Bénin, un Sale Climat d’Exécutions Politiques : Trouble et Consternation

blog1

Il y a quelque chose de consternant et en même temps de troublant dans l’ambiance politico-judiciaire du Bénin sous le nouveau régime dit de la rupture.

Comment se fait-il que sous ce régime, ce sont les gens qui étaient  considérés comme corrects et au service du pays, qui sont poursuivis et lourdement condamnés, tandis que les gens qui, sous le régime précédent, étaient considérés comme douteux voire judiciairement compromis qui se trouvent libres et même donneurs d’ordre, sans aucune inquiétude judiciaire ? Cela prouve  au moins une chose  – même si ce n’est pas l’apanage de  ce régime – que la justice sous nos cieux reste engluée dans la fange de la servilité politique sans vergogne ni scrupule. Comment des juges honnêtes, qui ont le sens de l’honneur et le respect absolu du droit peuvent–ils accepter  – moyennant finance ou une quelconque forme de rétribution –  de se mettre au service d’un régime politique pour l’accomplissement de ses vils desseins machiavéliques ?

Dérive honteuse qui ne fait que flétrir la démocratie et miner les fondements même de l’État de droit. Qu’on le veuille ou non, il y a là un flagrant abus de pouvoir  qui se pare des apparences trompeuses de l’État de droit. Quand une autocratie ne peut pas s’afficher telle qu’en en elle-même et est obligée de se travestir sous les dehors  institutionnels de la démocratie, c’est qu’elle ajoute la lâcheté à l’injustice. Cette fourberie institutionnelle et ces agissements impairs sont source d’une légitime consternation chez tout citoyen patriote moralement sain, qui aspire à un plus haut niveau de dignité éthique et politique.

Le trouble quant à lui réside dans la fureur et le caractère implacable – trop implacable pour être un souverain bien, quelque chose qui ne vise que l’intérêt public – de ce qui s‘apparente à une chasse aux sorcières, voire une exécution politique. Un exemple édifiant de cette exécution politique n’est-il pas donné par le sort qui est fait à Monsieur Sébastien Ajavon en l’espace de quelques mois  seulement après l’avènement d’un régime auquel il a contribué de façon décisive? Cette tournure des choses politiques et l’accélération qui la caractérise ne peuvent être comprises à leur juste valeur en dehors du postulat sur l’instrumentalisation de la justice énoncé plus haut.

Monsieur Ajavon est accusé dans un trafic illicite de drogue ( 18 kg de cocaïne pure d’une valeur présumée de 9 milliards de francs cfa). De cette accusation rocambolesque, il a été relaxé sur la forme, certes dans un contexte de tension politique qu’il était sage d’apaiser dans l’intérêt de la cohésion nationale. Dès lors et pour la même cohésion nationale, on était en droit de penser que cette affaire est close. Or voilà qu’une juridiction ad hoc s’en saisit à nouveaux frais et, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, prétend entendre de l’affaire sur le fond, juge et condamne celui qui avait été précédemment relaxé.

Dans la mesure où aucune justice au Bénin n’est libre et autonome – que ce soit l’actuelle ou celle qui naguère l’accusait de tentatives de coup d’État et d’empoisonnement sur la personne et le régime de son prédécesseur – Pourquoi Talon s’en prend-il ouvertement à Ajavon en instrumentalisant celle-ci ?

A moins de vouloir dire que le problème du Bénin c’est Atao, Mètognon, Ajavon et consorts, on est là dans une monstrueuse aberration éthique et politique, une westernisation autocratique de la vie politique. Allons donc ! Nous sommes tout de même en Afrique, continent qui valorise la culture de la fraternité et de la solidarité. Ajavon est celui qui, par son alliance politique décisive, a permis à Talon d’accéder à la magistrature suprême dont lui seul sait pourquoi il en a pris l’option après avoir été pendant plusieurs décennies le marionnettiste et commensal de nombre de ses prédécesseurs. Même si les accusations judiciaires portées à l’encontre d’une telle personne ne sont pas montées de toutes pièces et contiennent une once de vérité, qu’est-ce que Talon en tant que président de la république et manipulateur en chef de la justice, a fait pour cacher la honte ou le risque de la prison à son allié ? Dans une telle circonstance, n’est-ce pas l’élan salutaire du pardon qui devrait prévaloir sur celui de l’exécution politique administrée sous les dehors d’un purisme éthique et d’un rigorisme judiciaire pour le moins douteux ? D’où vient à Talon, magouilleur historique, cette pulsion de pureté miraculeuse et cette fureur d’impunité à laquelle plusieurs décennies de ces tractations secrètes et sa gravitation dans la sphère politico-économique du Bénin ne nous avaient ni habitués ni préparés ? Est-il devenu born again, lui qui, en matière de néo-religion chrétienne, est plus proche de la déesse de Gbanamè que des évangélistes ?

Pourquoi ne peut-il prendre langue avec son allié politique, pour autant que celui-ci fût réellement en faute ? Pourquoi ne peut-il dire à son allié que le crime dont on l’accuse est embarrassant, passer l’éponge et le mettre en garde contre toute récidive et ce en reconnaissance du bien qu’il lui a fait ? Même un Nelson Mandela – sans parler du Pape ou du Dalaï-lama –malgré leur sens élevé de la justice et de la morale, n’auraient pas fait autrement. Après tout, nous sommes des êtres humains, et comme le disait Hegel, ce n’est pas servir la loi que de l’appliquer avec une rigueur aveugle.

L’homme, a dit Louis-Ferdinand Céline, est toujours pressé de se venger du bien qu’on lui a fait. Tôt ou tard, il était évident que Talon et Ajavon reviendraient de leur stratégique lune de miel politique ;  et, vu les conditions et les motivations de leurs chevauchées présidentielles éminemment rivales et potentiellement conflictuelles, il n’était pas étonnant qu’à terme ils en arrivassent à croiser le fer. Mais le trouble ici vient de la rapidité de leur brouille et de la grossièreté des accusations qui motivent la condamnation de l’un par la justice aux ordres de l’autre.

Adenifuja Bolaji

copyright5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s