Publié dans Ethic, nigeria

Nigeria : Les Biens Et Propriétés de Mme Jonathan en Passe d’être Saisis

patience-jonathan

La Commission des crimes économiques et financiers, EFCC, a commencé les démarches  en vue de saisir des biens appartenant à l’ancienne Première Dame, Patience Jonathan.
La commission a commencé une investigation dans le but de recueillir des preuves contre elle, après le gel de $20m  dans des comptes bancaires lui appartenant.
L’EFCC a également mis en place une équipe d’enquêteurs dont la mission est de procéder à l’identification des maisons et des biens appartenant à Mme Patience Jonathan.

L’ordre d’investigation, venant du bureau du président de la commission, est assorti de la demande aux enquêteurs de focaliser l’attention sur les propriétés de Mme Patience Jonathan sises en priorité à Lagos, Abuja, Yenagoa et Port Harcourt.

Cette nouvelle tournure que prend l’affaire de la découverte puis du gel d’un montant de 20 millions de dollars dans des comptes bancaires de sociétés écrans associées à Mme Jonathan, intervient dans un contexte de défiance et d’intimidations politiciennes de la part de l’intéressée et de ses soutiens régionaux. Ainsi récemment, M Jonathan, dans une déclaration faite à Londres, a mis en cause les accusations de détournement de 2,2 milliards de dollars dont fait l’objet l’ex-chef des services secrets, M Dasuki, les jugeant de complètement hasardeuses et fantaisistes. Or, selon les informations émanant de l’EFCC sur le dossier, c’est la dilapidation de cette somme, qui a été l’une des sources de corruption au cœur de l’appareil d’État du régime précédent.

De même lors de l’audition de la demande de dégel de ses avoirs formulée par Mme Jonathan, elle avait transformé l’occasion en un véritable meeting politique en faisant convoyer au tribunal des centaines de ses supporters brandissant des pancartes aux slogans politiques agressifs dont le manichéisme la dépeignait en martyr de l’arbitraire du régime de M. Buhari.

Mais avec l’ordre de saisie de ses biens qui se prépare, force est de constater que les intimidations et pressions politiciennes de Mme Jonathan et de sa clique tribale ont fait long feu.

Ayodele Babatope

ibinimori

copyright555

Publicités