M. Topanou, Je ne suis pas la Honte des Noirs : Entre deux Reptations devant Ouattara, je sais danser zangbéto – Michaëlle Jean

blog1


blog1Lorsque Barak OBAMA a été élu Président de la première puissance mondiale, nous les Noirs, n’avions pas cherché à savoir s’il était Américain ou Kényan. Nous avions juste éprouvé la fierté de voir un Noir accéder à cette fonction.
Lorsque Koffi ANNAN a été élu Secrétaire général des Nations Unies, nous les Noirs, n’avions pas cherché à savoir s’il était Ghanéen ou autre. Nous avions juste éprouvé la fierté de voir un Noir accéder à cette fonction.
Lorsqu’Abdou DIOUF a été élu Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie, nous les Noirs, n’avions pas cherché à savoir s’il était Sénégalais ou autre. Nous avions juste éprouvé la fierté de voir un Noir accéder à cette fonction.
Lorsque vous, Madame Michaëlle JEAN, vous avez été élue Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie, nous les Noirs, n’avions pas cherché à savoir si vous étiez Haïtienne ou Canadienne ou encore Canadienne d’origine Haïtienne, ou encore si vous aviez exercé en tant qu’Anglophone avant de redevenir Francophone. Nous avions juste éprouvé la fierté de voir une Noire succéder à un Noir à cette fonction.
Je pourrai multiplier les exemples à l’infini.
Lorsqu’un Noir accède à ce niveau de responsabilité dans le monde, il fait la fierté de tous les Noirs. Lorsqu’il réussit dans sa mission, cette fierté n’en est que plus décuplée et quand il échoue, il fait la honte de tous les Noirs.
Madame Michaëlle JEAN, vous êtes la honte des Noirs.
Je ne reviendrai pas ici sur vos frasques que la Lettre du Continent révèle de temps à autre ; c’est à la limite futile.
Mais comment pouvez-vous, en plein XXIe siècle, alors que les peuples du monde entier, et en particulier les peuples d’Afrique, aspirent à toujours plus de liberté et de dignité, comment vous, Secrétaire générale de l’OIF, Canadienne d’origine Haïtienne et peut-être encore plus loin, d’origine Béninoise, comment pouvez-vous limoger en violation flagrante de toutes les dispositions règlementaires de votre Institution, un Noir, Monsieur Kako NUBUKPO, Directeur de la Francophonie Numérique pour délit d’opinion ? Comment est-ce possible ?
En gros, vous lui reprochez ses positions publiques en faveur de la souveraineté pleine et entière, notamment monétaire, des pays de la zone CFA. Vous lui reprochez ce que lui-même appelle ses positions contre la « servitude monétaire volontaire » et que vous et les autres, vous réduisez de façon caricaturale à des positions anti-CFA et à tort à des positions anti-françaises. On peut être pour la lutte contre la « servitude volontaire » sans être anti-français.

Et si ce n’était que cela, on pourrait encore comprendre que vous-même êtes favorable à cette « servitude volontaire ». Mais là où vous devenez cynique et faites la honte de nous les Noirs, c’est quand il apparaît très clairement que vous sacrifiez Monsieur NUBUKPO sur l’autel de votre réélection à la tête de l’OIF. Autrement dit, dans la perspective de votre éventuelle mais improbable réélection, vous faites plaisir au Président Alassane Dramane OUATTARA de la Côte-d’Ivoire qui vous a demandé sa tête.
En cela, vous faites preuve d’une vacuité intellectuelle. Vous n’incarnez aucun idéal pour la Francophonie et c’est bien triste!!!
Cette décision que vous venez de prendre et qui vous collera à la peau comme un boulet est contestable aussi bien sur le fond que sur la forme.
Sur le fond, la Francophonie, faut-il vous le rappeler, ne signifie pas le CFA et on peut bien être à la Francophonie, proclamer ses convictions « anti servitude volontaire » sans être pour autant un anti-français, ou un anti-francophone. Le CFA n’est pas un patrimoine de la Francophonie et dans l’espace francophone, le CFA n’est pas la seule monnaie en circulation. Ce que fait Kako NUBUKPO participe de la lutte pour la dignité de l’Homme Noir dans le domaine de compétence qui est le sien. En cela, ses prises de position ne constituent en rien une menace pour le fonctionnement régulier des Institutions de la Francophonie.
Sur la forme, sans qu’il ne soit besoin de revenir sur les procédures de licenciement ou de suspension en vigueur à l’OIF, il ne suffit pas que le Président d’un État membre vous demande de façon fantaisiste la tête de l’un de vos fonctionnaires pour que vous la lui offriez sur un plateau doré, sans autre forme de procès.
Non, l’OIF n’est pas une propriété privée de Monsieur Alassane Dramane OUATTARA qui ne doit, pour rien au monde, étendre sa gestion autocratique du pouvoir politique au-delà des frontières de la Côte-d’Ivoire. L’OIF est une Institution qui a des règles de fonctionnement internes. Et sanctionner un collaborateur pour délit d’opinion afin de contenter un Chef d’État membre n’est pas inscrit dans ces règles. La campagne en vue de votre élection ne peut vous affaiblir au point de pactiser avec le diable et limoger abusivement un digne cadre qui fait la fierté des Noirs.
Désormais, à toutes vos escales, au Bénin ou ailleurs, cette décision inique vous sera rappelée et vous la trainerez comme une tâche indélébile. A moins que vous ne corrigiez le tir et que d’ici là, vous transformiez la suspension en simple avertissement ! Il y va de votre crédibilité !!!
Topanou Prudent Victor K. Kouassivi
Maître de conférences de Sciences politiques
Directeur de l’Ecole doctorale des Sciences juridiques, politiques et administrative.
Université d’Abomey-Calavi
Ancien Secrétaire Général du Gouvernement
Ancien Garde des Sceaux

copyright5

 

Publicités