir auparavant parce que le dieu de Mammon domine désormais l’infrastructure mentale des chrétiens, en particulier du clergé.

Entrons maintenant dans des détails plus historiques pour démasquer l’origine non chrétienne de Noël. Dans un essai intitulé «L’origine païenne choquante de Noël», Hoim Staff cite le livre de Werner Keller, The Bible as History, qui affirme que «le 25 décembre est pour la première fois mentionné dans les documents comme le jour de Noël en l’an 324. Sous l’empereur romain Justinian [527-565], il a été reconnu comme jour férié. Une ancienne fête romaine a joué un rôle majeur dans le choix de ce jour particulier. Dans l’Antiquité romaine, le 25 décembre était le «Dies Natali Invictus», l’anniversaire des invaincus, «le jour du solstice d’hiver et en même temps, à Rome, le dernier jour des Saturnales, qui avait depuis longtemps dégénéré en une semaine de carnaval débridé. Keller poursuit en affirmant que «les météorologues, ainsi que les historiens et les astronomes ont quelque chose d’important à contribuer à cette question de la fixation de la date de naissance de Jésus».  ”Luc 2: 8 rapporte qu’aux alentours de la période et du lieu géographique où Jésus est censé être né, en fait, les bergers veillaient sur leurs troupeaux la nuit. Les experts en conditions climatiques ont enregistré avec précision la température à Hébron, dans les hautes terres du sud de Judée, qui a les mêmes conditions météorologiques que Bethléem, le lieu de naissance supposé de Jésus. Il s’est avéré que «les relevés de température montrent sur une période de trois mois que l’incidence du givre est la suivante: -2,8 degrés en décembre; Janvier -1,6 degrés; Février 0,1 degrés. Les deux premiers mois sont aussi les plus pluvieux de l’année: environ 6 pouces en décembre et près de 8 pouces en janvier. ”Les informations disponibles indiquent que les conditions climatiques en Palestine n’ont pas changé de manière substantielle au cours des deux mille dernières années, ce qui implique que les observations météorologiques modernes peuvent être utilisées de manière fiable pour déterminer la situation météorologique dans la région et au moment de la naissance de Jésus.

Keller poursuit: «À Noël, Bethléem est exposé au gel et, dans la Terre promise, aucun bétail n’aurait été dans les champs à cette température. Ce fait est corroboré par une remarque du Talmud selon laquelle, dans ce quartier, les troupeaux ont été mis à l’herbe en mars et ramenés au début du mois de novembre. Ils sont restés à l’air libre pendant près de huit mois. Aux alentours de Noël, les animaux et les bergers sont à l’abri en Palestine. Ce que nous dit saint Luc indique donc que la naissance de Jésus a eu lieu avant le début de l’hiver.

Hoim Staff cite également le livre de Michael Grant, « History of Rome », pour corroborer le fait que Noël est né de pratiques non chrétiennes : « Pourtant, il y avait une autre croyance païenne à cette même époque qui était beaucoup plus proche du Christ pour le contrôle du monde occidental. C’était le culte du Soleil, qui était vénéré par des millions d’habitants de l’Empire romain, et sa religion est devenue un temps le culte de l’État… À Rome, la divinité du Soleil est apparue très tôt. Et puis, des siècles plus tard, dans le superbe dôme du Panthéon d’Hadrien, l’ouverture centrale, entourée de rosaces en forme d’étoile, représentait l’orbe solaire… Peu de temps après, l’empereur Aurélien établit un immense temple du Soleil invincible, cœur et centre de l’ensemble du système religieux de l’État. L’anniversaire du dieu était le 25 décembre. Et cela, transformé en jour de Noël, était l’un des héritages que le christianisme devait à son culte. »

Ce récit est corroboré par Jack Finegan dans « Myth and Mystery : Introduction to pagan relgions of the Biblical World »,  Finegan affirme que «le culte du Dieu Soleil continua largement dans tout l’empire et sous Aurélien (270-275 ap. J.-C.), le culte fut restauré dans son état le plus élevé. En l’an 274, Aurélien déclara le dieu – maintenant appelé Deus Sol Invictus – la divinité officielle de l’empire romain ; il a construit un magnifique temple du soleil à Rome… et a fixé la célébration de son anniversaire (naturalis solis invicti) le 25 décembre, date fixée pour le solstice d’hiver (également dans son personnage solaire l’anniversaire de Mithra). À l’époque de Constantine, le culte de Deus Sol Invictus était encore à son apogée, et le portrait du dieu-soleil était sur les monnaies de Constantine… De même, ce devait être à cette époque et dans l’intention de transformer la signification d’une date sacrée existante comme celle de l’anniversaire de Jésus, célébrée à l’Est le 6 janvier, qu’a été placée à Rome le 25 décembre, date de la célébration de l’anniversaire de Sol Invictus. Cette date figure dans une liste de dates probablement compilées en 336 apr. J.-C. et publiées dans le calendrier de la ville romaine édité par Filocalus en l’année 354.

Les historiens s’accordent à penser que le christianisme serait resté un culte obscur n’eût été  le rôle singulier joué par Constantin. Quand Constantin est devenu l’empereur de Rome, après une série d’événements étranges dans un rêve, il est devenu chrétien. Mais sa conversion, remise en question par certains érudits, était, en réalité, symbolique, car il avait agi en tant que grand prêtre (Pontifex Maximus) dans le culte du soleil tout au long de sa vie, comme en témoignent Michael Biagent, Richard Leigh et Henry Lincoln dans leur reconstitution historique détaillée du christianisme intitulée « The Holy Blood et The Holy Graal. » En tant que dirigeant d’un immense empire, Constantin était préoccupé par l’unité, l’harmonie et la stabilité de son domaine : une religion ou un culte qui englobait tous les autres cultes de l’empire romain répondait parfaitement à ses objectifs. En conséquence, il travailla très dur pour mélanger et réconcilier les croyances et les pratiques païennes avec l’église romaine. Jesse Lyman Hurlbut, dans L’Histoire de l’Église chrétienne, écrit que Constantin a promulgué «l’édit de tolérance» en 313 après J.-C., avant de devenir empereur dix ans plus tard. Bien que Constantin ait conservé ses fonctions sacerdotales dans le culte de Sol Invictus jusqu’à son baptême en 337 ap. J.-C. sur son lit de mort, il a déclaré que le christianisme était la religion officielle de Rome. En conséquence, affirme Hurlbut, l’épée de persécution contre les chrétiens n’était «pas simplement remise dans son fourreau, il a été enterré. »

Pratiquement tout ce qui concerne Noël est d’origine païenne. Considérons, par exemple, l’idée et la pratique d’installer un arbre de Noël. Dans une certaine mesure, il s’agit d’un vestige de la vénération ou du culte des plantes teutonique. Néanmoins, la coutume consistant à utiliser le pin et autres végétaux à feuilles persistantes à des fins cérémoniales était déjà bien établie dans l’Égypte ancienne et dans la Rome antique. Ce fait est corroboré par Alexander Hislop, qui affirme dans « The Two Babylons » que «le sapin de Noël, qui est devenu si courant chez nous, était également courant dans la Rome païenne et dans l’Égypte païenne. En Egypte, cet arbre était le palmier; à Rome c’était le sapin; le palmier dénotant le messie païen sous le nom de Baal-Tamar, le sapin se référant à lui sous le nom de Baal-Berith.

ibinimori

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s