Publié dans Ethic, Kultur, Livres, Press-Links

La Corruption au Bénin : Définitions, Formes, et Approches de Solutions

blog1

Lutte contre la corruption au Bénin: Des chercheurs de l’UAC apportent une contribution scientifique

Face aux limites avérées des actions engagées jusque-là contre la corruption, des chercheurs de l’Université d’Abomey-Calavi sous la direction du professeur Flavien Gbéto ont voulu apporter leur contribution. Ceci à travers un document pluridisciplinaire qui offre une étude approfondie des manifestations, significations et conséquences dudit fléau afin d’y proposer des solutions. Le lancement du livre « Corruption au Bénin : manifestations, significations, sources et approches de solutions», a eu lieu, jeudi 16 juin, dans l’amphi Flash de l’Uac.

«On ne saurait masser une bosse en ayant les mains vides » ;« ce n’est pas moi qui vais changer le monde » ;« la chèvre broute là où elle est attachée » ; « une quelconque sauce n’est pas servie gratuitement » ; « jeter, c’est ramasser », etc. A travers l’étude de ces terminologies issues de diverses aires culturelles et utilisées pour traduire les faits de corruption, les auteurs du livre « Corruption au Bénin : manifestations, significations, sources et approches de solutions » ont montré combien le phénomène est ancré dans les habitudes intégrant la mémoire collective comme une pratique normale ou admise.

Ce sur quoi les auteurs du livre s’accordent, ce sont les dangers du drame que génère la corruption en termes de déviance comportementale, d’injustice, de déséquilibre socio-économique et d’inhibition du développement, commente Charles Ligan qui a présenté le livre.
S’agissant des causes d’un tel fléau, les auteurs ont retenu que la corruption est fille de la cupidité des hommes, de la concentration du pouvoir et de la richesse par quelques-uns, la mauvaise rémunération, etc…Selon eux, elle prend la forme du népotisme, de la fraude, d’extorsion, de détournement, du favoritisme…ce qui entraine la désagrégation du système d’Etat et la chute persistante du niveau de vie.
Les 20 auteurs ou contributeurs (enseignants et présidents des Ong Alcrer et Fonac, de l’Anlc, etc.) du livre ont analysé la corruption dans leur contexte respectif pour dire qu’elle n’est pas qu’économique (détournement de fonds publics) comme l’on croit souvent. Ainsi, pour le sociologue, elle est une contravention sans vergogne aux règles d’éthique, de morale et d’équité dans le but de modifier sa fonction sociale alors que pour le métaphysicien, la corruption touche les milieux religieux et initiatiques caractérisés par le mauvais usage des propriétés de l’Eglise, mosquée ou temple et la sanction des fidèles dénonciateurs de corruption et ouvre une porte d’initiation à la sorcellerie et corrupteur et corrompu finissent par s’affilier à la magie noire.
L’historien et le linguiste l’analysent comme « une conséquence de l’idéologie coloniale bureaucratique, des réalités de l’emprunt culturel », a relevé Charles Ligan sans oublier qu’elle est aussi psychologique.

Promouvoir l’éducation civique et morale

Pour arriver à bout de la corruption qui profite à ceux qui possèdent le pouvoir ou ont des relations, le livre « Corruption au Bénin : manifestations, significations, sources et approches de solutions » propose à travers ses 311 pages, la lutte contre l’impunité, la promotion de l’éducation civique et morale, l’analyse linguistique des expressions connotatives ou dénotatives de la corruption et la mise en place d’un mécanisme répressif (sanction pénale et sacralisation du bien public).
L’ouvrage est composé de 13 articles et est habillé en bleu, marqué par une bandelette jaune, le titre étant en rouge. Coordonné par les professeurs Flavien Gbéto, linguiste, Hounkpatin Capo, linguiste, Sylvain Anignikin, historien, Nicaise Médé, juriste et Barnabé Gbago, juriste, il est le fruit de la mise en œuvre du projet Etude linguistique et juridique de la corruption au Bénin (Elujic) exécuté par le Laboratoire de dynamique des langues et culture de Calavi (Labodylcal)que dirige le doyen de la Flash, Flavien Gbéto. Le livre dispose d’un dépôt légal à la bibliothèque nationale.
Représentant le recteur de l’Uac, Maxime da-Cruz a souhaité que, face à l’échec de normalisation d’un monde désorganisé par la corruption, cette contribution des universitaires et de la Société civile aboutisse à un développement durable. ?

ibinimori

copyright5_thumb.png