Lu Pour Vous : Du côté de la Culture

I. BILAN CULTUREL  2007

Plusieurs événements ont marqué l’année 2007. Certains, de part leurs caractères un peu singuliers, ont été gravés en lettre d’or dans les annales des hommes des médias.

LA   NUIT    DU   VODOUNLupour1_2

Le 10 janvier 2007, a été célébrée sur toute l’étendue du territoire national, la fête du Vodoun. En prélude à cette fête des religions traditionnelles, David Koffï Aza a initié «La nuit du Vodoun» qui a connu sa première édition le 9 janvier. L’objectif de cette nuit est de faire voir autrement les religions traditionnelles aux profanes. A cet effet, les grands dignitaires du Vodoun tels que Dah Aligbonon, Guindéhou Agbégbé Gbesso Balle, les représentants de Sossa Guédéhounguè II et de Daagbo Hounnon Tomandjrèhoukpon… s’étaient donnés rendez-vous au palais des sports de Cotonou. Pour ces derniers, loin de ce que pensent les profanes, le Vodoun fait du bien et non du mal. Il est différent de la sorcellerie. Le Vodoun est une créature de Dieu au même titre que les anges. Il est donc à la disposition de l’être suprême qu’est Dieu.


EXPOSITION     BÉHANZIN,     ROI     D’ABOMEY

Behanzinfamillealger_2  A l’occasion de la célébration du centenaire de la mort du Roi Béhanzin, la Fondation Zinsou en collaboration avec le musée français Quai Branly, a exposé les objets de ce roi. Cette exposition a retracé le parcours exceptionnel du roi Béhanzin à travers des documents, son discours d’adieu à ses compagnons de lutte, des objets du trésor de la cour royale à savoir : bracelets, trônes, cannes, récades… Béhanzin est connu comme avant-dernier roi de la lignée des Agassouvi qui a marqué une résistance farouche à l’invasion coloniale. Son armée était particulière car, elle était constituée majoritairement de femmes appelées Amazones.

.


EXPOSITION 3 D MARCHES À L’ESPACE TCHIF

Trois artistes plasticiens à savoir Tchif, Zinkpè et Charly ont ensemble exposé leurs œuvres du 30 mai au 30 août 2007. Ils s’étaient mis ensemble parce qu’ils sont de la même génération et mènent le même combat : montrer que le Bénin peut se développer à partir de l’art plastique.


8 ARTISTES PLASTICIENS À L’ESPACE JOSEPH KPOBLY

Lupour2 Après avoir parcouru la route des pêches, sillonné quelques restaurants avec leurs œuvres, Hervé Gigot, Zecas, Zount, Eric Akohou, Ro-muald Mevo Ghezo, Lasis, Deen et Joël Dossou ont exposé leurs œuvres au Centre culturel français de Cotonou. Cette exposition a été acceptée par le Ccf dans le but de donner une visibilité à ces artistes.

Joseph Kpobly est le
maître de la nouvelle
génération

.


REMISE   DE   MATÉRIELS AUX ARTISANS  DU   BÉNIN

Pour lutter contre la pauvreté qui sévit dans le monde des artisans, le ministre de la culture, du tourisme et de l’artisanat, a entrepris une tournée de remise de matériels aux artisans de tous les 12 départements du Bénin. Ainsi, les artisans de l’Ouémé/Plateau ont reçu le lundi 22 janvier 2007 plusieurs matériels de travail tels que des machines à coudre, d’extraction d’huile, des appareils photographiques… Ceux du Mono/Couffo et Zou/Collines quant à eux, ont reçu leurs matériels de travail les 29 et 30 janvier 2007. Le 8 février était la date choisie par le ministre pour rencontrer les artisans du Littoral/Atlantique pour leur remettre leurs outils de travail. Ceux du Borgou/Alibori et Atacora/ Donga n’ont pas été en reste. L’objectif de cette opération était de doter les petits artisans de matériels de travail afin d’améliorer leur rendement et de lutter contre la paupérisation qui freine leur évolution.


DES   ARTISTES   TENTÉS   D’ÊTRE   DÉPUTÉS

Les élections législatives de Mars 2007 ont été marquées par la présence des hommes de culture sur certaines listes. Ils étaient au nombre de trois à vouloir siéger au parlement afin de défendre leur corporation et le reste du peuple. Il s’agit de Dah Badou sur la liste de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès dans
la 16ème circonscription électorale, du Roi du Zinli sur la liste Force clé dans la 23ème circonscription et du comédien Tola Koukoui dans la 19ème circonscription sur la liste Ensemble pour un Bénin émergent. Mais malheureusement, aucun d’eux n’a pu traverser les frontières culturelles pour la politique.


SOIRÉE   «ESPOIR   ORI»

Dans le but d’assurer la pérennité de la culture béninoise, Florent Eustache Hessou a initié certains enfants aux danses traditionnelles du Bénin. Ces derniers ont été officiellement présentés au public le samedi 5 mai 2007 lors d’une soirée festive où ces pépinières de la culture ont démontré leurs talents à travers des danses, des chants et sketchs.
Florent Eustache Hessou, Directeur de Oriculture


BROUILLE   DANS   LE   MONDE   DES  ARTISTES

par le collectif des artistes qui était monté au créneau pour dénoncer une manipulation de ces artistes «dissidents». Car, le linge sale se  lave en famille et le droit individuel n’existe  nulle part au monde. Seul le droit collectif existe et il est géré par une structure compétent en la matière.
L’année 2007 a également été marquée par la crise qui a secoué le monde des artistes. Ce.r-tains parmi eux ont claqué la porte du Bureau béninois des droits d’auteurs (Bubedra) afin de gérer leurs droits de façon individuelle. Car, ils reprochaient au Bubedra une gestion opaque de leurs droits. Cette situation a été déplorée


MISS   BÉNIN  2006  A  SENSIBILISÉ   LES   FEMMES

Les mamans étaient à l’honneur le 03 juin dans le cadre de la journée de la femme. A cet effet, Intisor Busari, Miss Bénin 2006 a réuni le samedi 02 juin au palais des congrès de Cotonou les femmes du 9ème arrondissement et celles de Godomey pour les entretenir sur la santé de reproduction. Trois thèmes étaient abordés à savoir : les causes de la mortalité maternelle lors de l’accouchement, la prise en charge de la grossesse et de l’accouchement et enfin la transmission du Vih Sida de la mère à l’enfant. Ces thèmes étaient développés par les Docteurs Komogui Gounou Didier, Badirou Anjorin Chakinatou et Joseph Vodonou de l’hôpital de la mère et de l’enfant.
Intisor Busari, Miss Bénin 2006 et la 2è dauphine ont été très engagées


RENCONTRE DES ARTISANS AVEC LE PRÉSIDENT BONI YAYI

Dans sa politique de gouvernance concertée, le Président de la République’a rencontré le lundi 5 mars 2007 les artisans dans la salle du peuple du palais de la Marina. L’artisanat étant un secteur clé sur lequel le chef de l’Etat compte pour le développement du Bénin, il a rencontré les acteurs de ce secteur pour des prises de décisions pouvant améliorer leurs conditions de travail et de vie.


LA CONFÉDÉRATION SUISSE OFFRE 87 MOTOS AUX ARTISANS

Le collectif d’associations et les groupements d’artisans membres de la Fédération nationale des artisans du Bénin ont bénéficié de motos de marque Sanya Sy-120 avec
d’autres équipements d’un montant total de quatre vingt sept millions de Francs Cfa. C’est le fruit de la coopération entre la République du Bénin et la Suisse.

Source Quotidien Fraternité N° 2002 du 03 janvier 2008


II. In Blog We Trust : Ecriture féminine au Bénin

Atelier Café

hountondjicitronelle.gif

C’est Gisèle Hountondji qui, en 1986, avait ouvert le bal, une année qui coincidait avec le deuxième anniversaire de son retour au pays. Son roman, Une citronnelle dans la neige, sonnait comme une alerte à la gent féminine longtemps déclarée absente du paysage littéraire. Il est vrai qu’avant elle, quelques timidités poétiques dentelaient l’horizon. On parlait volontiers de Colette Houéto et de Flore Hazoumé. Mais avec Gisèle Hountondji, une nouvelle légitimité littéraire s ‘imposait puisque c’était le premier roman publié par une béninoise.

Lire la suite sur Atelier Café, le Blog de Couao-Zotti


III. SOCIETE CIVILE

CONFÉRENCE DE PRESSE DETRANSPARENCY INTERNATIONAL (BÉNIN)

Ahan1_3 Objectif : Faire le bilan de la lutte contre la corruption

 

Le vendredi dernier, Transparency international avec à sa tête son président Adrien Ahanhanzo Glèlè a donné une conférence de presse au cours de laquelle, il a, ensemble avec les journalistes invités, fait Adrien Ahanhanzo Glèlè le bilan de la lutte contre la corruption en 2007 au Bénin.

 

Georges GODWILL

C’est le palais des congrès de Cotonou que Transparency International a choisi pour faire le bilan des actions qu’ il a menées pour le compte de l’année 2007 au Bénin. C’était le vendredi 28 décembre. Dans l’ensemble même s’il reste beaucoup à faire, le bilan est satisfaisant. Car au cours de l’année écoulée conformément à ses objectifs, Ti-Bénin a mené beaucoup d’actions : les campagnes de sensibilisation, le bulletin mensuel, les affiches

…. Selon le président Adrien •Ahanhanzo Glèlè, malgré l’ampleur que prend la corruption au Bénin, il existe quand même des compatriotes intégres, c’est pourquoi Ti-Bénin se charge à travers un travail fait en symbiose avec le Fonac et l’Ole de les primer afin d’encourager l’intégrité et le travail bien fait. Le prix du meilleur journaliste d’investigation n’ayant pas été organisé l’année passée, Adrien Ahanhanzo-Glèlè a expliqué que cela est dû au fait qu’il y a eu un changement de partenaire à leur niveau et que désormais cela aura lieu grâce au royaume des Pays-bas qui partage la même vision qu’eux. Après avoir donc dressé ce bilan, le 1er responsable de Ti-Bénin a réalisé des perspectives sur 4 ans (2008-2012) parce que les problèmes que posent les populations ne peuvent être réglés que dans le temps. En plus donc des projets qui existent déjà, Transparency International projette créer un numéro de téléphone vert sur lequel les populations peuvent intervenir directement pour poser leurs problèmes. Le site internet de l’institution sera désormais mieux fourni, il y aura l’organisation d’une rencontre annuelle entre les membres de Ti-Bénin et les journalistes. Ti-Bénin se constituera aussi en partie civile dans certains dossiers de corruption. .. etc. Un programme que s’il venait à être exécuté dans sa totalité contribuera pour beaucoup dans la réduction du taux de corruption au Bénin. Rappelons que cette conférence de presse a été l’occasion pour Adrien Ahanhanzo-Glèlè de revenir sur la nomination de Roger Gbégnonvi et de Alidou Koussé qui sont respectivement ministre de l’alphabétisation et Inspecteur général d’Etat, tous deux issus de la même institution. A leur sujet, il a déclaré être fier et a ajouté qu’ils ne seront jamais mêlés à des cas de malversation et de mauvaise gestion. Pour finir, il a laissé entendre que les journalistes béninois font du bon travail et feront mieux que quiconque s’ils étaient mieux outillés.

Source : Quotidien Le Béninois Libéré N°480 du Jeudi 03 Janvier 2008

Copyright, Blaise APLOGAN, 2007, © Bienvenu sur Babilown