Publié dans Actualité, Ghana

Ghana 2016 : Akufo Addo, le Candidat du NPP, accusé d’être Dealer de Cocaïne

A quelques jours des élections générales du Ghana, entre deux inaugurations tous azimuts d’infrastructures utilitaires ( Marché, Hôpital, échangeur, etc…)  la propagande du pouvoir qui aspire à se succéder à lui-même n’oublie pas le nécessaire volet de diabolisation de ses challengeurs sérieux.

Dans cet ordre d’idées, une vieille polémique dormante sur l’argent de la drogue en politique refait surface, avec l’accusation portée contre le porte-drapeau du NPP, M. Akufo-Addo, d’être sinon un dealer de cocaïne lui-même, du moins de prospérer politiquement grâce au trafic de cocaïne, dont le Ghana est une plaque tournante en Afrique de l’Ouest.

Face à ces accusations qui se faisaient de plus en plus envahissantes, répétées et  sournoises, le porte parole du NPP, Nana Akomea,  a réagi aujourd’hui avec véhémence. « Arrêtez Akufo Addo, s’il est un dealer de cocaïne ! » a-t-il déclaré dans une réaction de défiance au pouvoir. On imagine ce que deviendrait le Ghana, si cette injonction rhétorique du NPP était exaucée.

Pourtant, au-delà de la boutade et de la diabolisation de circonstance, l’accusation ne manque pas de sérieux. Deux rapports distincts de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et de la Commission de l’Afrique de l’Ouest sur les drogues (WACD) ont constaté que les partis politiques sont financés par l’argent de la drogue. Or, il est bien connu que M. Raymond Amankwah, l’un des plus grands seigneurs de la drogue ghanéen, a été un important donateur de M.  Akufo-Addo et de son parti, le NPP. Dealer de cocaïne de haut vol, M. Raymond Amankwah, a été arrêté au Brésil en décembre 2007 et condamné à 13 ans et 9 mois de prison. De plus, quand il était procureur général, M. Nana Akufo-Addo a rendu des biens saisis à la famille d’Amankwah, ce qui n’a fait que raviver les soupçons de collusions. En effet, le Seigneur de la drogue ghanéen est beau-frère M. Akufo-Addo. Tout cela fait  dire à ses opposants qu’en raison de sa dépendance supposée vis à vis de l’argent de la drogue pour sa survie politique, M. Akufo-Addo serait, le cas échéant,  une menace majeure pour le pays.

Sérieusement abordée ou sous forme de boutade, la résurgence de ce thème de trafic de cocaïne qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère délétère identique qui règne au Bénin ces temps-ci montre qu’en Afrique, et plus particulièrement dans notre sous-région de l’Ouest, la cocaïne est devenue en amont ou en aval, un facteur  politique majeur. Gageons que cette adrénaline propagandiste, s’apaisera avec les élections dans le plus grand intérêt du Ghana

Barbara Asamoah

copyright5.png