Nigeria : Falana s’en Prend aux Pou- voirs Publics pour leur Laxisme Face aux Tueries qui Meurtrissent le Pays

blog1.jpg

L’avocat des droits de l’homme, Femi Falana, a condamné le retard dans la poursuite de plus de 100 suspects arrêtés en relation avec les meurtres dans l’Etat de Benue, craignant que les suspects finissent par échapper à la justice.
Falana a également demandé à l’Association du barreau nigérian (NBA) «d’enquêter sur le refus du Ministre de la Justice de poursuivre des suspects de meurtre en raison de pressions politiques ou d’une simple négligence de leur devoir».
Dans une lettre qu’il a adressée au président de la NBA, M. Abubakar Mahmoud (SAN), Falana a exprimé sa crainte que les suspects ne soient libérés, vu qu’ils « n’ont pas été inculpés d’homicide devant les tribunaux  » par les instances compétentes.  »
Le militant a regretté que la NBA n’ait pas «surveillé les poursuites contre les dizaines de suspects arrêtés par la police ou inculpés par les commissions d’enquête judiciaires et administratives mises en place par les gouvernements fédéral et étatiques pour enquêter sur les troubles civils violents dans le pays.  »
Il a déclaré: « Entre 1999 et 2007, un gang était pointé du doigt dans l’élimination illégale de pas moins de 70 personnes dans l’Etat de Gombe. Les accusations de meurtre portées contre les suspects par la police ont été abandonnées par les tribunaux à la demande du gouvernement de l’État.
« Feu Alhaji Umar Hassan qui a exigé la poursuite des coupables a été accusé d’avoir donné de fausses informations à la police par le gouvernement de l’Etat! »
« Les membres d’une escouade officielle, qui a tué des politiciens et des étudiants dans l’Etat d’Ekiti entre 2003 et 2006, ont été arrêtés et accusés de meurtre à la Haute Cour, siégeant à Ado Ekiti. Un capitaine de l’armée à la retraite et son officier de police qui a tué les étudiants ont été reconnus coupables et emprisonnés.
« Mais les deux condamnés ont été graciés par le gouverneur de l’Etat en 2009. Comme si cela ne suffisait pas, les accusations de meurtre en suspens contre les autres suspects de meurtre ont été abandonnées par le tribunal en 2014 pour défaut de diligence du gouvernement de l’Etat.
Le panel présidentiel d’Ahmed Lemu, qui a enquêté sur les violences postélectorales dans 12 États du nord et dans l’État d’Akwa Ibom en avril 2011, a découvert que 856 personnes avaient été tuées. Dans le Livre blanc publié sur le rapport, le gouvernement fédéral a ordonné que les coupables soient poursuivis, mais la directive n’a pas été appliquée par les États où les meurtres ont eu lieu.
La Commission nationale des droits de l’homme, sous la direction du professeur Chidi Odinkalu, a découvert que 55 personnes avaient été tuées dans les violences pré-électorales survenues dans l’Etat de Rivers en 2015. Les coupables n’ont jamais été poursuivis par le gouvernement de l’Etat. Depuis lors, plus de 100 autres citoyens ont été tués par des bandes armées.

La Commission Garba d’enquête judiciaire, qui a enquêté sur l’attaque violente des chiites par l’armée nigériane du 12 au 14 décembre 2015, a découvert que 347 personnes avaient été tuées et secrètement enterrées dans une fosse commune par les meurtriers.
« Dans le livre blanc publié sur le rapport de la commission, le gouvernement de l’Etat a ordonné que les suspects soient poursuivis, mais le Ministre de la Justice de l’Etat de Kaduna a refusé de poursuivre les suspects de meurtre. »
Falana a noté qu’en décembre 2016, l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA) a confirmé le meurtre de 204 personnes dans le sud de Kaduna, déplorant que les suspects de meurtre n’aient pas été poursuivis jusqu’à ce jour.
Il a fait valoir que, puisque l’homicide ou le meurtre « est une infraction à la loi, vous conviendrez avec nous que les procureurs généraux de tous les Etats du pays ont manqué à leurs devoirs en vertu de l’article 205 de la Constitution.
« En fait, certains des procureurs généraux ont un penchant à mettre fin aux accusations de meurtre en les classant sans suite. Ce faisant les responsables de la Justice dans les Etats ont violé leurs serments et ont foulé au pied les règles fondamentales de l’Etat de droit

ibinimori

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s