Publié dans Haro, Image, nigeria

Politiques Antisociales : les Déguerpis- sements à Cotonou, une Broutille Compa-ré à ce qui se Passe à Lagos tout près

blog1

Au Bénin, le problème des déguerpissements défraie la chronique, et suscite des  heurts entre la population et les pouvoirs publics, notamment dans la ville de Cotonou et ses environs.  Selon les victimes de ces déguerpissements ou leurs porte-voix politiques, il s’agit d’une action violente décidée et exécutée sans concertation, et qui détruit les maigres sources de subsistance d’un grand nombre de gens, condamnés à des activités informelles, dans l’indifférence naturalisée de l’Etat ou en marge de la loi. Pour le gouvernement au contraire, il s’agit de libérer l’espace public étouffé par une horde de vendeurs  spontanés et illégaux, afin de lui redonner son sens et ses usages dignes d’un pays qui opte pour le progrès.

Dans ce débat,  les Béninois ont peut-être eu le sentiment  d’être une exception politique en Afrique, que l’opposition a tôt fait de placer au compte de ce qu’elle considère comme le penchant autocratique et antisocial du gouvernement Talon. Or cette manière que les états en Afrique ont de s’en prendre à des populations  démunies et de les violenter dans leur mode de vie spontané caractérisé par une déréliction sociale naturalisée n’est hélas pas l’apanage du seul Bénin, encore moins de son gouvernement. Tout près de nous, dans l’Etat de Lagos au Nigeria, les populations démunies et pauvres font l’objet d’une répression territoriale implacable qui conjugue la spoliation brutale avec l’équivalent de ce qui est connu au Bénin sous le nom de déguerpissement.

Dans ces opérations d’épuration socio-économique, la dimension ethnique ou tribale est parfois sous-jacente, et les classes nanties en faveur desquelles s’opèrent ces spoliations s’en prennent plus facilement aux groupes ethniques minoritaires, comme les Goun. Dans un Lagos surpeuplé et à l’étroit, où chaque mètre carré gagné sur l’eau est précieux, la démolition des habitations  lacustres  d’Otodogbamè, et d’Oto logbo appartenant à des communautés goun sont des exemples de ces actes de spoliations auxquels a recours l’Etat de Lagos au mépris de la loi.

Mais face à cette politique d’injustice et de spoliation dirigée contre les classes démunies, les populations ne sont pas inertes ; les protestations et les cris d’alarmes se multiplient.

Ci-dessous, les images montrent la mobilisation des populations contre ce fléau, dont l’ampleur à Lagos relativise les souffrances des Béninois dans ces opérations qui apparaissent comme une broutille comparées à ce que vivent leurs frères et sœurs de Lagos, à quelques jets de pierre de Cotonou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Adelaja Bolanle

ibinimori

copyright5_thumb.png

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s