Sous le Bananier : le Philosophe Face au Prix Nobel

basho2.png

Quand on est un vrai philosophe, on ne doit pas accepter une distinction ou un prix comme le prix Nobel, qui a la prétention fatale de définir son lauréat, de le marquer et le remarquer à vie. Figurez-vous qu’il y a des gens qu’on ne définit que par le titre de Nobel. Or le Nobel n’est qu’un prix. Et il y a dans ce prix et son octroi un insoutenable implicite, à savoir qu’il serait le prix des prix, le premier prix du monde entier. Cette primauté, malheureusement est construite et soutenue à coup de consensus idéologique et d’implicite suborneur : celui de la supériorité de l’Occident et de son savoir. Mais en quoi la distinction qui porte le nom d’un promoteur en dynamite peut-il devenir la référence des honneurs dans un monde un tant soi peut honnête ?

Ce qui est étrange et pathétique, c’est le consentement frénétique de toute une humanité au demeurant qualifiée et honnête à se faire reconnaître et étiqueter Nobel de x ou Nobel de y, et à en faire ensuite un masque surdéterminant de toute sa vie, à l’exclusion d’autres références biographiques, autrement plus pertinentes pour toute une existence qui n’a certainement pas attendu le Nobel pour s’exprimer dans son essence. Comme s’ils n’eussent été, ne fussent rien avant ou sans le Nobel.

On comprend pourquoi un homme épris de liberté comme Sartre ait refusé une telle réduction idéologique de son être

Amida Bashô

copyright5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s