Publié dans Essai, Haro

Ce que François Fillon a dit des Peuples Colonisés, Traduit en Langage Nazi

blog1

Ce que François Fillon a dit sur le sens des rapports historiques de la France avec les peuples qui ont subi et subissent encore sa domination multiforme dans le temps et l’espace, traduit en langage nazi, peut signifier : « l’Allemagne ne doit pas rougir d’avoir essayé l’efficacité de sa technique d’infrastructure gazière sur certaines populations non aryennes d’Europe ».

Tout discours que même le leader de l’extrême-droite allemande n’aurait jamais tenu ou qui, le cas échéant, aurait suscité un tollé d’indignation. Mais dans le cas des Noirs, des Amérindiens ou des Caraïbes, esclavagisés, génocidés, dominés, violés tout au long des 500 ans de rapport que les peuples  d’Afrique et d’Amérique ont subis dans les mains des Européens en quête d’espace vital et de matières premières, l’ancien premier Ministre peut dénier la responsabilité de son  pays dans les violences et les crimes inhumains, les souffrances et l’exploitation qui en constituèrent l’essence  et les maquiller sous le jour subtil de la bonne volonté culturelle française sans avoir de compte à rendre à personne. Parce que ce qui n’est plus concevable avec des communautés qui, quoique historiquement victimes de la barbarie occidentale, sont de race blanche et ont des lobbies forts pour les défendre, reste hélas possible avec des populations noires d’Afrique ou assimilées, qui comme le déploraient l’un de leurs plus illustres représentants, Aimé Césaire, ont subi les violences les plus atroces de l’histoire.

Combien d’Africains ont même entendu ces propos scandaleux à usage électoraliste, et parmi ceux qui les ont entendus, combien en ont conçu une raison suffisante de s’indigner ? Alors, inutile d’espérer l’indignation de nos chefs d’Etat qui  vivent dans la terreur de leurs maîtres blancs, quand ils ne sont pas fiers de leur cirer les bottes.

Aminou Balogun

blog1