Publié dans nigeria, Résoc

Bénin-Politis /Écho des Réseaux Sociaux

politis

Chronique des Réseaux Sociaux – 28 fevrier 2017

Le Développement du Bénin et son grand voisin, le  Nigeria

blog1Lors d’échanges relatifs aux nombreuses faiblesses du programme d’actions du gouvernement du nouveau départ, les participants du forum « Bénin Diaspora Debout » après avoir montré que ce PAG est une mascarade innommable et un programme irréalisable, en sont arrivés à comment le Bénin pourrait tire profit du vaste marché que constitue le géant voisin Nigéria.

Je voudrais partager avec vous le post de notre compatriote Jacques Maxwell à ce sujet.

Message posté sur le forum « Bénin Diaspora Debout (B2D) »

Dans les études stratégiques au niveau de la Cedeao, le très sérieux think-tank Nigeria Institute of International Affairs (NIIA) depuis 30 ans, travaille la montée en puissance du géant nigérian sur la scène africaine.

Le résultat est là ! Le hasard n’existe pas !  Le Maroc a des centres pointus de référence dans la prospective !

-Depuis quelques années, l’option géostratégique du Maroc est l’Afrique noire. Après l’échec en Europe avec le Processus de Barcelone et avec les pays arabes.

L’Afrique noire est désormais « la profondeur stratégique de Rabat ». Pour 2 raisons : la disparition d’un concurrent africain de taille, Kadhafi et ses pétrodollars et surtout un meilleur retour sur investissements avec les PME marocaines très actives dans tous les secteurs économiques : Finances (Attijariwafabank), BTP, Telecoms (Maroc telecoms, Agro-alimentaire, mines …

-Depuis l’annonce de son retour au sein de l’Union Africaine, le Maroc a signé 113 accords économiques avec les pays africains ! Un record pour un État africain !

Et depuis le 31 janvier 2017, date de son retour dans l’UA après 33 ans d’absence, elle veut à présent intégrer la Cedeao et contrer l’influence du Nigeria allié traditionnel de son ennemi historique, l’Algérie !  Une vision offensive très claire pensée en amont ! La pensée prospective au service de l’action publique !

-Quid des pays francophones ferrés dans les serres du pacte colonial avec la France (Fcfa, bases militaires,  tragi-comédies électorales…) avec des dirigeants incompétents !

Même la Côte d’Ivoire, 1ere économie de l’Uemoa ne vaut diplomatiquement rien du fait de la tutelle neo-coloniale française !

Quant au Bénin de Patrice Talon, no comment !

Un désert de compétences total !  Aucune doctrine diplomatique !

Pendant que Sa majesté du Maroc Mohammed VI laboure et se déploie partout en Afrique, notre président boycotte la scène diplomatique continentale, s’adonnant à des voyages privés sur Paris ! Pathétique !

Nous n’avons aucun centre d’études stratégiques du type NIIA du Nigéria. Même nos universités ne sont pas associées à la conception des politiques publiques, on préfère Deloitte ! Les recherches dorment dans des tiroirs poussiéreux !

Il faut tout repenser !

[…]Le PAG de Talon est condamné d’avance parce n’intégrant pas le Nigeria dans ses études stratégiques. Encore cinq ans de perdu !

Le Bénin fait 8 milliards de dollars de richesses annuelles contre 500 milliards pour le Nigeria (Banque Mondiale, 2015).

Et voilà que notre gouvernement n’a aucune vision sur comment développer des avantages économiques avec cette puissance qui est notre voisin.

A mon avis, il faut axer notre orientation stratégique sur un nouveau paradigme sur quatre points :

-Refonte totale de nos programmes universitaires et professionnels selon les besoins du marché nigérian,

-Mise en place d’une véritable chambre de commerce et d’industrie entre les 2 pays.

-Développement d’une zone franche agricole entre les deux pays.

-Coopération bilatérale avec les États fédérés le long du corridor frontalier bénino-nigérian…

-Développement d’un partenariat stratégique au plan diplomatique avec l’Etat fédéral…

Voilà quelques propositions concrètes sur la nécessité d’intégrer le Nigeria dans toutes les politiques publiques du Bénin.

Cordialement

Jacques Maxwell

Jacques Maxwell est économiste, analyste politique et journaliste d’investigation

copyright5