Nigeria, Transparency International : Buhari et la Gifle Anti-corruption

blog1.jpg

Il y a quelques semaines, lors de la dernière réunion de l’Union africaine, ses pairs on conféré à Buhari la palme du meilleur dirigeant africain combattant de la corruption. Qu’à une année des élections présidentielles à laquelle il compte se représenter en dépit de ses piètres résultats, la diplomatie de Buhari n’ait pas œuvré pour ce cadeau magique paraît douteux.

Mais si des doutes subsistaient sur le sérieux de cet honneur, la dernière publication de son indice de perception de la Corruption par Transparency International vient de les balayer ; et elle apparaît comme un coup de massue asséné au régime de Buhari et sa propagande qui ont fait du thème de la Corruption leur cheval de bataille et une monomanie médiatique.

En effet,  dans l’index 2018, de Transparency International, le Nigeria s’est classé 148ème sur 180 pays évalués, perdant 12 points par rapport à 2016 !

Tout cela montre si besoin en est le côté fantaisiste de la reconnaissance africaine décernée à Buhari. Du reste, pour persévérer dans sa posture de déni de la réalité, et n’écoutant que son ardeur mystificatrice, la présidence du Nigeria, par la voix de son  porte-parole,  Garba Shehu, a rejeté les conclusions de Transparency International comme une « fiction »,  disant que ceux qui savent « d’où venait le Nigeria ne croiraient pas que la corruption soit pire sous l’administration Buhari ».

Mais pour l’observateur avisé et impartial, Buhari n’est pas à la hauteur de ses ambitions affichées. L’homme qui est amené à la tête du pays en raison de l’image de combativité et de sa posture éthique des années 80, alors qu’il était un dictateur militaire, n’est plus le même.  Entre le moment où le jeune officier fringant et déterminé faisait un tandem de justiciers anticorruption avec son bras droit Tunde Idiagbon et le moment actuel de sa présidence démocratique beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.

La soi-disant lutte contre la corruption de Buhari est grevée par un double facteur éthique et politique. En clair, comme l’impunité conférée aux pasteurs peuls qui massacrent à tour de bras, Buhari n’est pas décidé à guerroyer contre les siens, car le facteur identitaire est au principe de son capital politique et idéologique. Sous ce rapport, on ne compte pas le nombre d’affaires de corruption, souvent rocambolesques, ignorées ou abandonnées en raison du facteur ethnique ou régionaliste. Sans compter les nominations dans l’administration qui sont superbement népotistes. Les boucs émissaires de la soi-disant lutte de Buhari contre la corruption se recrutent aussi parmi ses ennemis politiques, qu’ils soient du Nord ou du Sud,  même s’ils sont plus volontiers du Sud que du Nord ; ou qu’ils soient de son parti, l’ACP ou de l’opposition, PDP, même s’ils se recrutent plus souvent dans celui-ci que dans celui-là.

La faille entre l’image affichée par la propagande officielle et la réalité des faits est si béante qu’au risque d’être une insulte pour le vécu et l’intelligence des Nigérians, elle offre aux adversaires de Buhari le bâton pour le battre à son propre jeu. L’ex-Vice-président  Abubakar Atiku qui ne fait pas mystère de sa volonté d’être un challenger de Buhari aux prochaines élections, l’a si bien compris qui a embouché la trompette de la critique sur le thème fétiche de Buhari. L’ancien vice-président a déclaré vendredi que la guerre du gouvernement nigérian contre la corruption ne sera pas gagnée par des « sentiments » et des « procès médiatiques ».

Selon M. Atiku l’attention devrait plutôt se tourner vers les faits. « Nous devons essayer d’identifier pourquoi, bien que nous ayons lutté ostensiblement contre la corruption ces dernières années, Transparency International, l’agence de surveillance anti-corruption mondiale officielle, n’a pas augmenté notre indice de perception de la corruption », a déclaré M. Abubakar. »

Comme on le voit, la guerre contre la corruption sera le thème de la guerre pour la présidence 2019

Adenifuja Bolaji

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s