Publié dans Essai

Bénin 2016, une Histoire de Lion et de Buffles

blog1

Ce qui s’est passé au Bénin avec l’apparition de Zinsou aux élections présidentielles de 2016 est un événement inouï, météorique et presque fantastique, charriant à la fois fascination et certitude dans le camp de ses affidés.

Pour en rendre compte, en utilisant l’image des mœurs de la savane, c’est comme si les chacals, les hyènes et les vautours ont vu  le lion surgir, qui s’est lancé aux trousses d’un buffle isolé et solitaire. Alors, confiant en sa force royale, les chacals, les hyènes et les vautours se frottaient les mains ; ils se pourléchaient les babines, salivaient d’impatience d’avoir les restes du butin, à défaut de participer au festin.

Mais très vite, les choses changèrent : la fascination se mua en surprise, et la certitude en désillusion. Le buffle isolé, proie facile dont le lion croyait faire une bouchée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, appela les siens en renfort. Et, très vite, il fut entouré d’une escouade de semblables, décidés à secouer la suprématie légendaire du lion basée sur la bêtise individualiste, le fatalisme et la peur instinctive hérités du passé. Ensemble, les buffles firent masse et bloc. Et le lion après un désespérant forcing fut obligé d’abandonner la partie. Les Buffles unis vainquirent, au grand étonnement de la savane entière.

Et le lion s’en retourna au pays des fauves, ses semblables, la crinière défaite et la queue entre les pattes.

Quant aux chacals, hyènes et autres vautours, qui au Bénin se recrutaient alors aussi bien parmi les écrivains, les journalistes, les politiques en mal du lait colonial dont ils étaient sevrés, ils se terrent maintenant ou font semblant de pointer le bout de leur nez, comme si le peuple était dupe de leur infamie.

Aminou Balogun

copyright5_thumb.png

 

Publicités