Europe, Retournez ce que vous avez volé à l’Afrique- Chimamanda Adichie

Chimamanda Ngozi Adichie

Ecrivaine nigérian de renom et activiste social, Chimamanda Ngozi Adichie s’est jointe à ceux qui exhortent l’Europe à restituer les artefacts pris aux pays africains à l’époque coloniale.

La panafricaniste vocale a lancé l’appel au Forum Humboldt, à Berlin en Allemagne, où elle a souligné que les matériaux considérés comme de l’art africain représentent l’identité culturelle, la dignité et l’inclination religieuse des habitants de la région.

Voici la transcription complète du discours courageux de Chimamanda.


IKENGA : Objet Sacré Africain, Dépôt de Sens Spirituel

LORSQUE je faisais des recherches sur mon deuxième roman, La moitié d’un soleil jaune, qui se déroule pendant la guerre du Biafra nigériane qui a commencé en 1967, une femme m’a raconté l’histoire de son père âgé. C’était au début de la guerre et ils étaient dans la ville natale du Biafra, se sentant relativement en sécurité car la guerre semblait loin. Puis, tout à coup, ils ont entendu les bruits terrifiants des bombardements tout près d’eux, et ils ont su qu’ils n’avaient que quelques minutes pour quitter leur maison et se réfugier à l’intérieur pour se mettre en sécurité, avant l’arrivée des soldats nigérians.

Le père âgé était un homme riche, mais la seule chose qu’il s’est précipitée pour emporter était son Ikenga, un morceau de bois, un morceau de bois magnifiquement sculpté, mais ce n’était pas seulement un morceau de bois, c’était aussi le dépôt de sens spirituel. L’Ikenga représentait son Chi, son esprit personnel ainsi que ses ancêtres, ses anges gardiens.

J’ai été frappé par cette histoire. Cet homme, confronté à la possibilité de ne plus jamais revoir sa maison, a choisi la chose qui lui importait le plus. Bien sûr, il se souciait de ses biens matériels, mais il croyait que ces choses pourraient éventuellement être remplacées, alors que son Ikenga était irremplaçable.

Il y a des Ikengas dans divers musées du monde entier aujourd’hui et il est facile d’oublier alors que nous les regardons et les admirons derrière des barrières de verre froides et cliniques qu’il s’agit d’objets religieux, spirituels et sacrés.

L’art vit dans l’histoire et l’histoire vit dans l’art. Une grande partie de ce que nous appelons l’art africain sont aussi des documents qui racontent des histoires. Certains sont littéraux dans la narration, comme le tabouret béninois magnifiquement orné qui a été envoyé à l’Oba du Bénin par son peuple lorsqu’il a été exilé par les Britanniques et qu’il a regardé et a immédiatement pu déduire des sculptures, l’état de sa terre britannique pillée. .

D’autres sculptures et gravures sont plus métaphoriques, elles parlent de la dignité des personnes, de leur vision du monde et de leurs aspirations.

Certains des premiers missionnaires chrétiens à travers le continent africain étaient très désireux de détruire l’art africain, les divinités africaines sculptées dont ils disaient aux Africains étaient tout simplement magiques. Je ne peux m’empêcher de me demander ce qui pourrait être plus magique que l’histoire d’un homme qui meurt puis ressuscite comme par magie ; un homme qui parvient également à donner son corps comme du pain par magie, et je le dis d’ailleurs, en tant que catholique romain nouvellement revenu.

Le fait est que les systèmes de croyance varient, et tant qu’ils alimentent les besoins spirituels d’un peuple, ils sont valables. Nous ne pouvons pas rejeter un système de croyances simplement parce qu’il ne nous est pas familier, tout comme nous ne pouvons pas rejeter une histoire parce que nous sommes mal à l’aise avec elle.

Comment l’Europe déforme l’histoire africaine de la colonisation

J’aimerais donc raconter une petite histoire à propos d’une femme nigériane qui est mariée à un belge et qui vit en Belgique depuis de nombreuses années. Elle a dit une fois qu’elle était choquée que son fils, tout en apprenant l’histoire belge, n’ait rien appris sur le Congo. « Ils enseignent à mon fils à l’école qu’il doit aider les pauvres Africains », a-t-elle dit, « mais ils ne lui apprennent pas ce que la Belgique a fait au Congo. » Maintenant, si Hassan n’apprend pas que l’État du Congo moderne a commencé il y a 100 ans comme la propriété personnelle d’un roi belge brutal, qui cherchait désespérément à s’enrichir de l’ivoire et du caoutchouc ; si son fils n’apprend pas que les mains des Congolais ont été coupées à coups de hache rouillée pour n’avoir pas produit assez de ressources pour répondre à un casting, car nous reconnaissons collectivement qu’il en est ainsi. Ce n’est pas que l’Europe ait nié son histoire coloniale qui serait trop crue ; c’est plutôt que l’Europe a développé une façon de raconter l’histoire de son histoire coloniale qui cherche finalement à effacer cette histoire.

L’ancien président français, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours désormais tristement célèbre au Sénégal dans lequel il a dit que je ne suis pas venu pour nier les erreurs ou les crimes ; des erreurs ont été commises et des crimes ont été commis, mais personne ne peut demander à la génération d’aujourd’hui d’expier ce crime perpétré par les générations passées. Ceci est au cœur de l’histoire que l’Europe se raconte sur son histoire coloniale. C’est une histoire qui dit essentiellement, oui le colonialisme est arrivé, mais, et tout ce qui vient après le « mais » est le centre de l’histoire. Ce que fait l’accent mis sur le « mais », c’est qu’il absout, qu’il libère l’Europe de la responsabilité d’un lien significatif et traçable avec le présent africain et qu’il permet à l’Europe l’éclat de la charité.

Mais la vérité est que le passé ne nous dit pas simplement ce qui s’est passé hier. Il éclaire aussi simplement ce qui se passe aujourd’hui. Si nous reconnaissons que l’Europe d’aujourd’hui est façonnée par la renaissance d’il y a 600 ans, par les lumières d’il y a 300 ans, alors nous ne pouvons certainement pas dire que ce qui s’est passé il y a seulement 100 ans en Afrique n’a plus d’importance ; Cela compte.

Nous sommes réunis aujourd’hui dans ce palais reconstitué, un lieu magnifique, mais aussi un lieu qui représente la nostalgie de l’Allemagne pour l’époque impériale. Lorsque Kaiser William II vivait ici, les troupes allemandes tuaient des enfants, des femmes et des hommes dans le sud-ouest de l’Afrique ; ce bâtiment dit que l’histoire allemande compte même sous une forme romancée.

L’histoire de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine doit également compter. Nous ne pouvons pas choisir quelles histoires et quels points de vue qui comptent encore, car ce serait un vilain exercice de puissance brute.

Et en parlant de pouvoir, voici un titre que je viens de lire dans une publication allemande. Le titre dit « où appartiennent les trésors de l’Afrique ? » Maintenant, imaginez ce titre différemment ; imaginez s’il disait : « où appartiennent les trésors de l’Allemagne ? » Ce serait une question redondante parce que, de cause, les trésors de l’Allemagne appartiennent à l’Allemagne. Mais la question ne serait même jamais posée, car il n’y aurait aucune circonstance dans laquelle ce serait le cas, à cause du pouvoir et il me semble donc que ce avec quoi nous sommes fondamentalement aux prises dans cet espace dans toutes ces questions sur le forum Humboldt est Puissance. Un pouvoir inégal et la façon dont nous naviguons dans des relations de pouvoir inégales et il y a toujours eu pour moi quelque chose de minable dans les relations de pouvoir inégales, la victoire semble incolore, presque imméritée.

Appelez l’Allemagne à faire preuve de courage et à retourner en Afrique ce qui ne leur appartient pas

Alors, j’ai parlé de la Belgique et de son histoire coloniale mais qu’en est-il de l’Allemagne et de son histoire coloniale ? Les écoliers ici découvrent-ils la Namibie, ce qu’on appelait le Sud-Ouest africain allemand ? Les écoliers savent-ils que cent mille Hereros ont été assassinés par les Allemands, connaissent-ils les baleines empoisonnées, connaissent-ils les femmes utilisées comme esclaves sexuelles et d’autres comme esclaves dans les camps allemands ? Connaissent-ils le peuple Nama tué et la révolte de Majimaji en Afrique orientale allemande et pourquoi devraient-ils le savoir ? Car, ne raconter qu’une partie d’une histoire, c’est essentiellement mentir.

Une histoire n’est vraie que lorsqu’elle est complète. L’Allemagne est Beethoven et l’Allemagne est de retour et l’Allemagne est aussi ses atrocités coloniales qui ont entraîné le stockage de centaines de crânes africains dans les sous-sols des musées ici à Berlin ; des crânes d’hommes dont l’esprit ne peut être tranquille ; des hommes qui auraient très bien pu être mon arrière-grand-père si j’étais né en Allemagne de l’Est plutôt qu’en Afrique de l’Ouest.

Il n’est que juste de posséder pleinement toutes les histoires de l’Allemagne. Tous les pays ont des parties de leur passé dont ils ne sont pas fiers, qu’ils préfèrent oublier, mais il faut du courage pour faire face à ces parties et apporter un peu de lumière, et il est temps d’avoir du courage, le courage d’entendre des voix dissidentes telles que ceux des personnes qui manifestent dehors en ce moment, ils devraient être entendus et inclus, ils ont des préoccupations valables.

Le courage de ne pas simplement dire que nous prenons votre critique, mais de la suivre avec action ; le courage de dire qu’on s’est trompé, le courage de dire à propos de l’art acquis de manière illicite : « ceci n’est pas à nous, dites-nous quoi en faire. » Le courage de faire un travail de provenance et d’utiliser activement les connaissances locales ; le courage d’agir et d’agir maintenant et de ne pas être paralysé par une planification sans fin et des discussions sans fin ; le courage de croire que cela peut être mieux.

Nous ne pouvons pas changer le passé mais nous pouvons changer notre aveuglement au passé. Et pourquoi d’ailleurs, le terme ethnologique est-il utilisé pour l’art de certaines parties du monde et pas pour d’autres parties du monde.

En discutant d’une partie de cet art que nous appelons ethnologique, je dirais que la langue elle-même suggère déjà une hiérarchie de valeurs. Quand on parle de cet art, on nous dit qu’ils ne peuvent pas être renvoyés en Afrique ; par exemple parce que les Africains ne prendront pas bien soin d’eux. Ce n’est pas simplement condescendant de dire que je ne peux pas rendre ce que je vous ai volé, parce que vous n’en prendrez pas grand soin ; il manque également de logique de base, depuis quand la base de la propriété prend-elle soin de ce qui est possédé.

Cette position est une arrogance paternaliste des plus stupéfiantes. Peu importe que les Africains, les Asiatiques ou les Latino-Américains puissent s’occuper des arts qui leur sont volés, ce qui compte, c’est qu’ils leur appartiennent.

Le brillant artiste nigérian Viktor Hickameno l’a exprimé beaucoup mieux que moi et en termes très nigérians, il dit : « si je viens voler votre emballage, et je dis que je ne vous rendrai pas votre emballage parce que vous ne l’attacherez pas correctement autour de votre taille ou vous ne le laverez pas bien et ainsi les couleurs se faneraient ou ceci ou cela, tout n’a pas d’importance. L’emballage est à moi et je peux en faire ce que je veux. Rendez-moi mon emballage car il est à moi. L’emballage métaphorique pour ceux d’entre vous qui sont embrouillés par l’emballage, c’est un morceau de tissu. Il devrait être rendu pour la raison que les hommes Ahika sont des illustrations qui respecte la propriété d’autrui, mais aussi parce que l’Europe s’est définie comme un lieu de certaines valeurs, le progrès, la liberté, la fraternité, la tolérance, les droits individuels et surtout, le règle de loi.

Une nation qui croit en la primauté du droit ne peut pas débattre de l’opportunité de restituer les biens volés, elle les restitue simplement. Donc, si la dignité de ceux à qui l’art a été volé n’a pas d’importance, alors cette idée devrait sûrement avoir de l’importance que l’Europe devrait être ce qu’elle prétend être, être à la hauteur des idéaux avec lesquels vous vous définissez. Je devrais m’arrêter ici et noter que parfois ces conversations courent le risque de ressembler à une moralisation vide ou de demander l’impossible ou l’irréaliste ou d’insister sur une pureté et une perfection inaccessibles.

Évidemment, je ne pense pas que tout devrait être envoyé dans les pays d’où ils viennent. Tout n’a pas été volé. Mais ces choses qui sont sacrées, ces choses pour lesquelles des gens ont été tués, ces choses qui ont en elles la tache du sang innocent devraient être rendues.

Évidemment, nous n’avons pas toutes les informations, mais il y a des faits perdus dans l’histoire non enregistrée, mais nous pouvons tirer des conclusions raisonnables sur la base des informations dont nous disposons. On peut en déduire par exemple que l’Ingonso, la belle sculpture du fondateur et esprit guide du peuple Ensui du Cameroun, ancienne colonie allemande, n’aurait pas pu être obtenue dans des circonstances bénignes car pourquoi abandonneriez-vous volontiers votre esprit guide. Il est également important de se rappeler que toutes les blessures ne sont pas visibles, certaines blessures que nous portons dans nos cœurs héritées de nos parents, transmises à nos enfants.

Mais ce discours ne concerne bien sûr pas seulement le Forum de Humboldt, il concerne les musées de toute l’Europe en France et au Vatican, en Grande-Bretagne et je dois reconnaître que l’Allemagne est la première des puissantes nations européennes à avoir fait un geste en faveur du retour du Bénin. bronzes, mais il est également intéressant que l’annonce indiquait qu’un montant substantiel serait retourné, ce qui m’a fait me demander comment cela serait déterminé et par qui.

Et il est tout aussi intéressant de noter que c’est le butin colonial britannique plutôt que le butin colonial allemand qui est restitué par l’Allemagne. Mais encore, c’est le progrès et l’action de l’Allemagne, ce geste pour redresser ce qui ne va pas doit être reconnu. Ma reconnaissance ne veut pas dire que le travail est fait, mais que le travail a commencé, et que peut-être, un endroit comme le British Museum et je sais que Neil est ici qui possède la majorité des bonzes béninois pourrait peut-être s’en inspirer par la décision allemande et j’espère que le musée britannique repensera sa politique de rétention et d’explication de ce qui est inacceptable.

Donc, c’est le Forum Humboldt. Un forum implique généralement entre autres un espace créé pour un libre échange d’idées, on ne peut qu’espérer que le Humboldt soit à la hauteur de son nom en tant qu’espace pour un véritable échange interculturel et transculturel d’idées dans le respect mutuel entre les cultures. Mais cette rhétorique libre échange d’idées doit être pratique et j’entends par là des choses telles que les visas de voyage, il doit être facile pour les personnes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine qui devraient participer à ces conversations d’obtenir des visas de voyage.

Le Forum Humboldt a été conçu comme un lieu pour raconter l’histoire universelle de la race humaine sous plusieurs angles. C’est une idée louable, mais elle est incomplète, car encore une fois, il faut affronter la question du pouvoir, qui raconte, qui raconte, et à qui on parle, qui a décidé que l’art africain devait être qualifié d’ethnologique ; qui a le droit d’exposer l’autre. Le Forum Humboldt peut-il être une opportunité, peut-il devenir, entre autres, un projet de commémoration du respect solennel, honnête et mutuel.

En conclusion, je veux dire que je crois beaucoup au dialogue, et je crois vraiment qu’on peut recréer le monde en agissant avec plus de courage. Agir avec courage, c’est avoir concrètement l’espoir d’un avenir meilleur, on se taille un petit espace du monde, on le façonne et on le refaçonne et comme ça petite tranche par petite tranche on marche lentement, oui, mais on marche sur le chemin vers un réel progrès.

Le courage et l’espoir sont intimement liés. Le courage est un acte d’espoir et l’espoir naît du courage. L’acte de courage crée l’espérance, et il n’y a rien de plus essentiel à l’esprit humain que l’espérance. Alors, c’est ça le courage, merci.

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s