Publié dans Press-Links

So-Ava et ses Belles Endormies

Mariage d’enfants: Sô-Ava, la loge des petites épouses

Pédophilie Coutumière, la loge des petites épouses

La commune de Sô-Ava se donne de plus en plus la triste réputation de zone de mariages des enfants. Ce phénomène assombrit l’horizon des victimes et porte un coup au développement du pays. Toutefois, la riposte s’organise vaille que vaille pour briser ce cercle vicieux.

Regard figé, sourire à peine visible, l’air abattu mais serein, Christiane B. fille unique de ses parents, n’est pas prête à oublier sa mésaventure. Avec une émotion palpable dans la voix, elle raconte son enlèvement avec beaucoup d’amertume. Alors qu’elle était élève en classe de 6e, elle a été contrainte d’abandonner les bancs suite à un mariage forcé. Pour cette fille de taille moyenne, âgée de 16 ans aujourd’hui (à peine 14ans au moment des faits), tout est parti d’un plan de kidnapping tracé par Romaric, l’un de ses amis, la contraignant ainsi à une vie de couple prématurée. Aussitôt venue dans sa belle-famille dont elle ne connaissait aucun membre auparavant, elle fut accueillie par des ‘’Zangbéto’’ (gardiens de nuit), pour lui souhaiter la bienvenue dans sa nouvelle cour et la contraindre de devoir par la même occasion d’y passer le reste de sa vie. Le lendemain soir, raconte-t-elle, la gorge serrée, trois hommes ont été envoyés dans sa chambre à coucher, qui la garda de force afin que son mari puisse satisfaire son désir sexuel. Ses cris de détresse et jérémiades sont restés vains jusqu’au moment où on lui servit une potion pour l’endormir, se souvient-elle. Après avoir retrouvé un peu de force, elle tenta de s’échapper en passant des nuits dans la brousse au bord du lac à Ahomey-Lokpo, un arrondissement de Sô-Ava, avant d’être rattrapée encore par ses bourreaux.

M. Z. n’a également pas connu une vie de jeune fille, âgée de 15 ans, elle a été menacée de mort du fait de son refus à un mariage à la fois forcé et précoce.
Après cet épisode, confie-t-elle, elle a également subi un enlèvement avant de faire les frais d’un envoûtement. Ce qui a failli lui coûter la vie, n’eut été la vigilance et la promptitude de ses parents, détaille-t-elle. Le supposé mari est un père de famille de deux enfants.
Les cas de Christiane et de Mahoussiédé ne sont que des exemples parmi tant d’autres. A Sô-Ava, les mariages des enfants demeurent encore une triste réalité. Laquelle contraint certaines filles au nomadisme forcé, à la fuite et à l’abandon des études ou de l’apprentissage.

lire la suite

Angélique Kidjo : « Une petite fille est une enfant, elle ne peut être une mère ou une épouse »

Sô-Ava, Cité Lacustre du Bénin, en Lutte contre la Pédophilie Coutumière

copyright5.png

Publicités